France - Ligue 1 - 18e journée - Toulouse/Marseille

Par Alexandre Pedro

Le TFC, ce club qui n’aimait pas Canal

Huit matchs, huit défaites. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, Toulouse a comme un problème quand il est diffusé par la chaîne cryptée. Analyse d’un mal étrange avant la réception samedi de l’OM sur… Canal.

Note
2 votes
2 votes pour une note moyenne de 5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Etienne Capoue (Toulouse)
Etienne Capoue (Toulouse)
« On joue comme des merdes, comme vous êtes là ! » Comme des merdes, c’est bien le terme. Toulousain de fraîche date, Jonathan Zebina a très vite compris que quelque chose clochait avec son nouveau club. Alors, après 45 premières minutes indigentes à Lorient un dimanche soir d’automne, le capitaine du TFC lâche ce cri du cœur au micro tendu à bout de bras par Laurent Paganelli. Oui Paga, Zebina déconne. Mais pas que. Comme face à Bordeaux quinze jours plus tôt, les Toulousains marchent à côté de leurs pompes. Pas une frappe cadrée, aucune envie et l’impression de voir une équipe qui joue avec un Colt braqué sur la tête, la seconde mi-temps sera encore plus compromettante. Défaite 1-0 et analyse quasi-psychanalytique d’Étienne Capoue à la sortie : « On se devait d'être conquérants. (…) On ne l'a pas fait, c'est peut-être la télé, on a peur, on n'y arrive pas. »

Comment entretenir sa mauvaise réputation

Il faut être précis, le TFC sait aligner deux passes devant une caméra (il vaut mieux en 2012) comme lorsqu’il démonte Lyon sur l’antenne de… beIN Sport. Une prestation qui décroche même deux, trois compliments dans la bouche d’un Pierre Menès toujours gourmand quand il s’agit de se payer « ces bouffeurs de magrets ». La défaite à Lorient va mettre fin à ce début de réconciliation. On peut prendre le problème par tous les bouts, les statistiques sont implacables : Toulouse reste sur huit défaites en huit matchs avec la chaîne cryptée. On peut parler d’un simple hasard ou évoquer la qualité des adversaires (comme Hervé Mathoux), cette improbable série tient davantage du blocage psychologique. L’argument de l’opposition ne tient pas debout. Cette saison, les Violets ont croisé un Bordeaux en toute petite forme, un Lille en début de crise après le psychodrame Landreau et des Lorientais à leur portée. Alain Casanova peut toujours brandir – avec quelques arguments recevables – le virage offensif pris par son équipe, ses joueurs ratent encore et toujours leur examen médiatique. À quoi tient une mauvaise réputation ? Souvent au souvenir d’un match dimanche soir sur Canal. Rennes et Bordeaux terminent tout juste de décoller une étiquette d’équipe chiante datée d’un «choc » de sinistre mémoire à Chaban-Delmas.

Les Toulousains, eux, continuent d’alimenter les clichés accolés depuis le début de l’ère Casanova. À croire que cette équipe craint la lumière ou plutôt la pression qui va avec. Si problème il y a, il est dans la tête. Le procureur – bordelais – Dugarry dresse un réquisitoire sévère, mais pas dénué de quelques vérités qui font mal à encaisser. « Un problème de pression ? Ce n'est pas normal ! Lorsqu'on joue à 21 heures, on doit se surpasser, on doit être joueur, on doit être euphorique. S'ils ont la pression en jouant le dimanche soir, que va-t-il se passer s'ils jouent en Ligue des champions ? » Pour l’instant, la question ne se pose pas vraiment. Largué à la 11e place du classement, le « Tef » n’est pas prêt de retrouver une C1 qu’il n’avait fait que croiser en 2007 (avec W9 comme diffuseur du naufrage de Liverpool) .

Une pétition sur Facebook

En pur cartésien, Alain Casanova refuse de parler « du syndrome du dimanche soir ». Il n’a pas tort. Le mal vaut aussi pour le mardi soir comme le prouve la défaite à Lille. Pour l’ancien sparring partner de JPP, ce sont les matchs « où il est question d'affirmer une ambition qui posent problème ». Fatigués de voir leur équipe se ramasser en prime time, une poignée de supporters viennent de lancer le groupe Facebook : « Pour que le TFC ne joue plus sur Canal. » Une demande pas entendue par la chaîne qui a programmé pour ce samedi un petit Toulouse-Marseille. L’occasion ou jamais de briser la malédiction et de se réconcilier avec les abonnés. Sinon, il y a toujours ce match à Sochaux diffusé sur beIN Sport Max la semaine prochaine… Les Toulousains ne devraient pas être trop emmerdés par la pression, pour le coup.

Par Alexandre Pedro

 





Votre compte sur SOFOOT.com

5 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Jay-Jay le 15/12/2012 à 10:45
      

    J'ai l'impression qu'il n'y a que le PSG qui donne matière à article. Sur les autres clubs, devenus encore plus ennuyeux qu'avant, on ne sait plus quoi dire. Alors on invente des angles improbables.

  • Message posté par fernandollorientais le 15/12/2012 à 11:13
      

    duraille pour le tef' !

    Je sais plus trop quoi penser de casanova, j'le trouve très convainquant en ITW (notamment quand il est passé au "club" sur bein"). On voit bien qu'en bon espaingouin qu'il est, il a bien étudié le guardiolisme. D'un autre côté je trouve un peu abusé sa revendication d'un football offensif. Y'a un pti triangle sympa au milieu, avec capoue et didot par exemple, mais quand moussa sissoko évolue presque en deuxième attaquant, dur de revendiquer un football sexy chocolat. m'enfin...

  • Message posté par fernandollorientais le 15/12/2012 à 11:17
      

    @jayjay

    le vrai club avec lequel on sent vraiment le "deux poids deux mesures" par rapport à paris, c'est vraiment le LOSC. Ils n'ont fait que de la crotte au moment de (di)gérer le titre, évidement, ça a foiré, mais là bizarrement on entend pas les "spécialistes" analyser cette auto-destruction.

  • Message posté par Pascal Pierre le 15/12/2012 à 12:19
      Note : - 1 

    Mouais, auto-destruction à pondérer quand même. Ils sont dans le grupeto, derrière le trio PLM. Et je pense sincèrement que l'OM ne va pas forcément y rester.
    Donc jouer encore la possibilité de disputer la LDC en perdant en deux ans Sow, Gervinho, Hazard, Frau (rôle trop minimisé) et Rami, c'est peut-être pas si dégueulasse, surtout quand un club est apparu entre-temps avec des moyens illimités.

    On est quand même assez loin des crashs auxerrois, messins ou lensois car , le Losc a bien géré certains investissements structurels sur cette période.

  • Message posté par Karim- le 16/12/2012 à 00:49
      

    Et de 9


5 réactions :
Poster un commentaire