Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Supercoupe
  3. // FC Barcelone-Real Madrid (1-3)

Le Real sèche le Barça

Dimanche soir, du côté du Camp Nou, le Real a donné une leçon de réalisme au Barça (3-1). Après une première mi-temps insipide, Piqué a débloqué le match en ouvrant le score pour des Madrilènes beaucoup plus inspirés en fin de match. Pour son premier Clásico sans son maillot blanc, le Real s'est senti comme à la maison, tandis que l'après-Neymar s'annonce plus compliqué que prévu pour le Barça.

Modififié

Barcelone 1-3 Real Madrid

Buts : Messi (77e sp) pour le Barça // Piqué (50e), Ronaldo (80e) et Asensio (90e) pour le Real.

Après avoir voulu jouer les sauveurs en empêchant Neymar de quitter le Barça cet été, Gerard Piqué a repris le foot pour cette Supercoupe d’Espagne aller. Mais le défenseur espagnol était sûrement encore tourmenté par les dernières semaines agitées à Barcelone quand Marcelo a débordé la défense blaugrana à la cinquantième minute de jeu. Bien décalé par un Isco toujours aussi plaisant, le latéral brésilien centrait fort à ras de terre dans les six mètres. Un geste suffisant pour faire paniquer le tweetos catalan qui, d’un tacle non maîtrisé, envoyait le cuir dans ses propres filets, trompant un Ter Stegen dépité. Totalement coupable sur cette ouverture du score, Piqué « Se Queda » le cul par terre s'est longtemps demandé ce qu’il lui était passé par la tête. Une erreur individuelle qui venait enfin débloquer un sommet bien terne jusque-là.

Sale soirée pour Piqué


Avant d’en arriver là, les deux cadors espagnols ont donc pris leur temps dans un Clásico mené à un rythme pépère. La faute peut-être à des absences notables, notamment celle de Modrić côté madrilène pour un rouge reçu en 2014 mais surtout de CR7, sur le banc. En face, c’est évidemment le couloir gauche qui attirait toute l’attention, ou plutôt l’absence de son résident habituel, trop occupé à régaler le Roudourou avec le PSG. En attendant Dembélé, Ernesto Valverde avait aligné un pur produit de la Masia revenu à la maison cet été, Deulofeu, dont les quelques débordements n’ont que trop rarement aboutis à un centre, même lorsqu'il fut idéalement servi par Iniesta. Quelques tacles appuyés sont venus rappeler qu’on assistait bien à un Clásico, comme lorsque Casemiro est venu découper Messi sans préavis à la dix-neuvième. Seul Gareth Bale a réussi à inquiéter Ter Stegen à la trente-septième après un bon débordement d’Isco, unique Madrilène dangereux de la première période. Côté barcelonais, Piqué, déjà lui, a bien tenté de reproduire la main de Dieu sur corner, mais sa tentative est passée à côté. Mais pas l’arbitre, qui le récompensait d’un jaune. Bref, une première période pas vraiment dingue, dans un Camp Nou soporifique, investi par les touristes.


Après avoir zappé quelques minutes du côté de Guingamp pour voir Neymar offrir sa première passe décisive et surtout marquer son premier but pour le PSG, le match reprenait au Camp Nou, sur des bases à peine plus dynamiques. Entre Messi parfaitement muselé par un marquage serré et Umtiti royal derrière, les attaquants ont longtemps eu du mal à faire la différence jusqu’à ce que Piqué les aide. Une ouverture du score un peu conne qui a au moins eu le mérite de réveiller les deux équipes. Si Messi a failli égaliser dans la foulée après un très bon centre de Deulofeu, c’est bien le Real qui aurait dû faire le break sans un retour miraculeux de Jordi Alba sur sa ligne sur une frappe de Carvajal. Le match devenant enfin intéressant, c’était le moment pour CR7 de faire son entrée sous les sifflets d’un Camp Nou pourtant toujours aussi calme. Un moment de flottement dont a failli profiter Luiz Suárez sur une tête smashée claquée par Navas, avant que Varane ne manque d’imiter Piqué à quelques centimètres près. Une succession d’occasions de part et d’autres jusqu’à un but de CR7 refusé pour un hors-jeu contestable, suivi d’un loupé incroyable de Busquets face au but de Navas, qui a expédié une mine hors du Camp Nou. Un temps fort barcelonais récompensé par un penalty obtenu par Luis Suárez grâce à une grosse simulation à la soixante-quinzième. Un cadeau transformé par Messi pour remettre le Barça à flot.

CR7 : un bijou et un rouge en deux minutes


Une soixante-dix-septième minute qui aurait pu être fatale au Real lorsque Suárez se présente dans la foulée face à Navas, mais la frappe de l’Uruguayen vient alors mourir à côté du but merengue. La tête sous l’eau, les Madrilènes se sont alors souvenus d’ô combien ils dépendent de leur génie portugais. Après un une-deux poitrine avec Toni Kroos en contre, Ronaldo enrhume Piqué – encore lui – à l’angle de la surface avant d’envoyer un délice de frappe enroulée dans la lucarne de Ter Stegen. Parfait. Un but magnifique de l’homme providentiel du Real, injustement expulsé quelques minutes lus tard pour un deuxième jaune reçu pour une simulation inexistante. Contrairement à celle de Luiz Suárez, cette fois il y avait bien penalty. Tant pis pour un Real de toute façon injouable ce soir pour le Barça, malgré une grosse seconde période catalane. Un incroyable réalisme madrilène illustré par le dernier but du Real : l’œuvre de Marco Asensio qui, au bout d’un contre dans le temps additionnel, venait voler la vedette à CR7 en inscrivant un autre bijou d’une frappe limpide du gauche en pleine lucarne. Une mine contre laquelle Ter Stegen ne pouvait rien, à l’image de son équipe ce soir face au Real-isme de Madrid.

Par Adrien Hémard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 16 minutes L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier
Hier à 21:30 Le bonbon de Bruno Alves sur coup franc 2
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 14:00 Le joli but de Frenkie de Jong avec l'Ajax 13