En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Le retour de Lass la menace

C'est quasiment officiel, Lassana Diarra va effectuer son retour en Ligue 1, en signant au Paris Saint-Germain. Après un an sans presque jouer, l'ancien Marseillais tente un énième come-back.

Modififié
La visite médicale a été passée avec succès, Lassana Diarra sera selon toute vraisemblance un joueur du Paris Saint-Germain dans les prochaines heures. Le leader de la Ligue 1 aux velléités européennes engage donc un joueur qui fêtera ses 33 ans le 10 mars, qui n’a joué que cinq petits matchs en un an à Al-Jazira. Et encore, cinq rencontres aux Émirats arabes unis, dans un championnat pour le moins peu compétitif. La dernière fois que l’ancien Marseillais a joué un match de Ligue des champions, c’était il y a presque six ans. Le 14 mars 2012, il disputait deux minutes sous le maillot du Real Madrid en huitième de finale retour contre le CSKA Moscou. Des faits suffisamment éloquents pour qualifier ce transfert de mauvaise idée ? Pour considérer Lassana Diarra comme cramé ? Que nenni, l'histoire a largement prouvé qu'il ne fallait jamais enterrer le gamin de Belleville.

As de la relance


Cet été, le FC Barcelone a fait le pari de faire revenir Paulinho en Europe, peu importent les railleries qui accompagnaient un tel choix. Après deux ans passés à amasser quelques billets au Guangzhou Evergrande en Chine, le milieu de terrain brésilien en est à huit buts en dix-neuf matchs de championnat et fait tout simplement une énorme saison. Le PSG tente le même genre de coup de poker cet hiver. À deux exceptions près. La première, c’est que Lassana Diarra ne coûte pas 40 millions d’euros, il arrive gratuitement. La seconde, c’est que le milieu de terrain français a en plus déjà prouvé que ce genre de come-back ne l’effrayait en aucun cas. Spécialiste des transferts hivernaux (de Chelsea à Arsenal en janvier 2007, d’Arsenal à Portsmouth en janvier 2008, de Portsmouth au Real en janvier 2009), Lass aime rebondir en cours de saison et parvient souvent à se relancer lorsqu'on le croit fini.


Au début de sa carrière, après une saison au HAC en guise de tremplin, il embraye sur des grosses écuries, en jouant à Chelsea et Arsenal, avant de devoir descendre en standing à Portsmouth pour retrouver du temps de jeu. En un an, il explose et se retrouve de nouveau prêt pour en découdre avec un grand d’Europe : le Real Madrid. Résultat : quatre saisons de grande qualité, avant que l’aventure ne tourne au vinaigre. En 2015, le retour à la compétition est encore plus bluffant. Après trois ans d’exil dont plus d’un an et demi sans jouer au football à cause d’un imbroglio contractuel avec le Lokomotiv Moscou, Lass débarque à Marseille à 30 ans. Le football français l’a enterré. Pourtant, il ne faut que quelques matchs pour qu’il s’impose tout simplement comme le meilleur numéro six du championnat, mange le milieu de terrain parisien à lui tout seul au Parc des Princes, et redevienne un titulaire indiscutable en équipe de France. Malheureusement pour lui, une blessure l’empêchera de disputer l’Euro.

Profil parfait


Depuis, Diarra a encore trouvé le moyen de se perdre aux Émirats arabes unis pour régler ses problèmes de comptes en banque, son ancien club, le Lokomotiv Moscou, lui réclamant 10 millions d'euros. Mais le PSG est prêt à retenter le coup Lass, une dernière fois. Il faut dire que Paris n’a pas vraiment le choix. Il est clair que pour terminer la saison, le club de la capitale devait se renforcer à ce poste, compte tenu de la forme du vieillissant Thiago Motta (35 ans), souvent blessé ou pris de vitesse lorsque le rythme s’élève. Pour continuer à jouer sur tous les tableaux jusqu’à la fin de saison, Paris ne pouvait pas se permettre de constamment bricoler avec Adrien Rabiot ou Giovani Lo Celso devant la défense. Il lui fallait un numéro six de métier, pas cher, et qualifiable pour la Ligue des champions en cours de saison. Lassana Diarra remplit tous ces critères. Depuis Thiago Motta, le club de la capitale n'a cessé de se planter lorsqu'il a été question de recruter à ce poste : Yohan Cabaye, Benjamin Stambouli, Grzegorz Krychowiak... Des noms qui laissent même penser que le recrutement de Lassana Diarra n’est peut-être pas le plus gros risque pris par le PSG de Nasser Al-Khelaïfi. Parce que sur quelques mois, Lass fera forcément le taf.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


lundi 19 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12 lundi 19 février 414€ à gagner avec Barça & Bayern 2 lundi 19 février 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 19 février Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 19 lundi 19 février Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 11