En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Le tatouage controversé de Di Canio

Modififié
Paolo préfère les manches courtes.

Désormais analyste pour Sky Sport Italia, l'ancien joueur de West Ham, de la Juve et de la Lazio n'a pas manqué de déclencher une polémique sur les réseaux sociaux en apparaissant avec un polo qui laissait clairement apercevoir le mot « Dux  » , tatoué sur son biceps droit.


Dux, qui signifie chef ou guide en latin, n'est autre que l'un des petits surnoms de Benito Mussolini. Un personnage pour lequel Di Canio n'a jamais vraiment cherché à cacher son admiration, il avait même admis ouvertement ses sympathies fascistes il y a plusieurs années : «   Oui, je suis fasciste, mais en aucun cas raciste  » , avait-il alors expliqué.

Pas franchement séduits par le tatouage de l'ex-joueur, de nombreux téléspectateurs se sont indignés sur Twitter, certains menaçant même Sky Sports de mettre fin à leur abonnement si la chaîne ne mettait pas un terme à sa collaboration avec l'ancien attaquant.

La prochaine fois, ce sera peut-être les manches longues, Paolo. AC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 126 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 57
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Les excuses de Tévez