Le Real Madrid s’exporte à Cuba

Modififié
0 3
Buena Madridista Social Club.

La Fondation du Real Madrid et l’Institut national des sports, de l’éducation physique et des loisirs de Cuba ont organisé un stage d’une semaine pour accueillir les enfants de dix écoles primaires de La Havane. Les enfants ont été pris en charge dès lundi et auront fait la connaissance d'Emilio Butragueño, arrivé ce mercredi.

Une centaine de gamins participe à ce stage dont le but est « d’apprendre les valeurs à travers le football » . Le programme a déjà vu douze mille jeunes participer, dans quarante pays différents, mais c’est la première fois qu’un grand club mène une telle expérience à Cuba.

Après tout, des deux côtés, on aime Raúl. RR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

D'ici quelques années cette ile qui avait un charme fou va devenir un Miami bis, encore un triomphe pour le capitalisme!
Je ne sais pas ce que t'entends par Miami bis, mais bon, beaucoup de cubains en ont plein le cul de leur regime hyper restrictif sur le plan economique..
1 réponse à ce commentaire.
J'ai un pote qui revient de Cuba, parti en "voyage militant". Bah Cuba a l'air déterminée à garder son "âme" malgré l'ouverture. Faut pas oublier que c'est les US qui cèdent car en 60 ans la petite île n'a jamais cédé, malgré les cadeaux offerts aux immigrés cubains par les autorités US (genre de trucs que même Donald Trump ferait pour démolir Cuba de l'intérieur). L'embargo unilatéral US, par ailleurs désapprouvé par tous mais jamais sanctionné (Murica, hein...) a été vu comme un traumatisme, notamment dans les 90's mais la solidarité cubaine a permis de faire le dos rond et de tenir. Cuba, t'as un parlement qui représente vraiment le pays (t'as des paysans et tout !), les opposants sont pas vraiment traités comme les opposants à Poutine, loin de là (ils ont voulu éviter les erreurs du bloc de l'Est), et la population a vraiment accès aux soins et à l'éducation (seul pays d'Amérique Centrale à scolariser les jeunes jusque 16 ans minimum, regardez où sont la majorité des gosses dans les pays alentours, pourtant nourris par les US et leurs entreprises à 12 ans...
Bref, Cuba est certes un pays pauvre économiquement (60 ans d'embargo, hein...), mais pas un pays avec de la misère. T'as pas de gens qui vivent dans la rue à Cuba. Et les Cubains sont pas pressés de se "débarrasser" des Castro.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3