1. //
  2. //
  3. // Interview Christian Ramon

« Le service militaire ferait du bien à certains joueurs de l'OM ! »

Avant d’être un business mondial, taper le ballon a d’abord été un loisir. Il y a soixante ans, loin des transferts à 100 millions, Christian Ramon foulait les pelouses de France, maillot de l’OM sur les épaules. Le football d’un autre monde.

Modififié
651 7
C'est quoi le parcours d'un joueur de foot dans les années 50-60 ?
Généralement, il n'est pas très grand. J'ai commencé en cadets à l'OM, j'étais tout jeune, et je les ai quittés quand j'avais 27 ans pour aller à Martigues qui m'a fait une proposition. Comme nous étions en deuxième division avec l'OM, ce n'était pas très intéressant. Je suis un minot du club, j'ai fait toutes les catégories de jeunes, et je suis passé pro. J'ai signé pro et ensuite je suis parti faire mon service militaire.

Le service militaire ?
Oui. À l'époque, tout le monde devait faire son service. Mais à ce moment-là, c'était la guerre d'Algérie et heureusement que je jouais au foot. Ça m'a peut-être sauvé la vie, indirectement. Tous les jours, il y a des hommes qui quittaient la France pour aller à la guerre. Normalement, j'aurais dû partir en Afrique du Nord, mais comme j'étais footballeur, mon colonel de l'époque m'a fait rapatrier à la caserne de Sainte-Marthe (dans le 14e). J'avais la chance d'être à la maison.


Donc après votre service, vous jouez à l'OM ?
J'ai toujours joué à l'OM, depuis tout petit jusqu'à 27 ans. Pendant mon service, je jouais avec une équipe militaire. On partait en déplacement dans la France pour jouer contre les autres équipes. Je me suis vraiment régalé. En 1956, on termine même champion de France. Notre colonel était tellement heureux qu'il nous avait laissé une permission. Ça n'arrivait jamais ! (rires) Puis j'ai terminé en 1957 et j'ai rejoué avec l'OM. À mon époque, c'était Mancardi, les frères Méano, Schiaparelli, Serge Polo... Des bons joueurs, je me souviens. En 1961, on est en deuxième division, et Martigues me propose de jouer pour eux avec, en plus, un travail dans une raffinerie.

Niveau salaire, ça donnait quoi ?
Oh là ! Je préfère même pas en parler ! (rires) Même si on avait des contrats, on touchait une misère à côté de ce qu'ils touchent aujourd'hui. On était payé tous les mois, mais comme des bons ouvriers. Maintenant, c'est une folie.

« Dans les années 50-60, l'OM n'était pas la préoccupation majeure des habitants. Je me souviens d'un match contre Forbach au Vélodrome, avec exactement 434 personnes dans le stade. Ça fait un vide... » Christian Ramon

Et l’OM, ça ressemblait à quoi il y a 60 ans ?
Ça n'avait rien à voir. Vraiment rien à voir. Moi, j'étais jeune et j'ai eu la chance de jouer avec des grands joueurs de mon époque comme Gunnar Andersson et Yeso Amalfi, et ça se passait très bien. J'avais beaucoup de respect pour ce qu'ils étaient. Après, au niveau sportif, on s'entraînait à l'Huveaune (un ancien terrain municipal sur lequel jouait l'OM, ndlr), on montait et descendait les tribunes pour travailler le physique. Aujourd'hui, ils sont tous à la gym, avec les machines (rires).

Et le club était aussi populaire qu'aujourd'hui ?
Oh non ! Le football, ça a globalement toujours marché, mais dans les années 50-60, l'OM était en deuxième division et ce n'était pas la préoccupation majeure des habitants. Je me souviens d'un match qu'on avait joué contre Forbach au Vélodrome. Après le match aller du championnat, on les recevait au Vélodrome. Il y avait exactement 434 personnes dans le stade. Ça fait un vide... Je te laisse imaginer.


