Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Le Roy : « J'aurais aimé devenir DTN »

Après la chute du régime en Tunisie et en Egypte, les tensions au Yemen ou Bahreïn, le « printemps arabe » sévit, depuis quelques semaines en Syrie. Arrivé quelques jours avant le début des hostilités, Claude Le Roy, sélectionneur de la Syrie, est le témoin parfait pour parler du soulèvement. Et, au passage, tacler par derrière la FFF suite à l'affaire Mediapart.

Modififié
Comment s'est passée votre arrivée en Syrie ?


La Fédération syrienne, après les résultats obtenus avec Oman, a demandé à me voir. Je suis allé à Damas et un accord a été trouvé aux alentours du 20 avril. 15 jours après, les problèmes ont commencé.

La télévision française montre chaque jour, le soulèvement du peuple syrien, avez vous vu quelque chose ?


Ce qui est terrible, c'est que j'arrive en Syrie il ne se passe absolument rien et quelques jours après les problèmes commencent. Pourtant, j'ai parcouru un peu Damas afin de trouver un appartement et je n'ai rien vu donc je suis contrarié, car je reçois beaucoup d'informations, mais elles sont souvent contradictoires. Le seul phénomène visible c'est la difficulté que j'ai à passer des coups de téléphone. La télévision syrienne montre continuellement les enterrements des soldats et en France on parle d'affrontements entre insurgés et militaires.


Quelle est la situation à Damas ?


Je peux vous dire qu'à Damas, il ne se passe rien du tout. Je suis allé dans tous les quartiers, comme Mezzé ou Douma et depuis 15 jours je n'ai rien vu du tout. Je fais des entraînements tous les jours dans la ville et le seul soulèvement que j'ai vu, c'est une manifestation pro-Bachar El-Assad. Mais ça ne veut pas dire qu'il ne se passe rien ailleurs. Il semblerait que beaucoup de choses se passent à Deraa, dans le sud du pays.



Rencontrez-vous des complications pour exercer votre métier ?


C'est cela qui est étrange. Si vous sortez le soir, il y a des familles partout. De plus on est allé jouer à 30km de Damas il y a quelques jours contre un club local et il ne se passe absolument rien. J'essaye de discuter avec les gens et alors qu'en Tunisie on sentait beaucoup de haine pour Ben Ali, en Egypte pour Moubarak, ici la population semble avoir de l'estime pour Bachar El-Assad. Il y a aussi le problème avec les joueurs, car beaucoup d'entre eux viennent de Lattaquié ou Homs et pourtant ils n'ont de cesse de me dire qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter et aucun ne m'a dit qu'il ne pourrait pas se présenter aux stages organisés.



L'ambassade de France vous a-t-elle transmise des consignes ?


J'ai eu un premier rendez-vous avec l'ambassadeur de France, qui est, cela dit en passant, un passionné de football, chose rare dans les sphères politiques, mais on a l'impression que l'ambassade de France cherche à apaiser ce qu'il se dit dans les médias occidentaux. Ceci étant avec les informations que je reçois, il est certain que des choses graves se sont passées à Lattaquié, Homs ou Deraa, donc j'attends d'en savoir un petit peu plus avant de prendre une décision.


Si le soulèvement persiste, que songez-vous à faire ?


Il faut être en accord avec ce pour quoi on se bat depuis toujours. C'est pour cela que j'attends d'avoir des informations concrètes. Le seul problème c'est que je viens de m'engager avec le pays pour deux ans donc il faudra trouver un terrain d'arrangement.


Vous avez entendu parler de l'affaire révélée par Mediapart et qui fait grand bruit en France?


Un ami m'a parlé de cette histoire, qui ne risque pas d'arranger l'image du football français dans le monde. J'aurais bien aimé prendre le poste de DTN après le départ de Gérard Houllier, car je pense avoir une carrière qui me permet de savoir comment mettre en place de nouveaux codes de jeu et une nouvelle envie. Et il est évident que je n'aurais pas empêché les Arabes ou les Noirs de jouer ! Si cette histoire s'avère être vraie, c'est vraiment ahurissant. Rien qu'une ébauche d'une pensée comme celle-ci serait terrible. La mission du football c'est de justement donner une éducation à des enfants qui en sont privés. Je me pose beaucoup de questions sur toute cette stigmatisation envers les personnes de couleur. Quand je vois, par exemple, les visites à Lampedusa je ne reconnais plus mon pays. Croyez-moi quand on vit à l'étranger on ne peut pas dire que la France ait une bonne image. J'entends très souvent des personnes me dire qu'ils ne reconnaissent pas le pays des Droits de l'Homme.


Qu'est ce qu'il faudrait changer selon vous ?


Je ne sais pas s'il faut changer quelque chose. L'objectif de la direction technique nationale c'est faire de la recherche. Je n'ai aucune prétention mais j'estime avoir mis en place certaines choses tout au long de ma carrière. Dans les centres de formation les gamins sont livrés à eux-mêmes pendant des années et des années donc ils n'entendent plus les discussions et réflexions d'adultes sur le monde, la vie ou le quotidien et quand on passe à côté de ça on passe à côté de choses essentielles. Le suivi scolaire est très important. Je me rappelle de ce que j'ai mis en place à Grenoble avec la génération des Djorkaeff, où on avait adapté un cursus à chacun, où on avait tenté au maximum de les faire évoluer dans un environnement avec des bacheliers et des gens de leur âge étudiant dans des sphères différentes. La question qu'il faut se poser ce n'est pas comment faire des footballeurs mais comment façonner des hommes.

Propos recueillis par Nicolas Bach

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 37 minutes Le nouveau coup d'éclat de René Higuita
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE