En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Le système départ de l'OM

Depuis le départ de Pape Diouf, l'OM n'a pas réalisé une seule plus-value sur le marché des transferts. Pire, le club paie pour voir ses éléments quitter le club. Difficile dans ces conditions de recruter un grand attaquant.

Modififié
Hier en fin d'après-midi, Edouard Cissé a signé avec l'AJ Auxerre. C'est le douzième joueur à quitter l'Olympique de Marseille durant cette intersaison. Un chiffre qui a de quoi alimenter les rêves du supporter lambda : avec la manne financière récoltée, c'est sûr, d'ici fin août, le “Grantatakan” tant espéré va signer. Pourtant, on est loin, très loin, du compte. Car la somme totale des indemnités de transferts récoltées par le club marseillais grâce à tous ces départs s'élève à ... 0€. Zéro euro. Sur les douze départs, il y a eu des contrats non-renouvelés et des portes de sortie - même temporaires - ouvertes à des éléments sur lesquels le club ne comptait pas vraiment (Fomen, Dennoun, Goda, Mango, Leyti N'Diaye, Brandao, N'Doumbou). Il y a, aussi, le départ de Taïwo, libre, pour le Milan AC, celui d'Heinze pour la Roma, puis, plus récemment, Hilton à Montpellier, Abriel à Nice et donc Cissé à Auxerre. Suite aux transferts d'Abriel et Hilton, Deschamps avait d'ailleurs prévenu : « Ces départs ne dégagent aucune marge pour recruter, ils étaient prévus » . Ce qui n'était pas prévu, par contre, c'était que ces transactions coûtent de l'argent aux Phocéens.


Explications. A chaque fois qu'un joueur doit faire son baluchon, il résilie d'abord avec le club vice-champion de France avant de s'engager avec son nouvel employeur. Une façon d'éviter de faire payer le club acquéreur. Ainsi, personne ne part pas les mains vides. Même Gaby Heinze, tout seigneur qu'il est. Pour sa dernière année de contrat, l'Argentin a affirmé lors de ses adieux qu'il allait « discuter » avec les dirigeants. De suite, c'est plus facile de signer à l'AS Roma pour sept fois moins, hein. Une situation plutôt courante dans le football moderne. Hilton, Abriel, Cissé étaient conscients qu'il n'y avait aucune chance pour eux d'avoir plus beau contrat que celui qu'ils avaient à l'OM, même au Qatar. Alors si c'est pour partir dans un club qui va jouer le maintien et toucher quatre fois moins... Ok, il y a le challenge sportif mais le choix est vite fait : autant s'enterrer à Marseille. Et puis, avec le nombre de matchs à disputer, le coach aura forcément besoin d'eux, à un moment ou à un autre. Du coup, autant négocier sa sortie de scène à prix d'or. C'est ce qu'expliquait entre les lignes Fabrice Abriel lorsqu'il répétait à toutes occasions : « Pour l'instant, je suis à l'OM » . Sous-entendu qu'il fallait compter sur lui pour ne rater aucun entraînement, pour ne jamais se mettre en tort et ainsi toucher son chèque sans encombre. Problème, Deschamps a signifié dès la fin de saison dernière qu'il ne voulait pas d'élément avec ce type de motivation(s) dans son groupe. «  Il y en a qui doivent partir. Parce qu'il faut être honnête, si on veut progresser... il n'y a pas que les 11 titulaires. Mais bon, je comprends, ce n'est pas facile de quitter Marseille, surtout en ce moment » . Car DD a bien compris que ces joueurs n'allaient pas s'asseoir sur le magot.

Il a donc fallu négocier. Calculer la différence entre ce qu'ils toucheraient jusqu'à la fin de leur contrat à l'OM et ce que leur propose leur nouveau club. A Philippe Perez, le nouveau DG, de signer un chèque représentant 70% de la différence dans le meilleur des cas. Quand on sait que Doudou Cissé prenait plus de 200 000 euros mensuels, ça chiffre. Le pire, c'est que ce procédé est devenu tellement la norme à Marseille que lorsque la Roma a proposé 2 millions d'euros à Lucho à l'année, l'agent de l'Argentin est allé demander à la direction phocéenne s'il était possible de lui faire un chèque du « manque à gagner » . En fait, la vraie question qui fâche, c'est pourquoi faire signer des contrats sur plusieurs années à des éléments qui ne peuvent pas s'inscrire dans la durée ? A l'intersaison 2007, Julien Rodriguez signe un contrat de cinq ans à 150 000 euros mensuels. C'était peut-être pour contrecarrer les offres d'autres clubs, qui sait, ou tout simplement de l'incompétence. Ou alors, la vérité est ailleurs...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 4
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport)
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Ici, c'est Josy !