Le TFC aime l'été

Comme tous les ans, le TFC se rapproche du podium fin août. Comme tous les ans, cette drôle d'équipe, aussi régulière que chiante à voir jouer, aussi efficace que frustrante, détonne.

0 12
Le TFC a développé ces dernières années une identité qui lui est propre et qui est finalement aussi difficile à cerner que formuler. Équipe chiante dans projet club bien ficelé ? Équipe à gros potentiel qui se brime pour ne rien risquer ? Équipe qui forme patiemment en s'évitant les effets d'annonce trop élevés du Stade Rennais ? Le TFC est un peu tout ça, capable d'être souvent moqué par la France de foot, et d'être complimenté aussi, parfois, comme après son excellent match contre Saint-Étienne mi-août. Souvent proche de la tête du classement à la fin de l'été, et dans le premier tiers à la fin du championnat, après quelques séries de victoires et deux-trois coups de mou, le Téfécé récite son texte à merveille depuis plusieurs années. Cet été, il a encore donné une leçon de realpolitik à la Ligue 1. Sans faire parler de lui, il a vendu et s'est renforcé sans dépenser, tout en sortant à nouveau des jeunes. Encore. Pendant que Daniel Congré, vendu 5 millions d'euros, trouve non sans difficultés ses marques à Montpellier, avec déjà deux-trois bourdes à son palmarès, Jonathan Zebina, promu nouveau capitaine, a déjà à l'inverse trouvé sa place dans le groupe, et dans l'une des toutes meilleures défenses de Ligue 1. Validée, l'opération est d'ores et déjà une réussite. Au milieu des désormais cadres Abdennour, Zebina, Capoue, Ahamada et Didot, les jeunes qui continuent de sortir du lot comme l'étonnant Wissam Ben Yedder sont autant de bonnes nouvelles pour un club qui compte plus que jamais sur la progression de ses protégés.

Jouer ? Oui mais trop

Une fois encore, le début de championnat est mathématiquement très honnête. Avec deux victoires, et deux nuls, le TFC a bien digéré son démarrage. Alors que les autres ambitieux Montpellier ou Rennes doivent se mettre en route, que Evian Thonon Gaillard a déjà viré son coach, le TFC est bien là, proche des premiers rôles, à regarder le podium envieux. De très près, avec discrétion, et ce, sans avoir encore perdu le moindre match. Mais au fait, qu'est-ce qui lui manque pour plaire ? Pas grand-chose pour parler vrai. Ce petit élan offensif qu'Alain Casanova se refuse à lui offrir jugeant son édifice trop friable, et pas encore apte à passer à l'étape suivante : celle du jeu. Car le Téfécé n'est pas marrant mais il essaie. Comme l'année passée, l'équipe présente le même profil, et raconte la même histoire. Elle construit mais s'interdit de se lâcher, elle débute mais ne termine pas. Le TFC est comme ça. Il pourrait mieux faire mais se contente de ce qu'il a. Pour le moment.

Umut Bulut, meilleur buteur du championnat turc

Dans ce lot de bonnes nouvelles, le seul couac se trouve ailleurs, loin des pelouses de Ligue 1. La seule fausse note de cette intersaison low cost réussie se trouve en Turquie, où Umut Bulut est redevenu un joueur de foot. Avec 4 buts en 3 matchs de Super Lig, il en est actuellement le meilleur buteur. De quoi agacer les supporters les plus assidus du Stadium qui se félicitaient de sa signature l'été dernier et désespéraient de le voir s'épanouir dans le cadre toulousain. Venu avec le statut d'attaquant international, seulement 17 fois titulaire l'année passée, il a cherché sa place dans une équipe qui met peu la balle dans les pieds, a galéré et peu scoré, ne se lâchant qu'en de très rares occasions, comme sur cette frappe insensée à Gerland au milieu de l'hiver. Début septembre, après quatre matchs, Ben Yedder a montré davantage que Bulut l'année dernière. Le TFC, 5ème, a lui trouvé son rythme de croisière. Il ne devrait pas le quitter.

Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
"Au milieu des désormais cadres Abdennour, Zebina, Capoue, Ahamada et Didot"

vous auriez pu ajouter sissoko aussi
Sissoko faıt un debut de saison ahurissant d'ailleurs.

Faut bıen admettre qu'une emissions sur les pıngouins du Groenland reste plus interessante qu'un match du TFC.

