1. // Suisse – Super League – Bilan de la saison

Le règne de Bâle, saison IV

Pour la quatrième saison consécutive, le FC Bâle a été sacré champion de Suisse. Un titre vraiment pas évident à obtenir, qu'il a fallu disputer (presque) jusqu'au bout à une formation de Grasshopper en pleine renaissance. Derrière, le FC Sion, si fringant en début de saison, a tout perdu dans le money time, alors que Lausanne sauve sa tête et fait couler en D2 un Servette de Genève ou tout est à reconstruire. Hop, le bilan en Suisse !

Modififié
4 20
Yakin, le travail bien fait

Un 16e titre national, le 4e d'affilée, une finale de coupe nationale, une demi-finale européenne : elle est pas mal du tout, à l'arrivée, la saison des Bâlois. Elle est même belle en considérant qu'elle avait très mal débuté, avec une première moitié de saison toute merdique, passée la plupart du temps à évoluer hors du podium, à une bien piteuse quatrième place de Super League, loin du leader Grasshopper. Le FCB a compté jusqu'à 11 points de retard au soir de la 13e journée, après une défaite concédée à Lucerne, et à ce moment de la saison, franchement on ne voyait pas tellement comment Marco Streller et ses petits potes allaient bien pouvoir s'en tirer. Puis finalement, c'est l'arrivée d'un nouveau chef de meute qui a permis de retrouver plus de sérénité, l'entraîneur Heiko Vogel ayant été remplacé en octobre par l'ex-international Murat Yakin. Le changement a eu des effets bénéfiques et le FC Bâle a grignoté petit à petit son retard, malgré la retraite précoce d'Alex Frei (qui ne s'entendait pas avec Yakin) et malgré une attaque moins virevoltante que par le passé. Couplé à l'excellent parcours en Ligue Europa (demi-finale face à Chelsea après avoir sorti Tottenham, le Zénith et Dniepropetrovsk), ce sacre vient récompenser les efforts fournis par une sacrée bande de joueurs prometteurs et convoités : le défenseur Dragovic, le milieu Cabral, les ailiers Stocker et Salah… On devrait reparler de ce beau petit monde pendant la période des transferts.



Zurich hunter

Après une dernière saison calamiteuse, l'actuelle est synonyme de renaissance pour le Grasshopper Zurich, club le plus titré de Suisse. La surprise a été grande de voir les Sauterelles s'afficher en tête du classement dès le début de l'automne et d'y rester pratiquement jusque la fin de l'hiver. Malheureusement, il a bien fallu laisser passer Bâle à un moment et se muer en chasseur, essayant dans les dernières journées de revenir récupérer le leadership. Malgré une victoire 1-0 obtenue le 26 mai lors du choc face au FCB, le classement est resté stable. Tant pis pour le titre, 2e c'est déjà pas mal et ça permettra de figurer avec Bâle au 3e tour de la prochaine Ligue des champions. Et puis le GCZ s'est vengé en Coupe de Suisse, disposant de Bâle en finale pour s'offrir un premier trophée depuis une décennie. Il va maintenant falloir essayer de bien gérer une intersaison qui s'annonce d'ores et déjà compliquée, marquée par le départ surprise de l'entraîneur Uli Forte et celui possible du très prometteur milieu offensif Steven Zuber, 6 buts et 11 passes cette saison. A noter que l'autre club de la ville, le FC Zurich, obtient aussi une belle 4e place, qualificative pour la C3, grâce à une bien meilleure deuxième moitié de saison. Les autres clubs qualifiés pour l'Europe sont Saint-Gall, 3e, et Thoune, 5e.



Gattuso à Sion, triste épilogue

Ça aurait dû être un gros coup, ça a bien failli être un gros coup, mais finalement ça a fait flop. L'histoire de Gattuso à Sion s'est terminée le 13 mai par un limogeage opéré par le président Christian Constantin, un mec qui s'y connaît en la matière : pas moins de 5 entraîneurs se sont succédé sur le banc. Autant dire que le bon Gennaro ne devrait pas être déstabilisé par l'instabilité qui règne dans son nouveau club de Palerme… Mais pour en revenir à Sion, la saison avait pourtant parfaitement commencé cet été (5 victoires, 1 nul lors des 6 premières journées), avant que l'équipe ne glisse inexorablement au classement : 3e d'abord, puis 4e, 5e et enfin 6e dans le money time, la place du con, celle qui ne permet même pas de disputer l'Europe. Moche.



