Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 27e journée
  3. // Celta Vigo/Real Madrid (1-2)

Le Real, nouveau dauphin du Barça

Au terme d'un match compliqué, où le manque de réalisme s'est avéré être un réel problème, le Real s'impose sur la pelouse du Celta Vigo (1-2). Auteur d'un doublé malgré la fatigue, Cristiano Ronaldo permet aux siens de prendre pour la première fois de la saison la seconde place de Liga.

Modififié
Celta Vigo-Real Madrid : 1-2 (0-0)
Buts : Aspas (63e) pour le Celta Vigo. Cristiano Ronaldo (61e, 71e sp) pour le Real.

C'est une première cette saison : le Real est second de Liga, derrière le Barça. Provisoirement, certes, en attendant le résultat de son rival l'Atlético, qui affronte la coriace Real Sociedad dans la soirée. Mais quand même. Ces Merengues, qui ont vécu un début de saison si difficile, confirment une fois de plus qu'ils vivent leur meilleur moment de la saison, après les récentes qualifications en finale de Coupe du Roi et en quart de Ligue des champions. Quand bien même, ce dernier succès peut apparaître poussif. Fatigués, à l'image d'un Cristiano Ronaldo pas vraiment transcendant malgré son doublé, les Madrilènes ont clairement manqué de lucidité, et n'ont pas su scorer durant leur temps fort, en fin de première période. Face à de valeureux Galiciens, le Real pourrait même s'estimer heureux. Mais c'est aussi le propre des grandes équipes que de s'imposer dans des matchs pièges.

Le Real prend son temps, les gardiens brillent

C'est une équipe remaniée qu'a concocté le Mou pour son déplacement au Balaídos. Outre les titularisations de Modrić, Marcelo ou Benzema, on peut constater que la charnière centrale Varane-Sergio Ramos, très sollicitée ces dernières semaines, est laissée au repos. C'est donc la paire Pepe-Albiol qui est alignée d'entrée. Une paire pas vraiment rodée, que les Galiciens décident de mettre directement à contribution en pressant très haut. Tactique payante : Albiol apparaît déjà dépassé, le Real connaît un début de rencontre plutôt difficile. Diego López, excellent à Old Trafford cette semaine, est donc contraint très tôt à sortir les parades, sur des tentatives d'Alex López et du très remuant Aspas. Offensivement aussi, le Real a du mal. Stat' illustrant la chose : sur le premier quart d'heure, les attaquants madrilènes se retrouvent pas moins de sept fois en position de hors-jeu. Si Özil et Modrić parviennent à bouger le bloc adverse, Ronaldo et Benzema ne sont pas dans le tempo. CR7 manque d'ailleurs de lucidité, lui qui se refuse à frapper sur un face-à-face, préférant passer le ballon à… personne. Un excès d'altruisme rare, qui masque à peine la fatigue du Portugais, pas aussi influant qu'à son habitude. Il faudra attendre la demi-heure de jeu pour entrevoir un changement radical de physionomie. Ces Merengues fatigués vont en effet prendre le dessus, les Celtistas leur laissant l'initiative pour évoluer en contre. Après un gros quart d'heure de domination, le Real se frotte à un autre problème, nommé Javi Varas. À l'instar de son homologue, le portier sort des parades décisives, dégoûtant Benzema, Marcelo et José Callejón. Il ne sera battu qu'une seule fois, sauvé par sa barre sur une tête de CR7. Le Real est supérieur, mais manque de réalisme.

Et CR7 se réveille

À la reprise, et malgré l'entrée en jeu de Xabi Alonso, la tâche se complique encore plus pour les Madrilènes, alors que le Celta se regroupe en masse dans son camp. Pour ainsi dire, jusqu'à l'heure de jeu, la seule et unique occasion – une frappe de Benzema encore une fois détournée par Javi Varas – est intervenue alors que le Celta était réduit à dix, López étant sorti sur blessure. Mais à l'heure de jeu donc, vient enfin la concrétisation. Sur un corner repoussé par le portier, CR7 profite du bordel ambiant pour placer son pied gauche et ouvrir logiquement le score (0-1, 61e). Une joie de bien courte durée. Quelques secondes plus tard, sur l'une de ses premières incursions, le Celta va à son tour trouver la faille. Aspas, assurément le Galicien le plus dangereux de la soirée, profite du mauvais marquage de Pepe pour couper un centre à ras de terre et pousser la balle au fond malgré le retour de son vis-à-vis (1-1, 63e). Un retournement de situation qui ne plaît guère à Mourinho. Il fait alors entrer Kaká et Higuaín. Changements décisifs. Très dangereux depuis son entrée en jeu, le Brésilien est fauché par le portier, sur une intrusion dans la surface. L'arbitre n'hésite pas, Cristiano non plus (1-2, 71e). Cette fois-ci, et malgré la volonté des Celtistas, une nouvelle frappe d'Aspas ou une barre de Park, le Real tiendra le score. Les Madrilènes obtiennent un sixième succès consécutif, sans doute celui qui fut le plus difficile à obtenir.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Barton, patron du milieu