Ceci-dit, ils concedent tres peu d'occasions. Tres bon article quı montre uune fois de plus qu'on retrouvera cette equıpe aux alentours de la 6e-7e place.
OOO merde, j'ecris depuis un clavier vietnamien, ca affiche vraiment un message degueulasse que je ne peux pas enlever. Pardon pour ce desastre visuel.
Katapulta Niveau : CFA
@ rikki

T’inquiète,moi c’est pareil,mais avec la ponctuation et les espaces…!
Même si tout le monde s'en contrefout, le TFC sera ma première mission à Football Manager 2013...
Détrompe-toi, c'est très intéressant.
C'est devenu un cliché, ressorti par tous ceux qui ne voient qu'1 ou 2 matchs du TFC par saison (Pierre Ménès par exemple), de dire que Toulouse est une équipe chiante à voir jouer. Ils ont manqué d'attaquants spectaculaires depuis Gignac, mais construisent une philosophie de jeu en se basant sur la formation (voir cette interview intéressante de Casanova : http://www.ladepeche.fr/article/2012/09 … aleur.html). Ils s'inspirent d'ailleurs un peu du Barça (avec 100 fois moins de talent et de moyens, certes) en inculquant les mêmes principes de la base jusqu'à l'équipe pro.
Et c'est un des seuls clubs d'Europe qui peut se vanter d'aligner chaque saison des compos avec 7 ou 8 joueurs issus du centre de formation.
Le club n'est pas glamour mais il est vraiment sain et véhicule de bonnes valeurs. Centre de formation du TFC : 88% de réussite au bac 2012, centre de formation de l'OM : 0%...
Le rapport entre le club sain et la réussite au bac? Un peu fachisant comme corrélation...
Bastien-Indians Niveau : District
Sans vouloir être chauvin, je pense vraiment que cette année on peut réaliser quelque chose de beau et grand comme gagner une coupe (de France si possible) ou bien même décrocher une place européenne proche du podium voir plus ! Nos jeunes ont encore progressé, des cadres comme Capoue ou Moussa s'affirment enfin et encore de nouveaux jeunes pointent leur nez comme Yago ou Rodrigues.

Ajoutez à cela l'expérience de Zébina et la petite touche de technique de fin de mercato avec Djalo et vous avez un groupe jeune et talentueux qui aspire à atteindre des sommets.

Siempre Tolosa
@ fullgrinta

Le rapport était entre "réussite au bac" et "club qui véhicule des valeurs".
Comme le dit Casanova, dans un discours assez ballon d'eau fraîche :

" Au TFC, on essaie de couper nos jeunes le moins possible de la société : on attache une très grande importance à la scolarité et à la vie sociale. On a des résultats scolaires très intéressants. Certains viennent de banlieues, de milieux familiaux compliqués. On termine leur éducation, on fait des choses très intéressantes, jusqu'à ressentir, quelquefois, une fierté plus grande qu'au niveau sportif.

J'ai envie, nous avons tous envie, que nos joueurs soient de très grandes personnes. Je préférerai toujours entendre, dans un avion, dans un hôtel, comme c'est régulièrement le cas, que nous avons un groupe extraordinaire, avec beaucoup de valeurs. Comme je dis souvent à mes joueurs, nous sommes au bout du fusil, nous devons être exemplaires ! "

En tout cas fullgrinta, tu es le champion du point Godwin.
Si tu veux, je n'aime pas trop le comparatif avec le centre de forma de l'OM. En tant que tel, je suis assez d'accord avec toi qu'un environnement sain et détendu favorise la réussite scolaire (qui viserait à dire le contraire?), mais je ne vois pas ce que viens branler* le parallèle avec celui des Mars. Tu viens prouver quoi? Qu'à Toulouse, la misère est moins balaise qu'à Marseille? Je vois pas...

Quant aux valeurs, elles véhiculent tout et n'importe quoi. Je ne pense pas, toujours pour yeuter ce que tu disais sur Marseille, que la formation de l'OM véhicule de mauvaises valeurs.


Enfin bref, loin du point Godwin, c'est surtout l'espèce de chauvinisme local dont tu as fait preuve qui m'agace. On n'a pas besoin de comparer sa queue à celle de son voisin lorsqu'on est conscient des bonnes choses qu'on a chez soi.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Michu, taille XL
0 12