1. //
  2. //
  3. // Atlético Huila

Le stade ensorcelé de l'Atlético Huila

Quatre poupées, un flacon rempli d'un liquide jaune, de racines, d'un dé, de deux ampoules pharmaceutiques et d'un billet d'un dollar déchiré : tels sont les ingrédients du sortilège lancé à l'Atlético Huila. Une malédiction trouvée par des ouvriers lors de la rénovation du stade et qui aurait, selon certains, empêché le club colombien de gagner un titre.

Modififié
7 2
Benjamín Urrea, plus connu sous le surnom de Garabato, était un supporter inconditionnel de l'América de Cali. Membre de la direction du club en 1948, il a claqué la porte lorsque l'institution caleña s'est unie au football professionnel colombien. « Faites ce que vous voulez de l'América, mais je vous jure devant Dieu que vous ne serez jamais champions.  » Pendant 31 ans, la prophétie maudite se réalise. Jusqu'à l'arrivée au club de l'exorciste Gabriel Ochoa Uribe en 1979. S'ensuit une période glorieuse de treize titres en 29 ans.

Il y eut ensuite la malédiction de la femme de Villanueva. En 1973, Artemio Villanueva, gardien international paraguayen, rejoint le Deportivo Independiente Medellín. Deux saisons médiocres plus tard, il est licencié. Sa femme Liduvina, ensorceleuse réputée du Valle del Aburrá (dans la région d'Antioquia), en aurait profité pour maudire le DIM. Après une longue période de disette, des dirigeants du club se rendent au domicile des Villanueva. La requête est simple : mettre fin à la malédiction. La femme accepte, et Independiente remporte enfin le championnat en 2002, après 45 ans sans titre.

Épisode 4 en 2015


Puis il y eut l'imprécation du père Ramírez en 1997. Les clubs de Pereira et Unicosta luttent alors pour leur maintien. Malgré une victoire face à Once Caldas, Pereira est relégué. La raison ? La victoire inespérée d'Unicosta face aux puissants Millonarios de Bogotá. Un sacrilège pour le padre Ramírez, pasteur d'une église de Pereira et supporter du club. « Les Millonarios ne seront plus jamais champions » , s'emporte-il dans son sermon. Une fois encore, le présage se réalise, jusqu'à l'intervention du sorcier Hernán Torres en 2012. La fin est déjà connue : cette même année, le club de la capitale remporte le titre de champion.

Ces quelques histoires prouvent qu'on ne rigole pas avec la sorcellerie liée au football en Colombie. Cette fois-ci, c'est à Neiva, dans le département de Huila, qu'une malédiction a été découverte. La victime ? L'Atlético Huila et son stade « Guillermo Plazas Alcid » . Retour sur une histoire prise très au sérieux par les suiveurs du club.

El Flacon


Nous sommes le mercredi 12 août. Les ouvriers en charge des travaux du stade s'approchent de la zone sud de l'enceinte, pour s'occuper du renouvellement de la pelouse. Alors que l'excavation débute, la machine bloque : « On a commencé à creuser, jusqu'à quarante centimètres du terrain. Mais la machine a freiné d'un coup. J'ai demandé à celui qui la conduisait de l'arrêter pour voir ce qu'il y avait en dessous. Et j'ai vu le trou avec le flacon au fond. Les autres ne me croyaient pas. Quand ils ont vu ca, ils ont tous eu peur » , raconte Carlos Velasco au journal La Nación. L'ouvrier qui a découvert la sorcellerie ajoute : « Le flacon est rayé. La pelleteuse est passée dessus plusieurs fois sans le casser. On a failli le détruire. » Cette bouteille d'environ 25 centimètres était enterrée en dessous du but. Dedans, on y trouve un liquide jaune, des racines, un dé, deux ampoules pharmaceutiques rouge et verte et un billet d'un dollar déchiré. Le journaliste colombien John Jairo Bobadilla, qui couvre l'actualité du club, affirme aussi que quatre poupées ont été découvertes au même endroit.


Et l'homme qui a découvert le maraboutage ne s'arrête pas là. Ses collègues racontent qu'il a aussi trouvé une chaîne en or, une bague et un bracelet. « Il y a beaucoup de personnes qui ne croient pas aux sorciers. Moi, je sais qu'ils existent » , se justifie-il dans les colonnes du journal colombien.

Enfin un titre ?


Effectivement, les sceptiques sont légion. Parmi eux, Gerardo Gómez, directeur sportif de l'Atlético Huila : « La sorcellerie ? Ça n'existe pas, nous croyons seulement en Dieu. Il nous guide, contrairement à ceux qui font de la magie noire. » Un des ouvriers poursuit : « Ils ont voulu jeter un sort ici. Moi, je ne crois pas à ça. » Mais que représente ce supposé maléfice ? Après cette découverte, un expert devrait analyser le flacon pour expliquer ce qu'il signifie. De leur coté, certains supporters croient à l'excuse de la malédiction de leur club : « Je crois que lorsque notre glorieux club a été créé, cette bouteille a été enterré pour nous maudire. La preuve, nous n'avons rien gagné » , affirme un fan dans La Nación. Javier Navarro, autre supporter, va plus loin : « Il y a Dieu, et aussi le démon. L'América de Cali a subi le même sort avec la malédiction de Garabato. Maintenant, sans l'ensorcellement, nous allons être champions. » En attendant, l'Atlético Huila vient de gagner 1-0 face à Cúcuta Deportivo, et passe de la treizième à la sixième place. Une victoire acquise loin de ses terres. Mais qu'importe le flacon…

Par Ruben Curiel, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Si cette bouteille fait environ 25 centimètres, alors mon chibre en fait environ 40.
Article très intéressant, même s'il est vrai que l'histoire de la bouteille de 25cm... problème de proportions!

Ou alors le monsieur a une main comme Shaq' O'Neal
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
7 2