1. //
  2. // Barcelone/Villarreal (5-0)

Dans un système inédit, le Barca n'a fait qu'une bouchée d'un Villarreal totalement impuissant, et rejoint le Real aux premières loges de la Liga. En fait, même les remplaçants survolent les débats.

Modififié
0 50
{{FC Barcelone 5-0 Villarreal}}

{Buts : Thiago Alcantara (25è), Fabregas (45è), Alexis Sanchez (47è), Messi (52è, 74è) pour le Barça}



Après le set blanc madrilène d'hier soir, le Barca tenait tout particulièrement à ne pas manquer sa première, face à un adversaire a priori autrement plus coriace que le sympathique Saragosse. Petit souci pour Pep Guardiola, la liste des absents de la soirée : Alvès, suspendu, Puyol, Piqué, Adriano, Maxwell, blessés. Soit quasiment toute la défense, remplaçants compris. Le Pep tente donc un petit coup de folie, en proposant une défense à trois, composée d'Abidal, Busquets et Mascherano, avec Seydoux Keita juste devant pour jouer le rôle de la sentinelle. Allez, et tant qu'on y est, on va laisser Xavi et Villa sur le banc, et mettre Thiago Alcantara et Alexis Sanchez à la place. Ca y est, le coach catalan a un banc et il s'en sert déjà.


Première constatation, bah ça ne change absolument rien. Le Barça monopolise le ballon, n'est jamais inquiété, et est toujours aussi dangereux. Messi bute sur Diego Lopez, et Busquets trouve la barre de la tête. Villarreal est totalement asphyxié, ne sort pas de sa moitié de terrain, perd tous ses premiers ballons. Devant, Rossi et Nilmar ne voient pas la balle, et quand ils l'aperçoivent c'est pour courir après. 25ème minute de jeu, Thiago perfore dans l'axe, avance, n'est pas attaqué, et frappe à l'entrée de la surface. Ils sont quatre défenseurs autour de lui, mais aucun ne se décide à intervenir. Et de un. Avec ce système, le Barça se crée moins de situations, car Alvés et Abidal ne sont pas là pour jouer les rôles du cinquième et du sixième attaquant dans les couloirs. En revanche, avec trois défenseurs plutôt que deux, l'équipe est encore plus solide. Valdés, capitaine d'un soir, n'est inquiété qu'une seule fois en 45 minutes, sur un hors-jeu de Rossi. On approche de la mi-temps, et Messi n'a encore rien fait de très spectaculaire. L'Argentin prend donc la balle, attend l'appel de Fabregas, et place sa passe millimétrée habituelle qui envoie l'Espagnol seul devant Diego Lopez, qu'il crochète pour le 2-0. Quinze minutes de repos pour le sous-marin jaune, au bord du naufrage.


C'est reparti, deux minutes de jeu, et les petits nouveaux montrent qu'ils ont bien retenu la leçon. Thiago lance Alexis, seul face au gardien, et ça fait trois. Puis quatre, cinq minutes plus tard. Iniesta-Fabregas-Iniesta-Messi, bim bam boum, Villarreal n'y a vu que du feu. Sur son banc, Garrido a compris. Il sort Nilmar pour Senna, histoire de blinder le milieu. Xavi prend lui la place d'Iniesta, excellent, comme d'habitude. Le Barca contrôle, fait tourner, passe la barre traditionnelle des dix mille passes réussies à l'heure de jeu. Ah si, Rossi a frappé au but, quand même. A côté, malgré tout. On ne voit pas beaucoup Messi, mais quand on le voit, c'est but. 75ème minute, le double ballon d'or écarte sur Thiago, qui temporise, puis lui remet à deux mètres des buts. 5-0, encore un et le Real demande les droits d'auteur. Malgré deux trois occases de plus, ça n'ira pas plus loin. Le Barça repart sur les mêmes bases que la (les) saison(s) passée(s), et sait désormais qu'il peut s'appuyer sur son banc sans que l'on voit vraiment la différence. Villarreal a passé le plus dur, il a maintenant le FC Séville et le Bayern sur sa route. De la rigolade.

{{ {Leo Ruiz} }}

Modifié

je vois que le championnat d'Ecosse a repris, c'est bien.
Partenaires
Trash Talk basket Le kit du supporter Vietnam Label
0 50