Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // EURO 2016
  2. // 8es
  3. // Allemagne-Slovaquie (3-0)

Le retour de l'Allemagne impériale

Face à une Slovaquie limitée, l'équipe d'Allemagne est allée chercher sereinement sa place en quarts de finale (3-0). Et a proposé le meilleur fonds de jeu entrevu dans la seconde phase du tournoi.

Modififié

Allemagne 3-0 Slovaquie

Buts : Boateng (8e), Gómez (43e), Draxler (63e) pour l'Allemagne

Chacun son style. Le Portugais préfère attendre la 117e minute pour cadrer une première frappe. Mais tuer le match en une seule touche. Le Français préfère se mettre un handicap en début de match. Histoire de se mettre un peu de pression, et d'offrir quelques émotions au moment de retourner la situation. L'Allemand, lui, préfère mettre les choses au point d'entrée. Une mine de Boateng au bout de huit minutes, et les Slovaques savaient à quoi s'en tenir. Certes, les hommes de Joachim Löw ont ensuite joué avec leur proie, donnant l'impression que, peut-être, ils pourraient le regretter. Et puis finalement non. Gómez a douché les derniers espoirs adverses avant la pause, histoire de bien pourrir la causerie de Ján Kozák, puis Draxler a fini le travail dans le second acte. Du travail de pro pour un champion du monde en titre désormais grand favori pour la couronne continentale.

Tirs en rafale côté allemand


L'Allemagne ne perd pas de temps pour démontrer qu'elle va être au niveau dans ce huitième de finale. À la cinquième minute, Boateng, Neuer et Hummels jouent tranquillement devant le pressing de deux Slovaques. Sûre de sa force, la Mannschaft met une première banderille trois minutes plus tard. Après une première tête cadrée de Khedira sur un coup franc de Kroos, Boateng reprend sans se poser de question un ballon renvoyé dans l'axe par la défense centrale slovaque. 1-0, qualité allemande. Même défensivement, l'équipe de Joachim Löw maîtrise son sujet, alors qu'offensivement, elle envoie des frappes à un rythme industriel via Kroos, Özil ou Khedira. Le meneur de jeu d'Arsenal a beau manquer de tuer le match en voyant son penalty repoussé par Kozáčik (13e), l'Allemagne n'en affiche pas moins un jeu fluide et séduisant, avec une recherche constante de passes qui font mal à l'adversaire. Les Slovaques, quant à eux, tentent une rébellion sur un centre de Pekarík repris par Kucka, mais Neuer sauve son but avec brio (40e). Ce qui permet à Gómez de doubler l'avance allemande trois minutes plus tard après un festival de Draxler côté gauche. Après 45 minutes, la Nationalmannschaft semble avoir plié le match sans forcer.

Festival de Draxler


Au retour des vestiaires, les Allemands ne cherchent pas à faire plus que le nécessaire. Et gèrent tranquillement leur avance. Les Slovaques en profitent avec une frappe cadrée de Kucka à la fin d'une belle séquence collective (49e), mais Neuer veille. De son côté, Draxler commence à monter en température et percute sur le flanc gauche, sans succès (60e). Trois minutes plus tard, il tient son moment de gloire sur corner. Esseulé à la réception d'un second ballon, il fusille Kozáčik d'une reprise de volée du droit sous la barre. Une récompense méritée pour l'un des meilleurs joueurs de la partie (63e, 3-0). Le match est alors clairement plié, mais les Slovaques ont le mérite de continuer à tenter, notamment via une frappe de Ďurica de peu à côté (67e). Joachim Löw peut alors tranquillement faire tourner son effectif et lancer Höwedes, Schweinsteiger ou encore Podolski en lieu et place de Boateng, Khedira et Draxler. Son équipe continue de mettre le pied sur le ballon, d'occuper le camp slovaque, de croquer quelques belles situations – Kroos à la 90e par exemple – et termine un quatrième match sans prendre de but. Costaud, et surtout la promesse d'une superbe opposition de styles en quarts de finale face au vainqueur du duel Italie-Espagne lundi à Saint-Denis.

Par Nicolas Jucha, au stade Pierre-Mauroy (Lille)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall
À lire ensuite
Les notes de l'Irlande