Vous jouiez derrière. C'était quoi un bon défenseur à l'époque ?
Je jouais sur les côtés, principalement arrière droit. Avant, on avait des consignes très précises. Par exemple, on n'avait pas le droit de dépasser le centre et on devait toujours rester en retrait, pour couvrir. Après, le football n'était pas vraiment le même. Mais de voir qu'aujourd'hui, les défenseurs montent et font des centres, c'est fou... En tout cas, moi, ça ne m'est jamais arrivé !

Aujourd'hui, quand vous voyez l'OM, il vous vient quoi à l'esprit ?
Oh cette année, ce n'est vraiment pas terrible. On ne finira certainement pas bien classés... Il manque un peu de tout dans cette équipe. Ça n'a rien à voir avec le football d'avant.

« Aujourd'hui, les joueurs touchent des centaines de milliers d'euros par mois, et franchement c'est exagéré. Ils pourraient diminuer les montants, et ça ne changerait pas le football. » Christian Ramon

Vous pourriez leur conseiller un passage au service militaire ?
Ah sûrement ! Ils seraient sans doute un peu plus disciplinés. Il y en a certains à qui ça ferait du bien, parce que quand on les voit jouer... Je ne vais pas citer de noms, mais ils manquent de combativité, ils se laissent trop aller. Avec ça, ils apprendraient le respect et surtout la discipline.

En tant que Marseillais qui a joué à l'OM, vous avez quoi à dire à ceux qui n'arrivent pas à atteindre l'équipe pro ?
En jeunes, nous étions beaucoup moins nombreux qu'aujourd'hui, et on n'a pas été nombreux à finir pro non plus. Mais c'est vrai qu'il y avait plus de joueurs régionaux dans l'équipe. Pour réussir, il faut briller et avoir certaines qualités. Avant, si t'étais un peu au-dessus du lot, c'était bon, il n'y avait pas autant de concurrence. Si on joue à l'OM en tant que marseillais, on en est fier, mais quand il faut partir, souvent on le fait sans regret.


Donc il faudrait plus de Marseillais à l'OM ?
Aujourd'hui, il n'y en a pas. On en a eu, mais maintenant, à l’OM, moi j’aimerais voir des joueurs marseillais ou de la région. Le problème, c'est que quand ils sont bons, soit on les laisse s'en aller, soit on n'en fait rien… À mon époque, il y avait beaucoup plus de gens de la région dans l'équipe. Pas des tonnes hein, mais c’est toujours un plus d’avoir des garçons issus du coin, qui comprennent, qui aiment le club. Là, ils défendent leur maillot, leur ville.

Vous avez quelle image du football aujourd'hui ?
C'est triste, mais le premier mot qui me vient, c'est l'argent. Pour ça, aujourd'hui, le foot c'est extraordinaire. Moi, si j'étais joueur et qu'on m'en proposait autant, je le prendrais. Mais tout a tellement changé. Aujourd'hui, les joueurs touchent des centaines de milliers d'euros par mois, et franchement, c'est exagéré. Ils pourraient diminuer les montants, et ça ne changerait pas le football.

« À 81 ans et après vingt ans de football dans ma vie, j'ai complètement coupé les ponts avec le ballon rond. Aujourd'hui, je joue aux boules, ça me va très bien ! » Christian Ramon

Il paraît qu'on vous surnommait le Gentleman, c'est parce que vous étiez beau gosse ?
Oui, je sais même plus qui avait sorti ça. En fait, c'est surtout parce que j'étais toujours correct. J'étais un défenseur un peu viril, mais jamais je ne pensais à faire mal. J'étais vraiment correct, sport. J'ai jamais blessé quelqu'un ou quoi que soit ! J'étais loin des tacles de Di Meco (rires).

Mais vous étiez quand même beau gosse ?
Disons que j'étais jeune, ça c'est autre chose ! (rires)

Et avec les femmes, les joueurs avaient autant de succès que maintenant ?
À l'époque, être une vedette, c'était pas pareil non plus. Quand tu étais connu, les gens venaient voir ta tête. En fait, ils voulaient voir par curiosité. Souvent, quand on se déplaçait, les gens venaient sur le quai de la gare pour nous voir, nous faire signe et puis c'est tout ! (rires) Je me demande comment font aujourd'hui les grandes stars pour se faire suivre tout le temps comme ça...

