1. // Copa Libertadores
  2. // 1re journée

Le roman de la Libertadores, chapitre 1

La Libertadores 2013 n'a que huit jours, mais déjà de belles histoires à raconter. Une équipe intoxiquée, des insultes racistes, un duel colombiano-mexicain à l'arrière-goût de blanche, et un traître de retour.

Modififié
6 13
« La Libertadores se situe au même rang que la Ligue des champions, mais se dispute dans un autre contexte. » L'appréciation est signée Gabriel Heinze. De retour à Newell's Old Boys, le club de ses débuts, depuis la mi-2012, l'ex du PSG a dû attendre ses 34 ans pour goûter à la très épicée compétition latino-américaine. La première fois d'El Gringo s'est déroulée jeudi dernier. Un 14 février. Une soirée de Saint-Valentin euphorique, lors de laquelle les fans de Newell's n'ont cessé de crier leur amour pour leur club (cf. l'impressionnante vidéo, ci-dessous). Pour les Lépreux, privés de Libertadores depuis sept ans, le scénario fut idéal. Un match maîtrisé, et une victoire 3-1 face aux Paraguayens d'Olimpia. L'ultime but de la rencontre a été inscrit par Maxi Rodríguez, l'ex de Liverpool. Autre ex passé par l'Europe, Lucas Bernardi n'a pas pu prendre part à la rencontre. Le milieu défensif a été suspendu pour trois mois, après avoir été contrôlé positif à la pseudoéphédrine en novembre dernier. La soirée idyllique vécue par Newell's et Heinze a toutefois été entachée par un incident. Au terme de la rencontre, le défenseur paraguayen, Salustiano Candia, a assuré avoir été traité de « nègre de merde » par l'attaquant argentin Maximiliano Urruti. Le Guarani a fait part de son intention de porter l'affaire devant la FIFA et la CONEMBOL « J'ai joué cinq ans en Argentine et c'est la première fois que cela m'arrive » , s'est indigné l'ex de Godoy Cruz et Colon de Santa Fé. Mais la Libertadores, c'est un autre « contexte » , comme dirait Heinze.

Les supporters rouge et noir de Newell's, un petit ton au-dessus de ceux de la route de Lorient
Youtube

Ex-narcos vs narcos ?

2012 a été l'année de la rédemption pour les Millonarios Bogota. Leur président a évoqué la possibilité de renoncer aux titres remportés quand le club était dopé par les narcodollars du cartel de Medellin (1987 et 1988), et l'institution de Bogota a enfin renoué avec un sacre national. Pour leur premier match en Libertadores depuis seize ans, le hasard du tirage a mis sur la route des Millonarios les Xolos Tijuana, le sulfureux club mexicain. Une manière de se confronter à nouveau à son trouble passé. Créés il y a seulement six ans, et sacrés champions du Mexique en décembre, les Xolos sont détenus par la controversée famille Hank Rhon. Maire de la ville et créateur du club, le père, Jorge, a été suspecté par la DEA d'entretenir des liens avec des pontes de la drogue. C'est l'un de ses 19 enfants, Jorge Alberto, 29 ans, qui tient désormais la laisse des Xolos. Officiellement, tout du moins. Pour le premier match de son histoire en Libertadores, ce club sulfureux, mais parfaitement structuré est allé l'emporter sur le terrain des Millonarios (0-1). Une surprise si l'on se réfère à l'histoire respective des deux clubs, mais rien de plus logique quand l'on connaît le rapport de force actuel entre les deux équipes, et les deux championnats. Dans la foulée de leur titre de champion, les Millonarios de l'ex-Strasbourgeois Wason Rentería ont ainsi été contraints de laissé partir deux de leurs meilleurs joueurs vers Queretaro, lanterne rouge du dernier exercice mexicain. Toute comparaison avec la passation de pouvoir entre cartels colombiens et mexicains serait de mauvais goût ...

De malade cardiaque à buteur

Ivan Alonso, vous vous souvenez ? L'attaquant uruguayen a traîné du côté de l'Espanyol Barcelone et d'Alavès, avec qui il a disputé la fameuse finale d'UEFA 2001 face à Liverpool. Désormais employé par le Nacional Montevideo, où il côtoie notamment Sebastian Abreu et Álvaro Recoba, Alonso a retrouvé, mardi, Toluca, le club mexicain avec lequel il a été sacré deux fois meilleur buteur du championnat (apertura 2011 et clausura 2012). Des retrouvailles houleuses. Car Alonso a quitté le club mexicain en juillet dernier dans des circonstances troubles. Un problème cardiaque lié à l'altitude lui avait été diagnostiqué, mais le corps médical du club assurait qu'il pouvait encore poursuivre sa carrière. Alonso, qui a vu Dani Jarque mourir dans ses bras quand il évoluait à l'Espanyol, s'était montré inflexible. Il a mis un terme à sa carrière. Six mois plus tard, le goleador gambade sous le maillot du Nacional et ne craint plus l'altitude, puisqu'il était titulaire, mardi, sur le terrain de Toluca. L'Uruguayen assure qu'un nouveau diagnostic l'a fait revenir sur sa décision en fin d'année dernière. Conspué sur chacune de ses touches de balle, Alonso n'a rien fait pour soigner sa cote de popularité au Mexique, en inscrivant le but de la victoire des Bolsos (2-3). Retour sur terre brutal pour Toluca, qui avait entamé sa Libertadores, mercredi dernier, par une brillante victoire sur le terrain de Boca Juniors (1-2).

