En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // 5e journée
  4. // US Boulogne/Châteauroux

Le retour du corsaire Thil

Ce soir contre Châteauroux, Grégory Thil retrouve sa dernière équipe avec son US Boulogne, club de cœur et de buts. Plus de 100 fois en 6 ans, Greg le Rouge & Noir a percé les coques adverses. Il est de retour. À l'abordage.

Modififié
« Grégory Thil va peut-être revenir. C'est une idole ! 100 buts en 6 saisons, de la CFA à la Ligue 1... Il a 35 ans, mais ça reste un grand ! » Le 31 juillet dernier, alors que la rumeur du retour de Thil à l'US Boulogne Côte d'Opale enfle, Joël et son kop Red and Black s'enflamment déjà. Si, dans le foot plus qu'ailleurs, la valeur n'attend point le nombre des années, les 35 printemps de Greg n'émoussent en rien la passion que suscite son retour. Quoi de plus normal pour un joueur éclos sur le tard, à l'image d'un Steve Savidan ? En 2011, il confiait à So Foot avoir « tout connu. Jusqu'à 18 ans, j'ai joué en district, après la PH et la DH. À 21 ans j'ai connu la Ligue 2, j'en suis descendu, j'ai connu le chômage... » Aujourd'hui, tout le stade de la Libération en est convaincu : Greg sera un prophète du but.

Quand la Bucaille allait à Marseille


Du haut de son âge quasi canonique, Greg Thil a donc tout connu. Le chômage, mais aussi la montée en Ligue 1, le dernier match contre Amiens : « Les pauvres, ils descendent avec 43 points. Moi, j'étais sûr qu'on allait le gagner, avant le match, je sentais une énergie. Tu pouvais pas perdre ! On gagne 4-0, un match de rêve, la communion avec le public, c'était génial. Une ville comme Boulogne ! Être en Ligue 1, alors que 4-5 ans avant j'étais en CFA ! Jouer Marseille, Paris, c'était magique ! » Alors, forcément, son retour dans la cité du Baron Bucaille ramène quelques brebis égarées : « Il paraît que les ventes d'abonnement ont augmenté, ouais. Faut voir avec la comptabilité ! Y en a certains qui sont partis après la Ligue 1 et qui vont peut-être revenir au stade. C'est sûr qu'à l'entraînement, en ville, les gens sont contents ! Plein de marques d'affection, de sympathie. Je m'y attendais un peu. Tu sais, Boulogne, je connais bien, je sais que je suis apprécié ici. Je sais que les Boulonnais sont contents que je revienne au club. »

Enfant chéri, respect des anciens


L'occasion pour le meilleur public de Ligue 2 en 2011 de fêter le toujours meilleur buteur de l'histoire du National sur une saison (31 buts en 2007). Didier Ollé-Nicole a fait du chemin (11 clubs entraînés en 15 ans, quand même), mais il sait ce que représente un Thil à la Libération, à la veille du premier match au port des Corsaires contre Colmar, en août : « Sur un terrain parfait, dans un stade surchauffé, avec le retour de l'enfant chéri, ce sera compliqué. Et Boulogne compte beaucoup de joueurs d'expérience dans ses rangs, qui sont déjà allés voir au-dessus. » De fait, avec Fabre au but, Argelier derrière, Ducasse au milieu, et donc Thil pour finir, l'équipe pose plus de 800 matchs pro sur le terrain. Forcément, ça donne des idées : « Ce qui serait bien, c'est de ramener le club au statut pro, ce serait bien, ouais. J'ai signé 2+1, après, tant que je pourrai continuer, je continuerai. C'est les anciens qui m'ont dit ça : "Tant que tu peux jouer au foot, joue, c'est un des plus beaux métiers." Moi, dans ma tête, je suis un joueur. »

La vie aquatique


Et jouer, pour Thil, ça fait quinze ans que ça dure : « C'est quand même ma 15e année de football ! Je suis le plus âgé, je peux amener du mental, l'expérience, l'importance de travailler, les valeurs boulonnaises, l'abnégation, ne pas lâcher, être déterminé... Et puis quelques buts aussi, hein ! » Pour l'instant, le jeune papa d'Alessandro la joue plus Gerrard que Del Piero, avec une passe décisive contre Colmar. Ça tombe bien, Steve et Zissou sont ses chouchous, même si « on n'a pas d'idole, on aime des équipes. Alessandro, c'est plutôt pour les origines italiennes de sa maman. Moi, ça a toujours été Liverpool. Et Steven Gerrard, pour son attachement à Liverpool, ce qu'il dégageait comme capitaine. Quand on venait de monter en Ligue 1, on était partis tous ensemble à Ibiza avec l'équipe, et j'avais rencontré Steven Gerrard là-bas. J'étais comme un gosse ! Vraiment, Liverpool, c'est un club qui me fait vibrer, c'est un club magique. » À défaut de Yellow Submarine, Greg va retrouver le kop Red and Black. Et ça ne sera pas pour faire le moussaillon.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 5
il y a 3 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 1 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41
À lire ensuite
La bataille d'eau