En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Retour
  3. // FC Barcelone/Real Madrid

Le Real peut-il le faire ?

Revanchard et retouché, le Real Madrid veut se surprendre lui-même et arracher une qualif inespérée au Camp Nou. Le Pep l’y attendra avec un objectif précis : faire s’écrouler la Maison Blanche.

Modififié
Pourquoi le Real Madrid peut se qualifier au Camp Nou...

Ça passerait presque inaperçu, mais le Real a réalisé une première partie de saison hallucinante. Les Madrilènes ont remporté leurs six matchs de Ligue des champions, avec un affolant +17 au goal-average. En Liga, à mi-parcours, les stats du Real font froid dans les dos catalans. Record de points du club, record de buts du club. En chiffres, ça donne 16 victoires en 19 matchs, avec 67 buts inscrits. Soit 28 de plus que Montpellier, meilleure attaque de Ligue 1. Et surtout huit de plus que le Barça, qui ne suit pas la cadence. Cristiano Ronaldo en est à 23 buts, Higuain à 14, Benzema à 10. L’atout numéro un du Real, c’est son attaque.

Son problème dans les Clasicos, c’est que les buteurs ne voient pas la couleur du ballon. Avec les 25% de possession du match aller, on comprend pourquoi. Mourinho va devoir faire un choix au milieu de terrain. Verrouiller, pour limiter la casse, ou lâcher les chevaux, au risque de revivre le traumatisme du 29 novembre 2010 (5-0). Mené 2-1 et paraît-il sur le départ, le coach portugais devrait opter pour la deuxième option. Il n’a plus vraiment le choix. Le Real qui rivalise par le jeu ? L’année dernière, il y avait laissé son honneur.

Mais ce Real est plus fort qu’il y a un an. Demain soir, il faudra surtout qu’il soit plus fort qu’il y a une semaine. Et il en a les moyens. Au milieu, Kaka et Özil retrouveront le onze de départ. Ensemble, c’est quatre matchs, quatre victoires et 15 buts inscrits. Testés contre Bilbao dimanche, ils ont montré au Mou qu’il pouvait compter sur eux. Avec Xabi Alonso, voire Lass Diarra, pas maladroits balle au pied, ils devront être capables de garder la gonfle au chaud et de fournir leurs gâchettes, qui n’attendent que ça. Derrière aussi ça va bouger, avec les retours d’Arbeloa et de Marcelo, et la probable titularisation du jeune Varane à la place du fou furieux, qui regardera le match depuis l’asile de Madrid.

Attention aussi à ne pas sous-estimer l’orgueil du Real Madrid. Touchée, mais pas (encore) coulée la Maison Blanche. Quatre jours après le coup de poignard d’Eric Abidal, les Merengues ont réagi en Liga devant leurs supporters, et alors qu'on les disait divisés, consolidant leur avance au classement, et pas face à n’importe qui : l’Athletic Bilbao de Marcelo Bielsa, quasi invincible depuis quatre mois. A cette qualif, personne n’y croit vraiment, y compris au sein du camp madrilène. Les supporters s’impatientent, la presse s’agace. Personne ne les attend. C’est toujours là que le Real est le plus dangereux.

Pourquoi les Merengues n'arriveront jamais à se qualifier...

Le Real de Mourinho a beau battre record sur record, à la fin, c’est toujours le Barça qui gagne. Ou presque. Ce FC Barcelone, c’est plus que jamais la hantise des Madrilènes. En Europe, le Real ne craint personne, sauf le Barça. Sans lui, il raflerait probablement tout. Mais il est là, froid et sans pitié, et paralyse systématiquement un Real impuissant. Cette saison avait commencé par une double confrontation, remportée par les Catalans, mais de peu. Aujourd’hui, le Real a fait le trou en Liga, mais paradoxalement, il parait beaucoup plus loin du Barça que cet été. La faute à deux défaites en un peu plus d’un mois. Les deux seules du club depuis le 18 septembre. Les deux à domicile.


Dans ce match retour, le Barca veut faire d’une pierre deux coups : battre l’ennemi en coupe pour le faire tergiverser en championnat. Les triples champions en titre ont cinq points de retard en Liga, mais le Real ne supporte plus les leçons catalanes. La Maison Blanche vacille à chaque confrontation directe. Pep veut en faire s’écrouler une partie. La partie Mourinho, intouchable jusque-là, mais soudainement lâchée par les leaders espagnols du vestiaire et une partie du public, qui l’a sifflé dimanche soir. Guardiola veut faire craquer son adversaire, et il a déjà bien entamé le processus. Le Barça se présentera donc avec la grosse équipe. Xavi, Puyol et Fabregas ont été économisés ce week-end face à Malaga. Ils devront accomplir la mission du chef, torpiller le Real Madrid.

Pour cela, on ne change pas une tactique qui gagne, le Pep va densifier son milieu de terrain. Devant la sentinelle Busquets, Xavi, Iniesta, Fabregas et Messi devront monopoliser le ballon, multiplier les « une-deux-trois-quatre » , énerver les adversaires, et punir quand il faut punir. De tous les Clasicos de l’ère Mourinho, un seul n’a pas été gagné par le milieu de terrain du Barça. La finale de la Coupe du Roi. Pepe avait sorti le match de sa vie, réservant sa haine aux supporters blaugranas. Xavi et ses potes ont régné sur tous les autres. Tout simplement parce qu’ils sont supérieurs techniquement et tactiquement.

A domicile, le Barça est injouable. Cette saison, il a concédé un nul face à Séville en championnat (0-0), et un autre face au Milan AC en Ligue des champions (2-2). Sinon, c’est manita et compagnie. En Liga, les Catalans en sont à 47-2 depuis le début de saison. Il a fallu attendre la 19e journée pour voir Valdes encaisser un but au Camp Nou, contre le Bétis. Le Real du Mou y est venu trois fois, et y a encaissé neuf buts. Trois buts en moyenne. Peut-être bien le tarif de demain soir.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 37 minutes Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur