En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Levante-Real Madrid (1-3)

Le Real se relance à Levante

Après le derby perdu ce week-end, le Real Madrid a su être patient pour assurer sa victoire à Levante, bon dernier de Liga (1-3). Un temps dans le dur, Cristiano Ronaldo aura mené son équipe vers les trois points. Le Real distance Villarreal.

Modififié

Levante 1-3 Real Madrid

Buts : Deyverson (39e) pour Levante / Cristiano Ronaldo (30e), Marino (CSC, 38e) et Isco (91e) pour le Real

Le Real est tranquille quand la 39e minute de jeu survient. Les hommes de Zinédine Zidane viennent à l’instant de faire le break, de s’assurer un petit matelas de sécurité avant d’aller souffler aux vestiaires. Un semblant de sérénité commence à faire son apparition chez les Madrilènes, et quel que soit le classement général, cela rassure un peu. Mais trop peu. Sur l’engagement, Levante balance un ballon sur la défense à peine en place. Deyverson lutte dans les airs avec Pepe, puis la balle revient sur Rossi, plus malin que Casemiro à la récupération. Le Brésilien tombe, croit obtenir une faute après s’être laissé tomber. Il n’en est rien. Rossi prend le ballon et fixe Pepe pour offrir la réduction de l’écart à Deyverson sur un plateau. Le suspense est relancé, et le Real peut à nouveau se mettre à gamberger. Elle était courte, cette minute de répit.


Pepe fait de la résistance


Le coup de sifflet du démarrage de la rencontre est imminent, mais déjà, Casemiro et Keylor Navas se lancent dans des prières et autres incantations. Est-ce pour éloigner le mauvais esprit ? Est-ce pour demander une aide divine ? Au fond, personne ne le sait vraiment. Toujours est-il que, sur le papier, le Real Madrid n’est plus Décima, mais décimé. Seul Pepe, l’ancien porte-étendard merengue à l’époque du Mou, est là pour porter le brassard et représenter ce Real en plein doute. Dani Carvajal et Sergio Ramos suspendus, Marcelo, Modrić, Bale et Benzema blessés, le club royal se pointe dans la banlieue de Valence avec son nouveau buteur en pointe : Borja Mayoral, 18 ans et une poignée de minutes chez les professionnels. Le strass et les paillettes sont très, très loin. Le Real tâtonne en plein blizzard, c’est une évidence.

D’ailleurs, le début de la rencontre est symptomatique des déboires subis par le navire castillan. Recrue hivernale engagée pour sauver la tête des Granotes, Giuseppe Rossi tente une reprise de volée croisée d’entrée de jeu, mais Navas est à la parade. En guise de réponse, Lucas Vázquez permet à CR7 de s’exprimer, mais Marino détourne le tir en corner. Un peu plus tard, la tête de Cristiano, pourtant seul au second poteau, s’envole dans les nuages. Le Portugais rumine, la tête baissée. Ses déclarations de la semaine passée ne plaident en sa faveur, puisque Lucas est plus tonique que le triple Ballon d’or ce soir. Preuve en est, l’Espagnol met Lucas Orbán à la faute pour engendrer un penalty en faveur du Real. Sans trembler cette fois, CR7 convertit la sentence (33e). Le Real reprend de la confiance, et même les débutants se mettent à tenter leur chance. D’une belle demi-volte, Borja Mayoral pousse Marino à marquer contre son camp (38e). Le Real est tranquille, puis Deyverson sème la pagaille.

Comme un ouragan


La chanson Song II de Blur résonne comme un hymne à FIFA 98 dans le stade de la Ciutat de Valencia, mais ni Fernando Hierro, ni Fernando Redondo, ni Predrag Mijatović ne sont là pour amener un peu de baume au cœur du Real Madrid. Malgré tout, les cadors madrilènes cherchent à creuser le trou pour éviter une fin de match au couteau. James Rodríguez tente un coup de canon lointain, mais le cadre se dérobe. Nacho oublie sa rigueur défensive le temps d’une montée de balle pour mettre Marino à contribution. Cristiano Ronaldo touche le poteau gauche sans succès, puis frôle le poteau droit. Mais le chrono tourne, et le score est toujours d’un seul but d’écart. Le Real sait qu’une nouvelle contre-performance ferait tache sur son costume blanc. La pression monte, le jeu se crispe. Deyverson aura donné de nouvelles sueurs froides à la charnière centrale pour réchauffer le public valencien. Ruben Garcia sollicite une dernière fois San Keylor, et puis la libération : CR7 centre en retrait pour Isco, qui clôt le suspense (91e). Le spectre de l'échec est passé, le Real peut souffler. Pour le moment.

  • Résultats et classement de la Liga

    Par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88
    À lire ensuite
    L'Inter y était presque !