1. // Premier League – 7e journée

Le réveil de Lampard

Bousculé ces derniers temps, Frank Lampard a montré qu'il n'était pas encore tout à fait mort en inscrivant trois buts face à très faible formation de Bolton.

Modififié
1 0
Bolton / Chelsea : 1-5


Buteurs : Boyata (46’) pour les Wanderers ; Sturridge (2’, 26’) et Lampard (15’, 27’, 59’) pour les Blues.

Enorme trou d’air de Bolton en première période. Owen Coyle, évidemment en short, était sonné sur son banc, ses hommes accusant déjà un retard de 4 buts à la pause. La faute à un gardien hongrois, Bogdan, catastrophique (deux fautes de main) et à une passivité effarante à ce niveau des Wanderers. En marchant, jamais attaqués, les Blues ont paru même surpris des boulevards laissés à disposition, en témoigne la montée de David Luiz de 50 mètres sur le quatrième but, qui n’a réellement rencontré un adversaire qu’à l’approche des vingt mètres. Un non-match de Bolton très inquiétant, véritable passoire et lanterne très rouge de cette Premier League. Un non-match qui aura surtout offert à Lampard l’occasion de se remettre un peu en confiance, en marquant trois buts dans les six-mètres.

Blackburn / Man. City : 0-4


Buteurs : Johnson (57’), Balotelli (59’), Nasri (73’) et Savic (87’) pour les Citizens

Si Agüero n’a pas marqué aujourd’hui, c’est juste qu’il s’est blessé dès la 26ème minute. Si Balotelli marque en ce moment, c’est sans doute qu’il doit comprendre qu’avec les caprices de Carlos Tevez, il peut avoir sa carte à jouer dans l’effectif citizen. Super Mario a même été aperçu en flagrant délit de jeu collectif, et de sourire. Pourtant, la partie a mis une petite heure à trouver un rythme digne de ce nom. En raison d’un tempo de sénateurs, les Rovers ont réussi à retarder la fessée mais un exploit individuel d’Adam Johnson (un enroulé du gauche léchant la lucarne) a réveillé les Citizens qui auraient pu, avec un peu plus d’efficacité, repartir d’Ewood Park avec le double de buts. Un Ewood Park qui n’est plus dans le temps de l’indulgence avec le coach Steve Keane, le remplaçant par défaut d’Allardyce l’hiver dernier. Les banderoles « Keane out » sont officiellement de sortie.

Sunderland / West Bromwich : 2-2


Buteurs : Bendtner (24’) et Elmohamady (26’) pour les Black Cats ; Morrison (4’) et Long (5’) pour les Baggies

Cela aurait pu terminer sur un 4-4, 5-5, 10-10. Le manque de justesse devant les cages et deux défenses en bois massif ont fait de ce match un ramassis de n’importe quoi. Avec des petites fenêtres de réussite très réduites, West Brom calant deux buts en deux minutes, Sunderland copiant 20 minutes plus tard le schéma.


Everton / Liverpool : 0-2


Buteurs : Carroll (72‘) et Suarez (82‘) pour les Reds



Peut-on oublier le fait que l’arbitre a salopé ce 216ème derby en excluant sans trop comprendre pourquoi Rodwell dès la 23ème minute ? Franchement, non, car ce Liverpool était loin d’être sensationnel, peinant à digérer sa supériorité numérique, manquant un pénalty (superbe arrêt de Howard sur Kuyt) en première période.

