Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Man City-Man United

Le roi David est courtisé

L'arrivée de David de Gea au Real Madrid est de nouveau d'actualité, au moment où des médias anglais annoncent que United ne le retiendrait pas en cas de belle offre. Deux ans après le fiasco du fax arrivé deux minutes trop tard, le gardien espagnol s'apprête peut-être à rejoindre sa ville natale.

Modififié
C'est prévu, écrit, annoncé, programmé. Un jour, David de Gea sera le gardien du Real Madrid. Un transfert qui, comme souvent avec le Real, dépend au moins autant d'une logique sportive que d'un caprice présidentiel, et qui aurait déjà dû être acté il y a deux ans. Sauf qu'au mercato 2015, derrière leurs grands airs d'institutions iconiques et intouchables, Manchester United et le Real avaient fait hurler de rire la planète entière en ratant la transaction à cause d'un fax arrivé deux minutes trop tard. « Après l'heure, c'est plus l'heure » dit l'adage, et les deux clubs n'avaient pas été foutus de s'envoyer les papiers nécessaires avant la clôture du mercato fixée le 31 août à minuit pile. Un gag, une bourde digne d'un étudiant flemmard dont l'amende dans le métro finit majorée parce qu'il la laisse traîner depuis trois mois. Le Real avait à l'époque publié un communiqué assez dingue, dans lequel il se dédouanait de toute erreur en pointant United du doigt, et où on pouvait lire le déroulement du processus minute par minute. Tout commence par « le Real a remis à Manchester les contrats à 13h39, heure espagnole. » Ensuite, la course à l'imbroglio semble inarrêtable. « Manchester United a remis ses commentaires sur ces documents huit heures plus tard, à 21h43 » précise le texte, avant d'enchaîner : « Le Real, après avoir fait signer De Gea et Keylor Navas, a remis au club anglais les contrats à 23h32 » , puis « Manchester est tombé d'accord avec les représentants de Keylor Navas à 23h53 » . Et au moment où le suspense est insoutenable, patatras : « À 00h, Manchester a rentré dans la base de la FIFA les informations liées au transfert de De Gea, mais pas celles du transfert de Keylor Navas. Le club a envoyé au même moment les contrats signés. Le Real a reçu l'ensemble de la documentation à 00h02 et a essayé d'accéder au logiciel TMS, mais il était déjà fermé. »

Martial, la gestion du Mou

Keylor le dindon


Ce scénario n'est pas celui d'un mauvais épisode de Jack Bauer, et sort bel et bien du communiqué officiel qu'a publié la Maison-Blanche le 1er septembre 2015 après s'être rendu compte que De Gea n'était pas dans l'avion pour Madrid. Avec dans le rôle du dindon de la farce le pauvre Keylor Navas, qui sortait d'une première saison au Real où il n'avait pas beaucoup joué en tant que doublure de Casillas, et qui aurait dû servir de monnaie d'échange. À l'époque, le Costaricien n'avait pas hésité à raconter aux médias cette scène inimaginable de lui patientant à l'aéroport en attendant de partir vers Manchester, sans que personne ne l'informe de rien, et qui avait attendu que les heures passent : « J'attendais à l'aéroport, dans une salle privée comme on m'avait demandé de le faire. Toutes les cinq minutes, les choses changeaient. Rien n'était clair et je n'étais pas tranquille jusqu'à ce que tout cela se termine. Quand tout était fini, je suis allé dans la pièce avec ma femme, et j'ai commencé à repenser à tout ce qui s'était passé, et j'ai simplement craqué. Il y a des moments que je n'espère jamais revivre car ils sont difficiles. J'ai pleuré avec ma femme et j'ai décidé que je devais sortir et j'ai été parler avec le président. » Deux ans plus tard, les choses semblent mieux embarquées. Le mercato est encore loin, mais le Real veut un nouveau gardien et la presse croit savoir que Mourinho et Manchester ne s'opposeraient pas au départ de De Gea si la somme proposée était satisfaisante. Les planètes sont-elles enfin alignées ? Les médias qui gravitent autour du dossier sont persuadés que oui.

Les épiciers


Le souci, c'est que les médias en question sont loin d'être les plus fiables, et ont chacun dix versions différentes des faits. En début de semaine, c'est le bidon The Sun qui affirmait que le Real était prêt à claquer 71 millions pour De Gea. Dans le même temps, Marca faisait sa une sur le gardien espagnol et jurait que son salaire en Angleterre – 12 millions d'euros annuels – pourrait être un frein. Quelques semaines plus tôt, le Sun avait déjà proposé une front page où l'on pouvait voir De Gea, mais aussi Courtois, qui était entré dans la valse des goals pistés par les Merengues. Au milieu de cette foire, l'Independent ajoutait que le Real pourrait sacrifier Toni Kroos dans l'échange, tandis que Sky Sports jurait que Courtois avait la priorité des Madrilènes. Bref, un foutoir où les petits comptes d'épiciers se mélangent aux fake news. De façon plus sérieuse, on sait que Navas n'est pas intouchable au Real, et qu'il ne l'a d'ailleurs jamais été. Sportivement, Zizou n'a pas forcément à se plaindre, même si son portier n'est pas une assurance tous risques. Mais ce que veut Pérez, comme d'hab', c'est du rutilant, du m'as-tu vu. S'il est né et élevé à Madrid comme l'est De Gea, c'est encore mieux. Et si en plus il a été formé chez les rivaux de l'Atlético et qu'il y a moyen de les faire rager, c'est tout bénéf'. En plus, son agent se nomme Jorge Mendes... Bref, De Gea est le candidat idéal, et entrerait un peu plus dans le costume du nouveau Casillas après lui avoir pris la place en sélection. Le storytelling est parfait. Et pour le remplacer à Manchester, là aussi la presse a tout un tas d'idées plus ou moins farfelues, allant de Lloris à Samir Handanovič. Éternel frisson du mercato, la valse des gardiens semble bien engagée pour le cru été 2017. Reste à ne pas se décider deux minutes trop tard.



Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Premier League - J26
Man. City-Man. United




Dans cet article


Hier à 16:27 Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes 12 Hier à 15:01 Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 99
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 09:30 Les trophées 2018 de SO FOOT !
À lire ensuite
Martial, la gestion du Mou