Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Ligue Europa – ½
  2. // Sporting/Athletic Bilbao

Le Sporting veut du gâteau basque

Une coupe nationale et la C3. Voilà ce qu'il reste au Sporting et à Bilbao pour sauver leur saison. Avec un génie sur le banc, du beau jeu et des individualités, Lisboètes et Basques se ressemblent pas mal. Une chose est sûre, les Leoes ont de quoi rêver de jouer la finale pour représenter le beau jeu en D2 européenne.

Modififié
On prend les mêmes et on recommence. Enfin, à peu de chose près. Les demi-finales de l’Europa League auront pour la deuxième année de suite des allures « d’Ibéra League » . Après le Portugal l’an passé, l’Espagne est bien partie pour remporter ce jeu de chaises musicales en plaçant trois écuries dans le dernier carré de la C3, avec, pour essayer de plomber l’euphorie « roja » , le Sporting. Des quatre formations lusitaniennes engagées en coupe d’Europe en février, c’était sans aucun doute celle sur laquelle reposaient le moins d’espoirs, et c’est l’une des raisons qui expliquent la fin de saison très convaincante des Leoes. Car il y en a d’autres.

Le magicien Sa Pinto

Le Portugal traverse une ère marquée par l’apparition de nouveaux entraîneurs talentueux éphémères, auteurs d’exploits plus ou moins notables avant de s’effondrer dans la foulée - avant de réapparaître ? Villas-Boas et Domingos font figure d’exemples à ce sujet. Ricardo Sa Pinto, successeur de l’ancien coach de Braga, grossira peut-être les rangs de la liste la saison prochaine. En attendant sa chute, le jadis attaquant du Sporting réalise des prouesses sur le banc du club lisboète. Après avoir notamment éliminé contre toute attente Manchester City en huitièmes de la C3, il s’est permis un dernier exploit il y a deux semaines en s’imposant 1-0 contre Benfica, mettant ainsi un terme à une série noire de huit matchs sans victoire face au rival encarnado.

Tout ce qui était impossible sous Domingos devient formalité avec l’insolent Sa Pinto. D’abord, il a fait de l’Estadio de Alvalade une citadelle imprenable. Comme tout grand club qui se respecte, les Vert et Blanc sont donc injouables à domicile depuis son arrivée. Si l’on cumule les résultats du Sporting en Liga Sagres et en C3 depuis le 13 février 2012, les statistiques sont impressionnantes : un ratio de 100% de victoires dans son antre et seulement un but encaissé (contre Kharkiv). L’Athletic Bilbao devra effectuer du bon boulot à San Mamés au retour, car les chances de succès à Lisbonne sont infimes.

La meilleure défense, c’est la défense

A l’extérieur, le bilan est tout de même moins flatteur pour la formation portugaise, et Sa Pinto n’y peut rien puisque sa seule victoire hors d’Alvalade date presque symboliquement du 1er avril à Leiria (0-1). Bref, Bilbao a tout intérêt à serrer les dents ce soir et rentrer dans le lard la semaine prochaine pour espérer bousculer ce Sporting si fébrile loin de son territoire. Il n’empêche que, San Mamés ou pas, la partie risque d’être compliquée pour les mecs de Bielsa, car en face se présentera une équipe certes joueuse, mais avant tout solide. Le récent match face à Benfica fait à ce titre jurisprudence. Malgré un manque flagrant de réalisme et après avoir largement dominé les Aigles, les Leoes ont avant tout veillé à ce que la baraque tienne bon derrière.

Avec Sa Pinto, tout le monde défend et les latéraux se retiennent de monter à outrance. L’exact contraire du début de saison, où Domingos envoyait tous ses ailiers au charbon pour se faire baiser en contre. Sur le terrain, l’idéologie tactique du nouvel entraîneur se traduit par un jeu court rapide, basé sur la possession du ballon; un schéma de jeu rendu possible par la présence de joueurs habiles comme Matias Fernandez, Izmailov, Capel et Schaars. L’Athletic devra également se méfier de l’aptitude mortifère des Portugais à se projeter brutalement vers l’avant en contre, car des joueurs comme Capel ou Van Wolfswinkel sont capables de réaliser quelques cavalcades éclair en l’espace de 90 minutes.


Manque de réalisme

Des hommes qui peuvent faire la différence devant, le Sporting en possède une farandole, chez les titulaires comme sur le banc. Le seul hic, c’est qu’ils la font rarement plus d’une ou deux fois par match. Il y a bien eu cette raclée infligée à Guimaraes au mois de mars (5-0), mais hormis cette référence, la meute de Sa Pinto ne s’est jamais imposée par plus d’un pion d’écart en championnat et en C3. Les Leoes finissent souvent les matchs avec 55 ou 60% de possession du ballon et une flopée d’occasions franches au compteur pour au final ne faire trembler les filets qu’à une ou deux reprises. Si la défense centrale ainsi que Rui Patricio - exceptionnel face à City et Kharkiv - venaient à rompre ne serait-ce que durant 90 minutes, difficile d’imaginer que la pointe du Sporting volerait à leur secours.

Et Van Wolfswinkel ne prouvera pas le contraire. Face à Benfica, il a inscrit le pénalty victorieux, mais il a aussi foiré une rafale de balles de break seul devant Artur. Que ce soit le Hollandais ou les autres joueurs offensifs de Lisbonne, aussi doués soient-ils, face à Bilbao et pour éventuellement soulever le trophée en mai, ils devront faire preuve de plus de réussite. Ou sinon, c’est la médaille qui les attend et pas la coupe. Comme en 2005...

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 51 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 9 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT)
À lire ensuite
L'amour Courtois