1. //
  2. // Tottenham/Chelsea

Le Roman de Chelsea

Champion d'Angleterre en titre, Chelsea n'a jamais été aussi mal depuis la prise de pouvoir de Roman Abramovich. Aujourd'hui, c'est Tottenham au programme avant de se ferrer Arsenal et MU. C'est par où la sortie ?

0 3
Il faut le voir pour le croire, mais Chelsea est en crise. Que ce soit de résultats, de confiance, de jeu ou de fonctionnement interne. A tel point qu'on se demande ce que glande Roman Abramovich...

Il y a un mois, une visite chez les voisins honnis de Tottenham n'aurait pas effrayé l'escouade d'Ancelotti. Il faut dire que White Hart Lane s'apparentait à la seconde maison des Blues (dix-sept matches sans défaite entre 1989 et 2006) et les fans des Blues s'amusaient à surnommer l'antre des Spurs “Three Points Lane”. Ça, c'était avant le trou d'air de novembre. Cinq points en six matches de championnat et une seconde mi-temps apocalyptique contre Everton la semaine dernière (1-1). Oui, les Blues sont à la ramasse. Mercredi contre Marseille, ce n'était pas une équipe B alignée sur le pré olympien comme de nombreux observateurs pouvaient le faire croire. Carlo Ancelotti préparait son déplacement londonien. Et force est de constater que l'équipe est rouillée, empruntée, désabusée et terriblement marquée. Aussi bien physiquement que mentalement.

Le virage de l'intersaison a été raté. Out Deco, Belletti, Carvalho et Joe Cole. Quatre joueurs d'expérience avec un vécu local important. L'apport de Ramires et Benayoun, les deux recrues, est nul ou presque. Suffit de regarder le banc de touche des Blues pour s'apercevoir du désastre... Chelsea n'a plus l'épaisseur nécessaire pour courir deux lièvres à la fois. Et comme Roman Abramovich, l'omnipotent propriétaire, rêve toujours d'un sacre européen, l'équipe vacille en son Royaume. Même John Terry semble à côté de ses pompes. Au-delà des séquelles du “Terrygate”, le pilier défensif tire la langue. A 30 ans, son corps ne suit plus. A l'image d'un Frank Lampard cramé sur l'autel de performances physiques surhumaines pendant cinq ans (plus de soixante-dix matches par an toutes compétitions confondues) et dont le retour au plus haut niveau, à 32 ans, s'inscrit en pointillé... Quoi qu'il en soit, les Blues composent avec ce qu'ils ont. Par exemple, Alex s'est retrouvé installé dans la peau d'un titulaire, Ramires semble perdu et Drogba traine sa maladie (paludisme) comme un spleen, sans avoir de remplaçant.

Des coulisses agitées

Et ça, c'est uniquement pour la partie terrain. Car en coulisses, Roman a coupé quelques têtes. Et pas les moins importantes. Ray Wilkins, l'un des historiques de Mourinho et du club en général, s'est fait lourder comme un malpropre de son poste d'entraîneur adjoint début novembre et cherche encore à comprendre le scénario de son exécution. Dans le même tempo, le manager Franc Arnesen -arraché aux Spurs- a été prié de suivre le même chemin et c'est tout le système mis en place par José Mourinho qui a foutu le camp. En voulant réaffirmer sa position dominante, Roman Ier a cassé son jouet et la stabilité qui faisait la force du club.

Pourtant l'espoir est encore permis. Terry le sait et le balance dans la presse anglaise. « Cette période est difficile à vivre. Mais personne ne peut dire qu'il joue particulièrement bien en ce moment, donc ce n'est pas le moment de parler à tort et à travers, assène le capitaine. Il faut donc rester solidaires et croire en nous » . Surtout que le calendrier à venir est copieux. Outre le déplacement coupe-gorge à Tottenham, les Blues vont se coltiner Arsenal et Manchester United en l'espace de quinze jours. Trois matches pour redresser la tête ou crever. Une fois ce triptyque passé, on saura vraiment où en est Chelsea. A quelques encablures de Noël, Roman Abramovich serait alors bien inspiré de se transformer en Père Noël plutôt qu'en Père Fouettard...

Tottenham/Chelsea, aujourd'hui à 17h

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Tottenham devrait en profiter , ils on quand même une équipe pas dégueu ! Surtout quand on peut se permettre de composer avec VDV,Modric et Bale au milieu.
"L'apport de Ramires et Benayoun, les deux recrues, est nul ou presque."

Jtrouve ca fort de mettre dans le même bateau l'éthiopien et Benayoun. L'israélien avait effectué un début de saison plus que correct. Et depuis bah... il s'est blessé.
Donc forcement que là il n'apporte rien...
je trouve que tout le monde enterre chelsea très vite, quand je pense qu ils ont que 2 points de retard sur arsenal leader après le mois de novembre dégueulasse qu ils ont fait. et puis c est mieux d avoir un coup de mou en novembre qu en avril ou mai.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Mes que un Qatari club
0 3