Le Servette et les torchons

Dans le bas de tableau enfin, les Vaudois de Lausanne Sport, avec un Laurent Roussey sur le départ, devancent assez largement la lanterne rouge du Servette Genève, qui redescend donc en Challenge League, la deuxième div' locale, remplacée la saison prochaine par Aarau. Le printemps aurait pu être plus triste encore pour les Genevois, qui n'étaient pas certains de se voir attribuer une licence pro par la Ligue pour repartir en D2 cet été, tant les finances sont toujours aussi borderline. Mais la réponse est tombée lundi, le club est autorisé à disputer la saison prochaine dans l'antichambre de l'élite. Avec qui par contre, c'est un autre problème qu'il va falloir résoudre… Quelques titulaires sont en fin de contrat et les rares autres qui se sont illustrés pourraient vite aller voir ailleurs. Un nouveau départ (presque) à zéro attend une équipe, dont les supporters se sont bien fait chambrer le 29 mai dernier lors du derby disputé à Lausanne (et perdu 3-0) : du fumier avait été préalablement répandu dans la tribune des visiteurs. La grande classe.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 1
A noter que Roussey a prolongé une saison avec Lausanne.
Régis Delanoë Niveau : DHR
Ah yes, merci pour l'info toute fraîche, j'avais zappé.
Et à propos de Tottenham, on peut dire que cette année rien encore, rien ne g'arrête Bâle.
Ibrahimoviol Niveau : District
Attention l'année prochaine à ne pas tomber dans le trou...
Je vois parfaitement cette tête de con de Frei s'embrouiller avec Yakin avant de se casser au dernier moment vers Lucerne. Paie ton jeu pour ta propre gueule. Bon joueur, mais putain de tête de con.

Quant à la 'place du con' pour Sion, c'est la description parfaite pour un club qui est juste le jouet de Christian Constantin. Dommage, mais bon, pas grave non plus.
Le jeu de mot sur Rick Hunter m'a bien fait marrer.

Par contre on dit: du Lausanne-Sport. Pas de lausanne-sport.

Différence culturelle.

Faut aussi voir que pour Frei, ça l'arrangeait assez bien de mettre en avant sa non-entente avec Yakin, puisqu'il s'est tiré plus vite pour reprendre le poste de Manager à Lucerne.

Surtout très belle fin de saison pour le FC Bâle qui a dû composer avec les départs de Shaqiri et Xhaka.
Message posté par Régis Delanoë
Ah yes, merci pour l'info toute fraîche, j'avais zappé.


Régis fait du journalisme.

Facile, gratuite, pèpère quoi...
Bah on va pas critiquer ! C'est déjà cool de voir un article sur le foot suisse, en plus Lausanne c'est pas le club le plus médiatisé donc les infos sont pas toujours faciles à voir !
Régis Delanoë Niveau : DHR
Papa Ours > Facile, ouais :) En fait j'ai écrit l'article hier et Roussey a prolongé entre temps, alors que tous les médias locaux l'annonçaient sur le départ.

Zurich hunter, j'en suis pas forcément très fier !
Encore un grand merci à So Foot pour ce type d'article qui nous font un peu découvrir d'autres championnats, souvent sous-médiatisés!
Message posté par Régis Delanoë
Papa Ours > Facile, ouais :) En fait j'ai écrit l'article hier et Roussey a prolongé entre temps, alors que tous les médias locaux l'annonçaient sur le départ.

Zurich hunter, j'en suis pas forcément très fier !


C'était pas une critique de ton article, juste envie de placer ma vanne pourrave... :-)

C'est vrai que c'est cool de nous faire un article sur le championnat suisse. Perso, je le trouve de plus en plus mauvais et inintéressant.

Bâle survole depuis 4 ans. Ok, c'était plus dur cette année mais faut voir comment ils se sont fait pillés aussi.

Sion ne vit qu'à travers les psychodrames que nous invente son président chaque semaine. Sportivement, c'est archi nul.

Servette n'avait pas une équipe calibrée pour la Super League.

Lausanne-Sport fait avec les moyens du bord sans se mettre en danger financièrement.

