Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Superliga
  3. // 26e journée

Le Sporting ouvre la voie du titre à Porto

Elle se devait d'être le tournant de la fin de la saison au Portugal et elle a tenu ses promesses. La 26è journée de la Liga Sagres a vu le FC Porto dominer Braga (0-1) et se diriger un peu plus vers le titre, car le Sporting est enfin venu à bout de Benfica après 8 derbys sans victoire pour les leoes d'Alvalade. A quatre journées de la fin, Porto dispose de quatre points d'avance sur son éternel rival.

Modififié
La très très très bonne opération

Elle est encore pour Porto, qui éloigne d'un coup ses deux adversaires potentiels dans la course au titre. Pour Leonardo Jardim et ses hommes, désormais à cinq points de la première place, l'éphémère journée passée au sommet de la Liga Sagres constitue déjà un lointain souvenir. Après Benfica, c’est donc sur les dragons que Braga s’est cassé les dents samedi dernier. La sentence est plutôt sévère étant donné le niveau de jeu qu’a affiché le club de Pinto da Costa, assis à côté d’Antonio Salvador dans les tribunes de l’Estadio Axa. Le succès 1-0 de Porto est représentatif de la saison de l'équipe de Vitor Pereira. Moche, mais la plupart du temps efficace. Un paradoxe que l’on retrouve en défense chez les dragons. Ils ont beau posséder la meilleure arrière-garde du Portugal, elle n’inspire aucunement confiance ni sérénité. Cette statistique, malgré la bonne volonté de Maicon et Otamendi, les Portistas ne la doivent en grande majorité qu’à Helton, une nouvelle fois héroïque contre Braga.

Et au manque de réalisme des Minhotos, grands dominateurs de la rencontre. A l’instar de Cheyrou contre le PSG, Hugo Viana a eu dans ses pieds l’occasion de planter un but qui aurait totalement boulversé la rencontre; mais à l’instar du Marseillais, il a bourriné au-dessus des cages. Résultat, Porto l'emporte par KO sur une frappe du droit de Hulk, sur lequel Quim s'est quand même un peu troué. Braga a des qualités, certes, mais Braga n’a pas encore le mental nécessaire pour être champion. Intraitable contre les petites équipes, l’équipe arsenaliste a du mal contre ses deux concurrents directs. Leonardo Jardim n’a plus le choix, pour espérer, il va devoir faire un sans faute. Et dire qu’il y a encore le Sporting sur sa route avant la fin de la saison...

La très très très mauvaise opération

Braga a de quoi être inquiet pour la suite des événements, car plus rien n'arrête ce Sporting, et encore moins à domicile. Sa Pinto est un véritable faiseur de miracles, et il l'a prouvé un peu plus en battant Benfica (1-0) alors que les leoes ne gagnaient plus contre leurs rivaux depuis huit matchs. Ok, le pénalty de Ricky Van Wolfsvinkel qui donne la victoire au Sporting aurait pu ne pas être sifflé, mais en ce qui concerne la qualité de jeu développée par les deux équipes, il n'y a pas eu photo. Pablo Aimar suspendu, l'entrejeu de Benfica a longtemps fait n'importe quoi, entre passes ratées et mauvais choix de la part de ses apôtres, Jorge Jesus avait de quoi se tirer la crinière. Le manque de justesse de ses hommes, l'entraîneur portugais des encarnados le doit aussi à l'énorme pressing du Sporting dont les joueurs ont cavalé du début à la fin et maltraité le milieu et la défense adverses.

Van Wolfsvinkel aurait pu s'offrir un hat-trick s'il avait été plus réaliste et si Artur n'avait pas sorti un match de malade, comme à l'accoutumée. Les dauphins du FC Porto au classement ont quand même tenté de réagir dans le dernier quart d'heure mais se sont montrés bien trop faibles dans les 25 derniers mètres pour inquiéter la défense du Sporting. A l'image de l'entrée de Yannick Djalo à la mi-temps, Benfica a affiché beaucoup de volonté, mais a trop souvent pêché techniquement et à la finition. Les Lisboètes se retrouvent à quatre points de Porto, alors qu'ils en possédaient cinq d'avance il y a un mois et demi. Le Sporting pour sa part, récupère la quatrième place.


Et les autres, au fait ?

Ce week-end, le Portugal était un "derby country". Eclipsé par ceux du Nord et de Lisbonne, le derby de Madère (et de Funchal par la même occasion) fut le plus spectaculaire des trois. Six buts inscrits au total et un scénario improbable. Le Nacional est allé corriger - le justement incorrigible - Maritimo sur sa pelouse (2-4), alors que tous le monde donnait pour acquise la victoire des hommes de Pedro Martins. Mais les gros matchs laissent très peu souvent la logique s'exprimer comme ce week-end où tout a réussi au Nacional, qui après avoir rapidement mené 2-0, n'a jamais été vraiment inquiété. Mais comme c'était une bonne fin de semaine pour le PSG, Benachour a quand même marqué. Période à chier en revanche pour l'Académica de Pedro Emmanuel, pas foutu de gagner un seul match depuis le 12 décembre 2011. Mais vu la merde dans laquelle se sont enfouis Feirense et Leiria, la zone rouge n'est pas d'actualité pour les Etudiants.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25