1. //
  2. // 17e journée
  3. // Lille/Toulouse (2-0)

Comme d’habitude depuis quelques matchs, comme d’habitude devant les caméras de Canal, Toulouse n’a rien foutu sur la pelouse. Face à des Dogues nuls en première période mais libérés en seconde, ce n’est pas passé (2-0).

Modififié
0 8
Lille-Toulouse : 2-0
Buteurs : Basa (55e) et Payet (83e) pour Lille

Huit. Comme le nombre de défaites consécutives du TFC lorsqu’il joue devant les caméras de Canal +. De là à dire que la chaîne cryptée est responsable de la méforme toulousaine, il y a un monde. Certes, Toulouse joue extrêmement mal, en prime-time. Mais face à Lille, Toulouse a surtout montré le même visage entrevu lors de ses derniers matchs, celui d’une équipe sans la moindre ambition dans le jeu. Heureux d’entrevoir des Lillois nullissimes en première période, ils ont payé leurs errances en seconde. Le LOSC, au départ emprunté, donc, est parvenu à se libérer après l’ouverture du score, avec l’aide d’un bon Dimitri Payet. De quoi mettre un terme à une série de quatre matchs sans victoire en Ligue 1, et retrouver la première partie de tableau.

Une qualité de jeu médiocre

Mater la première période d’un Lille-Toulouse, c’est constater les maux de deux clubs en grande méforme. Deux clubs qui galèrent dans le jeu, de la construction au placement, de l’inspiration offensive à la finition. Sur les premières minutes, on ne se doute de rien. Surtout, lorsque Chedjou exécute sur corner une superbe bicyclette au point de pénalty, arrêtée par Ahamada (6e). Mais de cette belle entame, s’instaure rapidement une qualité de jeu médiocre. Regroupé en bloc, le TFC laisse l’initiative aux locaux, n’ayant pour seul plan offensif que de balancer de longs ballons sur un Emmanuel Rivière esseulé. Mais côté lillois, on est incapable d’en profiter. La faute à des erreurs techniques flagrantes, des mauvais choix (quid de Nolan Roux, qui tente une frappe des 30 mètres plutôt que de servir deux coéquipiers dans la profondeur ?), et surtout, d’un manque de mouvement. Malgré sa domination, qui s’effritera en fin de mi-temps, le LOSC n’y arrive pas. Dans ce marasme, dur dur d’entrevoir quelconque occasion. Les deux plus flagrantes, une tête de Mavuba sur coup franc (41e) et une tentative de Rivière (42e), toutes deux repoussées par les portiers, sont entachées de positions de hors-jeu. Triste.

Un coup franc libère le LOSC

À la reprise, même topo. Les Dogues sont énervants d’inefficacité. Outre les passes ratées et les contrôles approximatifs, il y a cette tendance à foirer constamment les belles opportunités. Avec en exemple parfait, ce coup franc bien placé mais tout mou de Martin. C’est dans ce contexte, pourtant, que le LOSC va ouvrir le score. Sur le coup franc suivant, Payet (forcément, Martin n’allait pas retirer) met Basa sur orbite au point de péno, et sa tête puissante ne laisse aucune chance à Ahamada (1-0, 55e). Inactif depuis la reprise, Toulouse se retrouve dans l’obligation de se projeter vers l’avant. Lille accepte la domination adverse pour agir en contre, ce qui lui va plutôt bien. Déjà, les Dogues peuvent constater que leurs adversaires sont au moins aussi nuls qu’eux avec le ballon dans les pieds. Mais surtout, ils retrouvent des semblants d’automatismes, et se procurent des occasions : Basa, encore lui, manque de doubler la mise sur coup franc, encore de la tête, encore sur un service de Payet (68e). Ce dernier, auteur d’une belle seconde période, s’offrira le but du K.O en fin de rencontre : servi sur un long ballon aérien côté gauche, il crochète, et balance à l’entrée de la surface un enroulé en lucarne (2-0, 83e). De quoi sonner définitivement des Toulousains qui n’en finissent plus d’inquiéter. Libérés après l’ouverture du score, les Dogues ont finalement bien terminé un match entamé d’une sale manière.

Par Alexandre Pauwels
Modifié

Le TFC c'est une insulte au football. C'est affligeant d'être attentiste, apathique à ce point. (signé un Toulousain)
Note : 1
Entièrement d'accord avec El Ramouch sur les commentaires de Duga. En gros tous les joueurs sont des quiches. Ils ne savent rien faire et ne méritent que des claques.
Je ne dis pas qu'il y avait de quoi s’exciter hier (loin de là) mais il y a peut-être moyen de parler autrement du match. C'est vraiment usant.
Pour Martin, c'est clair qu'il se remet pas du tout en question et ça fait chier car il a moyen de faire beaucoup mieux.
Payet nous sort de la merde hier mais il y a toujours un soucis avec son côté "perso". En même temps on n'aura pas vu Kalou de tout le match... transparent.... On dirait qu'il s'en fout...
Bref! pour moi le soucis lillois est loin d'être résolu. Ca sent le souffre dans l'ambiance du vestiaire... D'ailleurs gros fail de canal+ qui demande à la fin de l'interview de Garcia s'il est possible de voir l'ambiance du vestiaire après la victoire et que lorsqu'ils arrivent, y'a plus personne, tout le monde est déjà à la douche.....
*somagic* Niveau : CFA
@ Simz

Entièrement d'accord avec toi sur l'impact de l'ambiance et la crainte d'une saison vide...
Si tu rajoutes à cela la quenelle de Balmont hier pr parler du cas Landreau...
ouch' ...
0 8