Grasshopper aura été la bonne surprise du championnat. Du jeu, de bons joueurs (Grichting en meneur de troupes si ça intéresse).

FC Zürich, m'ouais bof. Pareil pour les autres.
Marek Hamsik Niveau : National
Servette a de bons jeunes (les moins de 18 sont deuxième du championnat) mais a eu du mal à les utiliser; peut-être seront-ils forcés de le faire en D2. C'est bien triste en tous cas qu'un monument du football suisse soit si mal géré et se retrouve dans cette situation. En plus, comme seul le premier de D2 monte (si je me trompe pas) ça risque d'être difficile de les revoir rapidement en SuperLeague.
Régis Delanoë Niveau : DHR
Papa Ours > Pas de souci !

Et sinon je suis ok avec toi, globalement il manque d'intérêt ce championnat suisse, ça en devient problématique. Pourtant j'ai l'impression que ça ne manque pas de bons petits jeunes. Derrière Bâle, il y a un manque flagrant de constance. Par exemple, j'aimais bien le niveau des Young Boys par le passé, mais cette saison ça a été tout nul. Et Grasshopper, c'est l'inverse. Et puis Sion, c'est un vrai gâchis...

Si je compare avec les autres championnats "mineurs" que je couvre, il n'y a que l'Ecosse qui fait pire ces derniers temps. Ah, et la Grèce aussi, mais ils ont des circonstances atténuantes.
Pas mieux que Papa Ours en ce qui concerne l'état du foot en Suisse.
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 1
Pour rebondir sur ce que dit Régis, c'est vrai que y a de très bon jeunes qui poussent. Rien que dans le canton de Genève, les clubs sont nombreux, les talents présents, le niveau au rendez-vous.

Deux problèmes majeurs subsistent:
-l'irrégularité de la qualité de ces équipes de jeunes d'une année à l'autre: par exemple, autant les moins de 18 de Servette sont très bon, autant les moins de 16 sont moyens et végètent en milieu/bas de tableau
-le départ, de plus en plus tôt, des jeunes vers l'étranger. Lyon notamment mène une politique active de recrutement de jeunes sur Genève. Autre exemple, celui de Kevin Mbabu, un jeune servettien parti très jeune à Newcastle.

Y a un cercle vicieux qui veut que le championnat étant moyen, les jeunes talentueux partent. Et manque de jeunes talentueux veut dire manque de renouveau et donc un championnat qui continue de se dégrader. Par ailleurs, certains clubs essaient de sortir des jeunes et de s'appuyer dessus (comme le FC Zurich, qui a fait une bonne saison) mais d'autres n'arrivent absolument pas a les utiliser, y a de fortes disparités.

Maintenant, c'est vrai que le réservoir de talents, souvent issu de l'immigration (Albanie, Kosovo, Portugal, Italie) est assez impressionnant pour un aussi petit pays et c'est bon pour l'équipe nationale à défaut de forcément l'être pour le championnat.
Note : 1
Lausanne Sport !!! Content que ce club ait pu ressuscite apres l ouragan Kita, personne ne mérite d avoir Kita a la tete de son club, non, personne. Dommage que Yverdon ne soit plus en D1, ca aurait été rigolo
J'ai adore les suivre en EL. Belle équipe compose d'individualité intéressante comme Sommeir ou Zaha . J'aimerais juste savoir combien coûte le brushing d'avant match de leur entraîneur
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Etant sur Lausanne j'en ai profité pour voir le LS a quelques reprises :
- un stade le plus souvent vide et très moche (et pourtant en tant que bastiais, j'ai été servi avec l'ancien Furiani)
- un public de blaireaux le plus souvent hormis le kop qui essayait tant bien que mal de faire vivre ce stade
- un prix des billets proche du foutage de gueule (26 francs pour ça, franchement ?)
- une équipe très très faible, heureusement que Malonga était la
- un Matt Moussilou ... Moussiliesque !
- des matchs à la limite de l'Ennui (LS YB 3eme ou 4eme je sais plus à la Pontaise c'était le pompon)
- une défense honteuse, certains buts sont des gags
- AUCUNE publicité de ce club, je voyais plus de pub du club de Hockey alors en LN B que du LS.

Bref, allez LHC :D

Heureusement que le LS a envoyé le voisin genevois honnis en Challenge League, ça a "sauvé" la saison.

