Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // GR.D
  3. // Lyon/Real Madrid (0-2)

Le Real mange l'OL en deux bouchées

Une première mi-temps excellente. Une seconde plus mauvaise. Très inspirés mais peu efficaces, les Madrilènes se sont logiquement imposés sur la pelouse de Gerland. Les Lyonnais, qui auront joué vingt minutes en deuxième mi-temps, peuvent autant regretter le score que l’apprécier.

Modififié



Lyon / Real Madrid : 0-2

Buts : Cristiano Ronaldo (2x)

Pourquoi toujours chercher midi à quatorze heures ? Oui, Olympique Lyonnais vs Real Madrid est devenu une sorte de clasico. Certes, au cours des dernières années, les Rhodaniens ont souvent posé des problèmes aux Madrilènes. Et ? Eh ben... rien du tout. Il se trouve que la donne était plutôt simple, et que la première mi-temps l’a rendue encore plus limpide. Ce Real Madrid est probablement le plus intéressant depuis la fin des vrais Galactiques. Une caractéristique qui suffit à elle seule à décrédibiliser toute concurrence sérieuse venant du Rhône. Même à domicile, même requinqué par des victoires qualifiées de « fondatrices » lors des deux derbys de la semaine passée, les joueurs de Rémi Garde n’ont rien pu faire, en dépit du manque d’efficacité espagnol. Un mal pour un bien, en somme. Pas de gueule de bois, au programme du jeudi matin. Ce n’était pas l’heure de l’exploit. Même en deuxième mi-temps.

La doudoune sans manches du Mou

Cette Maison Blanche n’est plus un palace d’aristocrates. José Mourinho l’a transformée en hôtel de besogneux. Ce déplacement sur la pelouse de Gerland, le Portugais ne voulait pas le manquer. Fini le costard, le Mou enfile sa doudoune sans manches, ses joueurs le bleu de chauffe. Un habit de travail que les Madrilènes n’égratignent que cinq petites minutes. Le temps pour les Lyonnais d’entrer dans le match pied au plancher et pour Jimmy Briand de placer un petit pont à Sergio Ramos, comme ça, pour le souvenir. Privés de Bastos, Cissokho et Lisandro, les Rhodaniens vont dès lors commencer à reculer. Première alerte à la 7ème minute, sur une frappe estampillée "Olive&Tom" de Cristiano Ronaldo. Comme souvent face à son ancien club, Karim Benzema est bon. Très bon même, lorsque dès ses premières prises de balle, il rappelle à Cris que la fin est bientôt proche. Les mouvements léchés s’enchaînent, Lassana Diarra, titularisé au poste de latéral droit, mange ses adversaires et son couloir. Au final, seul Di Maria peine à réciter sa partition. Très actif sur son côté droit, l’Argentin pèche dans la dernière passe. Benzema et Ronaldo ne comptent plus les ballons en retraits qu’ils auraient aimé mettre au fond du but de Lloris.

La sacoche de CR7

Un but qui va commencer à trembler quand trouvé par Diarra, Özil talonne sur Benzema arrivé lancé, qui s’effondre logiquement sous la pression de Gourcuff. Le coup-franc est à l’entrée de la surface. Vous savez qui s’approche du ballon. Vous savez qui va la chercher dans ses filets. Véritable flashback de ses années mancuniennes, ce coup-franc de Ronaldo est tout simplement impossible à arrêter. Côté ouvert, mais à 160km/h, Lloris ne peut que constater les dégâts. Si le Real ne s’arrête pas là et continue son opération domination, les coéquipiers de Sergio Ramos peinent à se montrer efficaces. Pas cons, les Lyonnais en profitent. Les cinq dernières minutes de la première période sont à eux. La plus grosse occasion également. Suite à une bonne récupération, Gomis se projette rapidement vers l’avant et donne un caviar à Gourcuff dans la profondeur. Le Lyonnais fusille maladroitement Casillas, qui détourne en corner. Mi-temps. Au final, il y aurait pu avoir 4-0. Mais aussi 1-1.

Gérer ses temps forts

Temps forts, temps faibles. Des termes qui peuvent être aussi bateaux que cruciaux. Manque de bol pour les Lyonnais, ce soir, cette gestion des temps forts a été décisive. Car si les joueurs de Garde n’ont jamais existé en première période, ce sont eux qui prennent les devants en début de deuxième mi-temps. Motivés par le tableau d’affichage qui, sympa, a décidé de ne pas refléter la physionomie du match, les coéquipiers de Jimmy Briand vont de l’avant. Malheureusement pour les Gones, ils ne se montrent dangereux uniquement sur coups de pied arrêtés. Bien tapé par Gourcuff, chaque coup-franc lyonnais a débouché sur une situation chaude. En vain. Les vingt belles minutes de domination lyonnaise, ponctuées par deux bonnes frappes d’Ederson, s’arrêtent brutalement. Comme souvent, par une décision arbitrale que certains qualifieront de litigieuse. Le fait est qu’à la 64ème minute, l’homme en noir décide d’accorder un pénalty à un Cristiano Ronaldo bousculé dans la surface. Le Portugais le tire, plutôt mal, mais trompe Lloris et met fin aux espoirs lyonnais. La barre de Jimmy Briand, sur un nouveau coup-franc de Gourcuff, en devient presque anecdotique. Coup de sifflet final, le Real repart à Madrid avec une victoire méritée. Quant aux lyonnais, ils nourriront peut-être quelques regrets. Qu’ils se consolent, ce soir, la montagne était trop haute pour être escaladée.


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible