En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Le temps où le PSV rêvait de Messi

Modififié
En 2005, le PSV Eindhoven s’érigeait encore comme l’une des meilleures escouades européennes. Park, Van Bommel, Alex, Cocu ou Farfan faisaient notamment les beaux jours du club néerlandais. Le tout sous la houlette de l’éminent Guus Hiddink, qui hisse alors ses ouailles jusqu’en demi-finale de la Ligue des champions.

Rob Westerhof, président des Boeren à l’époque, a confié à Goal.com qu’un autre talent aurait pu rejoindre ses rangs. Il s’agit ni plus ni moins que de Lionel Messi. Alors qu’il vient de débuter sous le maillot blaugrana une année auparavant, le PSV a tenté se faire prêter le joyau argentin : « J’avais d’assez bonnes relations avec le président de Barcelone Joan Laporta. Nous avons discuté au printemps 2005 lors d’une réunion du G14 (ancienne organisation de lobbying des clubs de football professionnels, ndlr). Il m’a dit qu’il avait ce jeune joueur talentueux appelé Messi et qu’il voulait l’envoyer en prêt parce que les règlements espagnols l’empêchaient de jouer pour eux. » Sans passeport espagnol, la Pulga ne pourrait pas jouer la saison suivante à Barcelone, puisque l’équipe comptait déjà trois joueurs extra-communautaires.

Le deal semblait tenir jusqu'à la désapprobation de l’entraîneur catalan, Frank Rijkaard : « Nous avons ensuite discuté avec le club et tout le monde était d’accord. Laporta et Txiki Begiristain pensaient que c’était une bonne destination pour lui. Mais le staff technique de Barcelone a finalement mis un veto au transfert de Messi. Frank Rijkaard et son adjoint Henk ten Cate ne préféraient pas qu’il aille aux Pays-Bas. Ils jugeaient que c’était une mauvaise idée de lui faire découvrir un autre endroit. »

L’année suivante, Messi glane sa première coupe aux grandes oreilles. Le PSV commence, lui, à perdre de son éclat. RD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



À lire ensuite
Un prêt pour Welbeck ?