Bonne saison de Saint Galle, 3eme, pas mal pour un promu. YB : saison inintéressante. Thoune je les ai vu candidat à la descente mais ils se sont bien repris et finalement iront en Europe.
Mais j'ai l'impression que les clubs suisses sont assez mal gérer financièrement : GC qui a failli descendre l'année dernière, Lausanne et Servette qui n'ont pas obtenu dans un premier temps leur licence et qui étaient en D2 il n'y a pas si longtemps à cause de leur gestion ... Un spécialiste peut m'éclairer ?

PS : C.Constantin est véritablement un bouffon. J'aurais tellement aimé que Margairaz lui pète la gueule ... Ce club devrait pouvoir concurrencer Bâle mais à cause de ce crétin des Alpes, il n'y a aucune stabilité.
Ah le football Suisse...

Je suis genevois et mes premiers vrais matches de foot que j'ai pu voir était aux Charmilles et l'épopée en UEFA de mon club favoris, le SFC (j'ai gardé les écharpes d'ailleurs vendues pour l'occasion).

Force est de constater que quand on aime le foot, c'est une sacré purge de voir certains de matches de super league tant le niveau est faible apart peut être 2 clubs (cette années GC et comme toujours le FC Bâle). Mais on fait des efforts, on va voir des matches au stade et espérer que le club fasse quelque chose de positif.

Depuis quelques années maintenant c'est difficile d'être supporter du SFC tant le club est mal géré, déjà avec la mise en faillite avec Marc Roger et ensuite l'affaire Pishchar (désolé pour l'orthographe...). Paradoxal aussi le fait qu'a Genève, une ville pourtant remplie de personne qui ont les moyens, ne trouvent pas d'investisseurs ou de repreneurs digne de ce nom même si je dois avouer le sacré effort pour Hugh Quennec d'avoir repris le club (il est président du club de Hockey de Genève) et d'essayer d'en faire quelque chose.

Je pense que tant que il n'y aura pas d'investisseur dans le football Suisse (comme l'a eu fait Bâle avec Gigi Oeri) et bien le niveau sera toujours mauvais. Malheureusement.
Concernant le niveau, y'a un vrai écart entre 2-3 équipes potentiellement européennes et le reste.
Après faut voir les budget aussi, ce que fait Thun depuis plusieurs saisons avec un budget tournant autour de 7 millions, c'est assez fort. Bâle c'est 80 millions (formation comprise), merci Novartis.

Concernant la saison, y'a un super vivier de jeune à GC, qui gagne la coupe, ça fait vraiment plaisir. Et St-Gall a fait une super saison aussi.

Derrière, Servette avait clairement pas le niveau malgré le sursaut d'orgueil en fin de saison. Je suis aussi lausannois, et j'ai donc suivit le LS et c'est vrai que c'est assez pauvre, mais l'équipe a un passé traumatisant (relégation administrative en 4e division, merci M. Kita) et les dirigeants sont très frileux. Le stade est vétuste, l'engouement populaire faible, donc ça attire pas vraiment les sponsors. Cela dit avec un budget aussi autour de 7 millions, je trouve que se maintenir dans l'élite 2 saisons de suite c'est très bien. Après ils peuvent difficilement espérer mieux dans la situation actuelle. Mais c'est vrai que comparé au club de Hockey qui attire du monde et un public passionné c'est un vrai paradoxe.

Je me réjouis de voir ce que peuvent faire ces clubs en Europe l'année prochaine en tout cas, GC et St-Gall notamment, ça va être très dur de jouer sur les deux tableaux aussi parce que le championnat reprend mi-juillet et les tours de qualifs pour l'Europe commencent en août.

Le vrai gâchis, ça reste YB qui a le 2e budget de Suisse et qui a fait une saison vraiment toute pourrie.

Concernant le jeu, je serai un peu moins sévère, c'est vrai que c'est pas top, mais comparé à il y a dix ans, on a une vraie volonté de jeu au sol, de construction, et des stades qui sont souvent passablement remplis (je parle ici des clubs alémaniques : Lucerne, St-Gall, YB, Bâle ou Zürich). Parfois je me dis qu'ils ont rien à envier à un kick'n rush de bas de tableau de PL.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 20