1. //
  2. // Résumé
  3. //

Le Real sifflé chez lui

Barcelone gagne tranquillement, le Real est sifflé à Bernabeu, Ronaldo émerveille avant d'exaspérer, Valence est stoppé dans les Iles Canaries, Séville est aidé par une flaque d'eau, Luis Filipe fait un remake de Saw 3, Lotina pleure et Gorosito, le nouvel entraîneur de Xerez, nous fait chialer de rire. Résumé de la dernière journée des matchs allers de la Liga.

Modififié
0 0
FC Barcelone 3 – Real Valladolid 0


A quoi reconnaît-on une grande équipe ? A sa faculté à gagner des matchs sans avoir finalement à forcer la machine. Le Barça s'est imposé sur un rythme de sénateur et quelques coups de patte venimeux de Messi et de Daniel Alves, auteur d'une énorme prestation. Grâce à cette victoire à Zorilla, “le stade de la grippe”, les Catalans bouclent le premier tour de la Liga sans avoir connu la moindre défaite.


Buts : Xavi (20'), Alves (22'), Messi (54')


Real Madrid 2 – Malaga 0


Après que le coup d'envoi a été donné par Carlos Sainz, récent vainqueur du Paris-Dakar, les spectateurs du Bernabeu ont rapidement laissé de côté leurs applaudissements pour siffler leur équipe pour la première fois de la saison. Et pourtant, Marcelo n'était pas là, puisque Pellegrini lui avait préféré cette petite pucelle de Guti... Comme d'habitude, les Merengues ont zappé le jeu sur les couloirs pour s'engouffrer cette fois-ci dans l'entonnoir de la défense centrale des Andalous. Incapables d'accélérer le jeu, de créer des décalages ou tout simplement de jouer collectif, les Madrilènes continuent à se reposer trop souvent sur le talent de leurs stars. Ou plutôt de leur star, Ronaldo, tant Kaka, Benzema ou encore Xabi Alonso peinent à trouver leur place dans une cette équipe sans véritable fond de jeu. Auteur de deux buts et d'un nouveau coup de sang (expulsé pour la deuxième fois au Bernabeu après avoir asséné un coup de coude à Mtiliga), Ronaldo est à l'image de son équipe : lunatique et irritant.


Buts : 1-0, m.35: Cristiano Ronaldo. 2-0, m.39: Cristiano Ronaldo



Deportivo la Corogne 3 – Athletic Bilbao 1


Pas de cheville, pas de chocolat. En marquant le premier but du Depor, le talentueux Brésilien Luis Filipe a aussi été le grand malheureux de cette journée de Liga. Une cheville qui pendouille, un péroné explosé et un tibia fracturé, ça fait beaucoup pour un seul homme. Le meilleur joueur des Galiciens a d'ores et déjà dit au revoir à sa saison, à la coupe du monde, mais aussi à un éventuel transfert estival vers le Barça ou le Real Madrid. Ses partenaires, choqués par la gravité de sa blessure, lui ont tout de même dédié la victoire contre l'Athletic. Malgré les trois points, le Depor est en deuil. Sportivement la blessure du latéral est une catastrophe (elle vient en outre s'ajouter à celles de Mista, Rodriguez, Riki, Guardado, Lassad, tous titulaires). Économiquement, c'est pire, car le Depor comptait énormément sur sa revente pour remettre d'aplomb une trésorerie qui crie famine depuis très longtemps.


Buts : Filipe (50') , Juca (60'), Pablo Alvarez (89'), pour La Corogne - Colotto (79' csc) pour Bilbao


Espanyol Barcelone 1 – Real Majorque 1


Comme d'habitude à domicile, l'Espanyol a dominé sans jamais tuer le match. Finalement c'est l'arbitre du match, Rubinos Perez, qui a permis aux Mallorquins d'égaliser sur un penalty inexistant transformé froidement par Valero. Ça n'est pas un hold-up mais ça y ressemble vraiment...


But : 1-0, Osvaldo (48'). 1-1, Borja Valero, de penalty (79')



Getafe 1 – Atletico Madrid 0


Après un nouvelle humiliation contre le Celta Vigo en Coupe du Roi, l'Atletico est revenu traîner toute sa misère en Liga. Horribles, amusants et aberrants de médiocrité ou de passivité, les comateux Colchoneros sont encore une fois passés à côté de leur match sans donner le moindre signe d'une réaction d'orgueil. Getafe, sans vraiment faire un bon match s'est imposé assez facilement dans un derby qui a simplement confirmé le statut de l'Atletico : celui du club le plus burlesque du monde.


But : 1-0, m. 38: Manu del Moral



Villarreal 4 – Real Saragosse 2


En menant 3-0 à la demi-heure de jeu face à Saragosse, le sous-marin jaune pensait avoir plié le match. C'était sans compter sur la nouvelle attaque des Aragonais : Eliseu, Lafita et Suazo. Avec un peu plus de réalisme, de temps ou de chance (c'est selon), ces trois-là auraient très bien pu arracher un match nul face à un Villarreal en mode “petit bras”. Finalement, c'est la bande à Robert qui s'en sort plutôt pas mal...


Buts : 1-0, m.3: Capdevila. 2-0, m.19: Nilmar. 3-0, m.24: Rossi. 3-1, m.74, Eliseu. 3-2, m.80: Lafita. 4-2, m.87: Ibagaza


Tenerife 0 – FC Valence 0


Le gardien César a été le meilleur homme côté valencian : ça veut tout dire. Au final, les Chés s'en sort bien face à des insulaires qui courent toujours après leur première victoire en 2010.



Sporting Gijon 0 – Racing Santander 1


Le Sporting avait bien débuté sa saison, mais après leur défaite à domicile contre un Racing “on fire” actuellement, les Rojiblancos du Français Arnolin finissent le premier tour du championnat avec le même nombre de points que la saison dernière. En s'imposant au Molinon, sans leur jeune star Canales restée sur le banc, les Verdiblancos confirment aussi leur redoutable efficacité à l'extérieur.


But : Geijo



Xerez 1 – Osasuna 2


Dans un match digne d'un niveau de CFA, c'est l'équipe la moins mauvaise qui l'a emporté, c'est-à-dire Osasuna. Gorosito, le nouvel entraîneur argentin de Xerez n'a rien pu faire pour son premier match de Liga. Malgré une relégation qui lui tend les bras, le nouveau coach des Andalous risque cependant de devenir l'une des vedettes du championnat d'Espagne avec sa coupe de cheveux ridicule (LOL, MDR, XPDR, wizz !). Mi-mulet, mi-mouton, mi-Louis XIV, Gorosito incarne à lui seul le manque d'inspiration légendaire des coiffeurs espagnols. Et la tendance bordel ?


Buts : 0-1, m.9, Monreal; 1-1, m.21, Bermejo; 1-2 m.82, Camuñas



Fc Séville 1 – UD Almeria 0


Séville s'est imposé sur un but gag. En anticipant une passe en retrait sur le gardien d'Almeria, le Brésilien Renato a donné à Negredo l'occasion de marquer le seul but du match des Sévillans face à son ancien club. La flaque d'eau ayant ralenti la course du ballon sur l'occase de but est providentielle, puisque les coéquipiers d'Escudé ne gagnaient plus depuis deux mois et demi à domicile.


But : 1-0. m.8, Negredo

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0