1. //
  2. // 10e journée
  3. // Lens/PSG

Le retour de la liste noire au PSG ?

Ce soir, ce ne sont moins de 67 000 personnes qui auront la chance d'assister à la rencontre entre le RC Lens et le Paris Saint-Germain au Stade de France, pour le compte de la dixième journée de L1. À côté de cela, le PSG refuse toujours de vendre une centaine de billets supplémentaires à certains de ses supporters. De quel droit ? Difficile de le savoir.

Modififié
14 3
Pour bien comprendre la situation présente, il faut revenir en arrière. Depuis le départ de la saison, le RC Lens a dû quitter son stade Bollaert, en rénovation en vue de l'Euro 2016, pour trouver refuge, à « domicile » , au stade de la Licorne d'Amiens. À l'occasion de la réception du PSG, le RC Lens a décidé dès le départ que cette rencontre se jouerait au Stade de France. Il est plus alléchant d'attirer 60 000 personnes dans l'enceinte dyonisienne que d'en faire descendre 20 000 à Amiens. Or, qui dit match du PSG, à l'extérieur, mais près de Paris, dit forcément afflux massif de supporters contestataires du PSG qui restent persona non grata au Parc depuis plusieurs années. En effet, pour un match à l'extérieur, le club recevant (en l'occurrence, Lens) est chargé de gérer et contrôler la vente de tous les billets. Cela permet alors aux supporters parisiens mis au ban du Parc de pouvoir assister à cette rencontre en toute tranquillité. Et ça, la direction parisienne ne peut l'accepter. Depuis maintenant trois ans, celle-ci semble en effet déployer une énergie folle à barrer l'accès du Parc des Princes, mais aussi à l'extérieur à certains supporters (la plupart d'anciens ultras, mais pas que), allant jusqu'à franchir les limites de l'illégalité comme le démontre la récente condamnation de la CNIL.

Le PSG récupère la vente de billets


Comme prévu donc, de nombreux supporters parisiens indésirables au Parc se sont précipités, dès le mois d'août, sur les billets du match Lens-PSG. Les 6 700 billets réservés aux Parisiens dans la tribune Nord du Stade de France avaient trouvé preneurs. C'est seulement en septembre que l'on apprend que le consortium Stade de France et le RC Lens avaient pris la décision d'annuler ces billets. Raison invoquée ? Selon un article paru dans Le Parisien jeudi « la vente ne respectait pas les mesures de sécurité en vigueur pour un match à l'extérieur de l'équipe de la capitale, des fans des deux clubs risquant de se retrouver à proximité. » Or, il semblerait que les personnes vivant dans le Nord et ayant acheté sur internet des places en tribune Nord (là où sont censés s'installer les supporters du PSG) aient automatiquement été replacées en tribune Sud. Ce qui met à mal l'idée selon laquelle les supporters des deux clubs auraient pu se côtoyer dans une même tribune. D'autant que la plupart des ultras lensois ont décidé de boycotter ce match...

Le PSG a mis en place un système exceptionnel dans le cadre de la nouvelle vente de billets à ses supporters. En effet, après avoir renseigné leurs informations bancaires pour effectuer le paiement en ligne des billets, les supporters parisiens entrent dans une phase d'attente de validation de leur demande de billet. Une pratique tout à fait inédite selon Maître Cyril Dubois : « Je n'avais encore jamais vu ça, souffle-t-il, surpris. Le problème, c'est que pour certains supporters, en l'occurrence des lambdas n'ayant appartenu à aucune association de supporters dissoute, la validation de leurs demandes fut quasi immédiate. Mais pour d'autres, ceux dont les noms figuraient déjà sur la black-list du PSG et qui ont déjà été confrontés à de tels problèmes, là, soit la validation se fait étrangement attendre, soit elle est purement et simplement refusée sans raison valable, les personnes s'étant plaintes auprès de moi n'étant pas interdites de stade (ni IAS, ni IDS)... » Un membre d'ADAJIS (Association de défense et d'assistance juridique des interdits de stade) confirme : « Depuis plusieurs semaines, on ne cesse de recevoir des plaintes de personnes n'ayant rien à se reprocher et qui pourtant n'ont pas obtenu le droit, légitime, de se procurer des billets pour le match. »

