Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // West Ham United

Le stade olympique, mine d’or débusquée par les Hammers

Après avoir dit adieu à Boleyn Ground, West Ham s'apprête à commencer une nouvelle ère dans le Stade olympique de Londres. Une véritable aubaine financière pour le club de l’East London.

Modififié
Le 10 mai dernier, les chants résonnent encore et encore, jusque tard dans la nuit, dans le quartier d'Upton Park. West Ham vient de battre Manchester United (3-2) devant un public en fusion. C'est la dernière fois que le club de l'est de la capitale investit Boleyn Ground. Plus qu'un club, c'est toute une communauté qui tourne la page de 112 ans d'histoire dans ce stade, débutée le 1er septembre 1904 par une victoire 3-0 contre Millwall, le grand rival des Hammers. West Ham déménage quatre kilomètres plus au nord : direction le Stade olympique.

Un nouveau monde


Monté de toutes pièces pour les JO de 2012, le quartier du « Parc olympique Elizabeth II » ne ressemble en rien aux entrailles de Green Street – l’avenue qui mène à Boleyn Ground. À Stratford, pas de pubs vieillots ou d’échoppes miteuses, mais un centre commercial gigantesque et des espaces verts modernes. Surtout, un « outil » , comme dirait Jean-Michel Aulas, quasi flambant neuf. De quoi faire vaciller le cœur des fans entre grandes ambitions sportives et la frousse de voir s’effacer l’authenticité qui subsistait jusque-là. Mais pas les bourses de David Gold et David Sullivan, propriétaires du club et ex-magnats du porno britannique.

C’est en mars 2013 que West Ham obtient officiellement le bail pour 99 ans après un bras de fer avec Tottenham. Construite pour pas moins de 701 millions de livres (environ 838 millions d’euros), l’enceinte olympique a été réaménagée (suppression du troisième anneau, mise en place de tribunes amovibles au plus près du terrain, nouveau toit…) pour 272 millions de livres supplémentaires, soit un total de 973 millions de livres (environ 1,16 milliard d'euros). Un sacré coût à assumer… pour le contribuable. À la faveur d’une négociation menée par la directrice exécutive du club, Karren Brady, avec la London Legacy Development Corporation (LLDC - l’organisme en charge du redéveloppement du parc olympique), seuls 15 millions de livres (plus 2,5 millions de livres de rente annuelle) sont à la charge de West Ham.

Des chiffres embarrassants rendus publics grâce à la volonté de 14 associations de supporters de différents clubs, au terme d'un long combat juridique. « Ils ont gagné au loto » lançait Arsène Wenger, en avril dernier, rappelant qu'Arsenal, lui, a dû puiser dans ses ressources pour s'offrir l'Emirates, il y a tout juste dix ans.

Sur les terres de Leyton Orient


« Même mon chien aurait pu négocier un deal plus favorable pour le contribuable » , ruminait Barry Hearn, cité à la même période par le site de la BBC. L’ancien boss de Leyton Orient est un opposant acharné et de longue date au projet. Brisbane Road, l’antre de Leyton Orient, érigé en 1937, se situant à seulement un kilomètre du stade olympique, Hearn craint que la venue de West Ham à Stratford ne tue à petit feu « le deuxième plus vieux club du Grand Londres » comme il tient à le souligner. Difficile désormais pour un club de D4 accueillant en moyenne 5 000 spectateurs de paraître attrayant dans l'ombre d’un géant de Premier League.

De 35 000 places à Boleyn Ground (le terrain a été vendu à un promoteur immobilier), les Claret and Blue disposent presque du double avec 60 000 sièges dans la version remodelée de leur nouvelle enceinte. Trop grand pour West Ham, le stade olympique ? Si la meilleure saison des Hammers dans l’histoire du championnat d’Angleterre est une troisième place en 1985-86, West Ham n’en demeure pas moins l’un des clubs les plus populaires du pays. Pour preuve, les 50 000 nouveaux abonnements ont été vendus en quelques jours et «  des dizaines de milliers » de fans sont déjà sur la liste d’attente pour la saison 2017-18, a assuré le club.

Dépucelage décalé


Pour inaugurer leur nouvel écrin, les dirigeants de West Ham ont prévu un match amical en grande pompe contre la Juventus le dimanche 7 août. « Le genre de soirées que vous voudrez raconter à vos petits-enfants » , ont annoncé les David Gold & Sullivan. Mais ça, c'était avant de se rendre compte que l'équipe de Slaven Bilić (7e du dernier exercice de PL) n'entre en lice au troisième tour préliminaire de la Ligue Europa. Ça a tout de suite moins d'éclat, un match d'ouverture face au vainqueur de Chakhtar Soligorsk - NK Domžale (1-1 à l'aller, deuxième manche ce jeudi soir).


Alors qu'il devait accueillir au match aller, West Ham a même demandé à l'UEFA d'inverser le tirage au sort, en raison d'un meeting d'athlétisme qui se tient au stade olympique les 22 et 23 juillet. Requête acceptée : les Hammers se déplaceront d'abord le 30 juillet en Biélorussie ou en Slovénie avant de recevoir lors du match retour décalé au 4 août (et non pas le 6, comme prévu initialement par l'UEFA), pour la toute première fois dans leur nouveau stade. Autant dire qu'une élimination serait malvenue. Ironie du sort, c'est exactement à ce stade de la compétition que West Ham s'était fait sortir par l'Astra Giurgiu l'an passé.

Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70