Aujourd’hui, vous êtes toujours lié au milieu du football ?
Non, ça ne me dit plus rien. D'une part, je ne vais plus au stade... Et même à la télé, l'autre soir, j'ai regardé une mi-temps et j'ai changé. J'ai complètement coupé les ponts. À 81 ans et avec 20 ans de football dans ma vie, je pense que c'est bon. Aujourd'hui, je joue aux boules, ça me va très bien ! (rires)

Propos recueillis par Benjamin Asseraf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Il était donc du légendaire OM-Forbach.

Une autre époque, un emploi en raffinerie comme "bonus", le rêve quoi. :)
A part le passage sur le service militaire, le reste n'est que pure nostalgie/ressentiment.


Elle est loiin l'époque où les joueurs venaient de la ville voire de la région du club où ils jouaient. Si seulement les clubs pouvaient se le permettre.


Et pourquoi moins payer les joueurs ?!? Voici un cas d'école du rapport moral et du ressentiment que les français ont quand il s'agit d'argent.
 //  08:50  //  Supporter des Pays-Bas
Le service militaire?
Ils gueulent déjà quand on leur demande de venir à l'heure aux entraînements...
Nostalgie et ressentiment? Je ne vois rien de tel, il dit bien qu'il prendrait lui aussi cet argent, avoir tourné la page.. Il n'en fait par ailleurs des tonnes de son époque alors qu'il pourrait pourtant, son football n'est point qualifié d'"âge d'or" pour rien, le jeu primait alors sur le reste et était à bien des égards plus riche qu'aujourd'hui..

Quant au rapport complexe de la France à l'argent, certes, mais c'est aussi le plus élémentaire des bons sens que d'interroger les flux d'argent qui désormais gravitent autour d'individus souvent vulgaires et sans caractère ni parfois même sans grand talent intrinsèque..
Rastashaman Niveau : CFA2
Message posté par SonnyBer
A part le passage sur le service militaire, le reste n'est que pure nostalgie/ressentiment.


Elle est loiin l'époque où les joueurs venaient de la ville voire de la région du club où ils jouaient. Si seulement les clubs pouvaient se le permettre.


Et pourquoi moins payer les joueurs ?!? Voici un cas d'école du rapport moral et du ressentiment que les français ont quand il s'agit d'argent.


Rien a voir ac le ressentiment, on appelle ça la "décence". Quand tu vis dans un monde où il y a un milliard de personne qui touchent que 1$/jour, tu peux penser qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, surtout quand d'autres touchent 1$ rien qu'en inspirant.
Ce n'est pas remettre la faute sur le dos des footeux (le mec le dit lui-meme, on lui proposerait autant d'argent il dirait oui, comme 99% d'entre nous) mais sur le système en lui-même. Et oui tu paierais moins cher les footeux, pas sur que le spectacle en serait changé pour autant.
Bota67 & Rastashaman, j'ai essayé de vous glisser un second +1 en douce, rien à faire.
Mais merci pour vos réponses, ça fait du bien.
Avec ma femme on se le dit tous les jours que le service militaire ferait du bien ! Et ça ne servirait pas qu'au footeux !
Pour l'avoir fait, tu tombes rarement sur des Académiciens... Mais tu apprends le respect de la hiérarchie, de ta mission quelle qu'elle soit, des couleurs (celui de ton unité et de la France mais quand tu apprends ce respect, tu en as ensuite pour celle de ta ville et de ton club)

Après, c'est aussi une question d'éducation. Des jeunes portés aux nues avant même s'être servi d'un rasoir, pété de thunes avant même d'avoir trimé dans les champs l'été pour se payer un scooter, si papa/maman et la famille ne sont pas là pour ramener la grosse tête sur Terre (quand c'est pas carrément eux qui foutent la merde, hein Mme Rabiot!), ça fait rarement des adultes équilibrés à 22 ans !

Alors oui, tout a changé. Le foot, la vie, le monde. Mais les valeurs de respect et de travail sont toujours d'actualité pour être quelqu'un... de respectable.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
651 7