Beaucoup de questions, peu de réponses


Comment se fait-il que des personnes tout à fait en règle aux yeux de la justice soient interdites d'accéder au stade ? Cyril Dubois avance une explication : « Le PSG semble continuer, en infraction totale avec la loi, à sélectionner son public et à chasser les indésirables. Il y a donc un gros faisceau d'indices permettant de penser que le PSG utilise toujours la liste noire dénoncée par la CNIL, ou en a créé une nouvelle, plus restreinte et plus ciblée, mais tout aussi illégale. » Au-delà de ça se pose aussi la question des dessous du système de validation exceptionnellement instauré par le PSG, mis en place entre le moment où l'on achète son billet et le moment où on l'imprime définitivement. « Comment ça se passe entre le moment où l'on remplit les informations nécessaires à l'achat et le moment où l'on voit son billet validé ? Concrètement que se passe-t-il derrière cela ? Qui contrôle ? Sur quels éléments se basent-ils pour juger du droit ou non d'une personne à entrer dans un stade si elle n'est pas frappée d'IDS ou d'IAS ? Le PSG est clairement en situation de récidive par rapport aux dernières conclusions de la CNIL, qui avait jugé illégal de trier ses supporters sur des éléments flous et non reconnus par la loi. Il faut maintenant qu'il y ait des sanctions, le Paris Saint-Germain n'est pas au-dessus des lois. »

Faites ce que je dis, pas ce que je fais


Suite à cette nouvelle affaire, les avocats des supporters parisiens ont déposé un recours en urgence devant la CNIL. Cependant, le match ayant lieu ce soir, il paraît peu probable que celle-ci ait le temps de se pencher sur le problème d'ici 20 heures. Il existe dès lors un risque réel de débordements. « Imaginez que certaines personnes arrivent ce soir devant le stade et se retrouvent bloquées aux portes de l'enceinte sans aucune raison valable. Que va-t-il se passer ? » , s'interroge Me Dubois. Sur son compte Twitter, Pierre Barthélémy, l'autre avocat en charge du dossier, allait plus loin en évoquant une possible manipulation de l'affaire de la part du PSG lui-même : « New blacklist, désinformation sur une procédure en cours... J'ai l'impression que le PSG fait tout pour provoquer des débordements demain... » Une crainte partagée par Cyril Dubois. « Le PSG et les pouvoirs publics ont tout intérêt à ce qu'il y ait des débordements lors de ce match. C'est inquiétant » , lâche-t-il, désabusé. De plus, il s'interroge sur le message qui est envoyé à tous les supporters ultras du PSG qui, depuis plusieurs années, n'ont de cesse de se conformer à la loi et de faire respecter leurs droits par le biais de la justice, alors que le club, lui, continue d'ignorer sciemment toutes les recommandations de la CNIL. Contacté par nos soins, le PSG n'a toujours pas donné suite à nos demandes d'interviews. Quoi qu'il en soit, ce dossier n'en restera pas là puisque les avocats des supporters incriminés ont bien l'intention de faire jouer le droit à fond. La CNIL, quant à elle, devrait elle aussi se pencher une nouvelle fois sur cette sombre histoire. En attendant, il n'y a plus qu'à espérer que le match de ce soir se déroule sans accroc. Ça sera toujours ça de gagné.

Par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Lamine Turgut Niveau : CFA
"J'ai l'impression que le PSG fait tout pour provoquer des débordements demain"

Oui ... Et ça va finir avec les coups de fusil en tribune d'Aurier :-(

(vraiment une sale histoire ...)
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
c'est encore patrick cohen qui fait la liste?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
14 3