Toluca-Nacional (2-3) :
Youtube

Ce mardi, le journée fut ronde pour le football uruguayen, puisque Peñarol l'a également emporté, face à Emelec (1-0). Un succès pas indemne de polémique. Au matin de la rencontre, les Équatoriens ont assuré avoir été victimes d'une intoxication alimentaire, consécutive à leur repas pris la veille au soir au sein de l'hôtel Sheraton de Montevideo. Dix joueurs auraient été touchés. Face aux accusations des Équatoriens remontés, leurs homologues de Peñarol ont démenti toute implication. Au final, Emelec a aligné son équipe type, et a concédé une courte défaite au mythique stade Centenario.

Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

cavibomba Niveau : DHR
Énorme les supp de Newells
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
Autant les deux premiers articles de la journée étaient chiants, autant celui-ci rien à dire si ce n'est chapeau bas !
l’ambiance de malade!
tu penses a celle des stades en France et tu pleure...
suggestion a Soofoot,faite nous un article genre top dix des plus beau chant de supporters ou ambiance stade.
genre de truc a vous donnez la chaire de poule!
Merci pour la vidéo Toluca - Nacional , c'est justement celle qui m'intéressé !
Article top rien a dire , et pour ceux qui aime les comparatifs entre Copa Libertadores et Ligue des Champions ça se résume brièvement en deux mots :
Ambiance et Argent !
( voir la vidéo de Newell's a partir de 2'50 )
@ bomayé

va sur youtube, tape panathinaikos basket...tu verras ce que les gars qui comptent parmi les fans de foot les plus chauds du monde peuvent faire quand ils sont en mode détente au basket.

article très sympa sinon.
Atletico Tucuman
http://www.youtube.com/watch?v=JZrd1ayHS4o
http://www.youtube.com/watch?v=XykUO3wISsc
http://www.youtube.com/watch?v=EC-Q67HiMGQ

Nueva Chicago
http://www.youtube.com/watch?v=bsDCnIKs1gU

Tigre
http://www.youtube.com/watch?v=ZmNTqSU281k
http://www.youtube.com/watch?v=MattL_V2JGE

Platense
http://www.youtube.com/watch?v=xa6Y9cIC9fc

Deportivo Moron
http://www.youtube.com/watch?v=YmU78MnSWsY

Independiente Avellaneda
http://www.youtube.com/watch?v=uWsEBWaTJIo

Racing Avellaneda
http://www.youtube.com/watch?v=Q04vSYiIwWM
http://www.youtube.com/watch?v=ME3mkeLKkl8

River Plate
http://www.youtube.com/watch?v=9ctddwp_RHk
http://www.youtube.com/watch?v=WxA5a3jscRc

Boca Juniors
http://www.youtube.com/watch?v=NT8v42y-OG8
http://www.youtube.com/watch?v=N8JRazHcJh0

All Boys
http://www.youtube.com/watch?v=-RgXnSkq … -WkhWLDc5w
http://www.youtube.com/watch?v=tjyr91UIchE

Newell's Old Boys
http://www.youtube.com/watch?v=n4Agsz6RALc
http://www.youtube.com/watch?v=T9__Y8nvvzs

San Lorenzo
http://www.youtube.com/watch?v=rNPUPrlCpWw
http://www.youtube.com/watch?v=AjTTmmjJw7Y
http://www.youtube.com/watch?v=jyp8cSa4qzs

Voila pour les meilleurs ambiances en Argentine , dites au Turc et au Grecs qu'ils continuent de crier nimporte quoi comme des malades mentales pour battre leur record de décibel et dites aux anglais qu'ils continuent de chanter leur " you'll never walk alone" en début de match pour rester assis et muet le reste du temps , les vrais ambiances de football ne se situent clairement pas en Europe
Très bon article comme d'habitude.
PS : C'est Vicente Sanchez l'ancien joueur de Schalke, l'America et Toluca justement sur la photo est non Ivan Alonso.
Courage au peuple mexicain, car ce mal fait des ravages.

En espérant que cela fasse bientôt partie du passé pour la Colombie.
Ce sont des délires différents.
Angleterre il y a un côté plus solennel, religieux dans les chants.
Chez les grecs et les turcs + balkans c'est plutôt ambiance hostile "on va à la guerre" et aucune femme en tribune.
En Argentine et en Uruguay, on trouve toutes les générations et les sexes, même si les barras sont généralement masculines. Il y a un côté festif, carnaval coloré. Mais le véritable délire c'est : ne pas entendre ta hinchada chanter c'est comme perdre la face, d'où une surenchère. Du coup, c'est pas rare de voir donc des équipes se faire éclater sur le terrain mais la hinchada répond en tribune comme si de rien n'était.
Je préfère largement l'AmSud car les chants sont vraiment longs et élaborés et il y a une répartie constante entre les hinchadas.
Je dirais que l'ambiance dans les stades Argentins n'a pas d'équivalent au monde tout simplement ! et ce meme en Nacional B ( Ligue 2 )
Pareil pour la Libertadores , en terme d'ambiance inter-club !

Pour faire clair le football économique se fait en Europe , le futbol ambiance se fait en Amerique du Sud !
C'est de la folie ce stade des Newells! Ils s'arrêtent jamais de chanter??!
Haaaa les charmes de la copa Libertadores, entre les rumeurs d'intoxication, les hinchas locaux qui viennent chanter devant l'hotel de l'équipe en déplacement toute la nuit pour pas qu'ils dorment, les évanouissements du à l'altitude en Bolivie ... bref un charme que la ligue des champions n'aura plus jamais vu son embourgeoisement, et c'est bien dommage pour elle ...

Par contre que Riquelme revienne vite parce que là Boca c'est vraiment trop dur sans lui ... :(
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Touche pas à mon Arsenal
6 13