En gros, le seul sourire des 45 premières minutes, c’est une frappe laser de Charlie Adam qui s’écrase sur la barre de Tim Howard, en tenue camouflage ce samedi après-midi. Et la grosse grimace, c’est Downing, éteint comme jamais depuis la reprise. Passée l’heure de jeu, Kenny Dalglish n’en peut plus de ce manque de peps et fait rentrer deux jokers de luxe : Steven Gerrard à la place d’Adam et Bellamy contre Downing justement. Alors, est-ce ce coup de coaching ou une baisse physique légitime des Toffees ou la combinaison de ces deux données, toujours est-il que c’est à partir de cet apport de sang frais que Liverpool va réussir à se sortir d’une partie décevante. José Enrique déborde et s’enfonce sur le côté gauche pour délivrer un caviar en retrait à Andy Carroll. Le très critiqué Andy ouvre le score et s’achète par la même occasion sa première dose d’amour auprès des supporters Reds. Baines et Distin se gêneront ensuite dans les dix dernières minutes pour laisser Suarez donner une ampleur non méritée au score.

Pour Dalglish, le principal est acquis : la victoire dans le derby et enfin une clean sheet qu’il attendait depuis le 20 août et la démonstration des Scousers à l’Emirates. Et pour Dalglish, un mauvais souvenir est effacé. La dernière fois qu’il avait posé ses fesses sur le banc de Goodison Park, il y a 20 ans, il en était ressorti sans job, rendant son tablier à l’issue d’un 4-4 épique en FA Cup.

Man. United / Norwich City : 2-0


Buteurs : Anderson (68’) et Welbeck (87’) pour les Red Devils

Norwich peut s’en mordre les doigts. S’ils avaient eu des attaquants dignes de ce nom, les Canaries auraient pu être les premiers à sortir vainqueurs d’Old Trafford cette saison. Car ce n’est pas tous les jours que les hommes de Paul Lambert auront deux situations de supériorité numérique dans la surface des Red Devils et un face-à-face avec le portier de l’après-midi Lindegaard, paraît-il titulaire cet après-midi parce que De Gea s’est fait gauler à piquer des Donuts dans une boutique. Et ce n’est pas tous les jours non plus que le gardien de but de Norwich, Ruddy finira son match sans concéder un pénalty. N’empêche qu’avec toutes ces situations favorables, Man United sort avec un écart de +2 flatteur, Anderson marquant après une série de têtes sur corner et Welbeck profitant des espaces de fin de rencontre et d’un caviar de Park pour doubler la mise. Si Norwich veut vraiment entrer dans le costume du Blackpool de la saison dernière, il devra avant tout savoir marquer. Côté défensif, la copie est pour le moment fidèle à l’original.

Wolverhampton / Newcastle : 1-2


Buteurs : Fletcher (88’) pour les Wolves ; Ba (16’), Gutierrez (38’) pour les Magpies

Il est sans doute encore trop tôt pour vraiment savoir de quoi sont capables ces Magpies, toujours invaincus certes, mais n’ayant croisé qu’une seule fois la route d’un membre du Big Four ou assimilé (Arsenal en l’occurrence, 0-0). Car tout ne fut pas parfait à Molineux, Tim Krul sortant les arrêts au bon moment et Newcastle s’octroyant une fin de match crispante avec la réduction du score de Fletcher. Mais l’équipe d’Alan Pardew a retrouvé le striker qui lui manquait depuis le départ de Carroll, en la personne de Demba Ba, dans une forme qui n’est pas sans rappeler celle connue à Hoffenheim. Les Magpies ont encore une bonne trentaine de jours pour préparer un mois de novembre qui nous en dira plus sur le réel niveau des coéquipiers de Cabaye, toujours nickel. Newcastle enchaînera deux déplacements consécutifs à Manchester (City et United dans l’ordre) avant de recevoir Chelsea.

Aston Villa / Wigan : 2-0


Buteurs : Agbonlahor (36’), Bent (62’) pour les Villans

Ne cherchez pas trop loin la raison du début de saison plus que correct des Villans, toujours invaincus : Gabriel Agbonlahor, transfiguré depuis le départ de Houllier qui ne le portait pas franchement dans son cœur. Buteur et passeur décisif pour Darren Bent, Agbonlahor a déjà rempli son total but de la saison dernière. Pour une saison débouchant sur l’Euro 2012, le réveil du rapide attaquant de Villa est plutôt bien « timé » .



Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La Juve fait le show
1 0