1. // Amical
  2. // Norvège/France (2-1)

Le relevé de notes

Laurent Blanc commence son mandat par une défaite. On s'en foutrait presque. On a vu un peu de jeu et des mouvements. Mais aussi des erreurs...

0 0
FRANCE

Ruffier (4) : Stéphane était dans le bus de Knysna. Le salaud. Il a grugé son monde et s'est offert une première sélection plutôt ratée avec une faute de main sur l'égalisation norvégienne, un plongeon dans le vide sur le deuxième but et des sorties chaussures de ski aux pieds sur les corners. Okay, il se fend d'un "top arrêt" sur le coup franc de Riise, mais quand même... Cédric Carrasso peut dormir tranquille et reprendre du dessert.

Fanni (4.5) : le doyen des Bleus se sentait en danger. Il a pourtant rendu une belle copie offensive avec des centres à renvoyer Sagna chez Mia Frye. Mais défensivement, Rod n'a pas tellement rassuré. Moyen au marquage notamment.

Mexès (6) : brassard au bras, le grand Philippe était au centre des regards. Serein, profil haut, dur sur l'homme, Philou est dans le bon train et a pu montrer ses étoiles tatouées dans le cou à tous ses fans gothiques. On remet ça en septembre avec le brassard ?

Rami (5) : l'ancien jardinier de Fréjus est difficile à bouger. Mêmes les doublures lumières de Conan le Barbare ont galéré. Mais on attendait mieux de lui, surtout dans la relance.

Cissokho (5) : il jouait au Portugal il y a près de deux ans. Ce soir, il a été solide défensivement et intéressant offensivement. Plus discret en seconde mi-temps, dommage, donc la moyenne, tout juste.

M'Vila (7) : contrôle - passe. La base du football. Mordant à la récupération, utile dans la relance. Le Rennais a donné une impression de facilité pour sa première sélection. Dire qu'il n'a que 20 ans. Après 70 minutes de régalade, a laissé sa place à Yohan Cabaye, grand admirateur de Rhoff.

Sissoko (4) : une belle activité et une volée sur une déviation de Hoarau. Pour le reste, trop d'imprécisions dans les relances et son marquage à la Jean-Luc Sassus sur Riise a failli coûter cher aux Bleus. Finalement, Moussa n'a pas marqué les esprits. C'est con. Remplacé à la pause par Lassana Diarra (3) qui n'a visiblement pas digéré le plateau repas du vol AF2560 Tignes - Le Bourget. Sinon comment expliquer ce contrôle raté qui amène le second but des locaux ?

N'Zogbia (6) : on se demande encore ce qu'il fout à Wigan. Petit pied gauche sympa, il a régalé ses potes de petits caviars devant le but. Charles, fous le camp de Wigan bordel ! Son remplaçant, Hatem Ben Arfa (7) a pris la gonfle, trois crochets et une frappe limpide pour l'ouverture du score, Les Hatem Globe Trotters étaient en tournée. Newcastle ? Vraiment ?!

Nasri 6) : tripoteur de ballon marseillais, Samir a fait du Nasri : des feintes, des ouvertures, de la distribution et des petites frappes de poussins. Mais une vraie dégaine de numéro 10. A laissé Jimmy Briand finir le match à sa place.

Hoarau (5.5) : on l'attendait performant dans le jeu aérien, le Parisien s'en est plutôt bien sorti au milieu des grandes tiges scandinaves. Fin remiseur, le Réunionais a monopolisé l'axe central norvégien et libéré ses partenaires. Dommage qu'il se soit raté en défense sur la fin. Il joue avant-centre ? Tout baigne alors. Karim Benzema (5.5) lui a chourré sa place à l'heure de jeu pour retrouver ses trois potes de la "génération 87 tu peux pas test". Le Madrilène a envie de tout casser, ça s'est vu. Un peu de lenteur dans le geste décisif toutefois...

Rémy (4.5) : Thierry Henry est toujours vivant. Mais à cause du décalage horaire avec NY, il a cédé sa place à Jérémy Menez (6) à la mi-temps. Le Romain est bien rentré dans le match affichant une technique au-dessus de la moyenne nationale avant de rentrer dans le rang.

Laurent Blanc : pas de touillette dans la bouche, pas de « à partir de là » , mais un schéma tactique intéressant avec une première mi-temps encourageante, surtout dans la volonté de jouer au sol et vers l'avant. Plus brouillon en seconde mi-temps, Lolo commence par une défaite. Un détail ?

[page]
NORVEGE

Jarstein (7) : des belles sorties aux fraises sur les corners, une grosse parade sur une tête de Rémy, une claquette sur Sissoko, un bon mach de D2 anglaise.

Hoegli (5) : son nom veut dire "laid" en anglais. CQFD.

Waehler (5) : Bob Marley and the Whaeler. Comme après un bon joint, lent et défoncé. Remplacé par Demidov pour les 45 dernières minutes, un bijou dans Football Manager.

Hangeland (5.5) : on comprend mieux l'attrait d'Arsène Wenger pour le capitaine Viking. Très bon dans les airs, belle relance, le stoppeur de Fulham a un Dolph Lundgren dans chaque orteil : quasiment infranchissable.

J.A. Riise (6) : on connaissait ses touches de mammouth, sa frappe de bœuf et son charisme. Il a tout gardé. Le saint patron des Roux, c'est lui.

Hauger (3.7) : Remplacé par un mec dont tout le monde se fout. C'est vraiment tout ce qu'on retient. Triste.

B.H. Riise (5) : le frère de, avec beaucoup moins de talent et moins de tâches de rousseur. Remplacé par Skjelbred, meilleur en jeu vidéo.

Huselklepp (7.5) : pas mauvais en un contre un, le coton-tige de Brann Bergen a servi de test pour les reins de Philippe Mexès. Il s'est même fendu d'un but en bouffant Hoarau dans la surface et d'un petit contre d'école avec un crochet sur Ruffier pour le pion du 2-1. Le meilleur Norvégien du soir. Finira sa carrière à Derby County.

Grindheim (5.5) : t'es qui toi ? En le remplaçant en seconde période, Solli en a profité pour ajouter une trente-neuvième sélection à son CV. T

Gamst Pedersen (4.5) : à un moment, il a tenté de faire croire à son peuple qu'il était le nouveau Ryan Giggs. C'était en 2002. Au final, il est plus proche de Jérôme Rothen. Voire d'Olivier Quint.

Abdellaoue (4) : le régional de l'étape (le seul à jouer à Oslo). Le raté du match mais l'attaquant le plus dangereux côté norvégien. Tellement bouillant qu'il ne repartira pas en seconde période, suppléé par Ruud le buteur d'Odense. Lol.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La défaite en jouant
0 0