En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Match amical
  2. // Real Madrid/Milan AC (5-1)

Le Real Madrid monte en puissance

Opposé au Milan AC à New York, le Real Madrid a profité de sa supériorité physique et technique pour écraser de pâles Rossoneri. Kaka, dont l’avenir se situe entre les deux clubs, s’est distingué avec trois passes décisives en une demi-heure.

Modififié
Real Madrid 5-1 Milan AC
Buts : Ronaldo (x2), Di Maria, Ramos et Callejon pour le Real; Robinho pour le Milan AC

Match de préparation, match lucratif, mais surtout match de gala en cette nuit new yorkaise. Real Madrid-Milan AC, ça représente quand même 16 Ligues des champions. Le stade de baseball des Yankees changeait de format pour accueillir quelques-unes des stars du football mondial. Au milieu du Bronx. Dans les loges du Yankee Stadium, Florentino Pérez et Adriano Galliani ont eu du temps pour se mettre d’accord sur le prix du voyage retour de Kaka, à qui il reste trois semaines pour retrouver la ville de ses glorieuses années. Un Kaka qui a rayonné contre son ancien club, tout comme Cristiano Ronaldo et Di Maria, déjà en pleine forme.

Robinho répond à Di Maria

En attendant Witsel ou Modric, ce Real est le même que la terreur de la saison passée. Mourinho se rapproche de son équipe-type en ne laissant que Ramos, Arbeloa et Xabi Alonso, sur le banc. Entre les Ritals de Milan, les Espingouins, les Portos et les Teutons du Real, il y a un bon paquet de demi-finalistes de l’Euro sur la pelouse. Sinon, Flamini, Varane, Lass et Benzema, sont aussi présents côté cocorico. Le buteur des Bleus est préféré à Higuain à la pointe de l’attaque madrilène. L’option meneur de jeu, testée à l’entrainement, devrait en rester là. Les deux 9 se partageront encore le poste, avec avantage Benzegol. Plus frais physiquement que leurs adversaires (la Liga reprend dans dix jours) et pas pillés par le PSG, les Merengues sont d’entrée nettement dominateurs.

Le couloir gauche Coentrao-Cristiano, rodé, est particulièrement en vue, mais si Abate prend l’eau, Abbiati n’est jamais franchement inquiété. Jusqu’à ce corner et cette volée aux abords de la surface de Di Maria, comme ça, sans prévenir, juste avant la demi-heure de jeu. Boum. L’Argentin se chauffe et se met à foutre lui aussi un beau bordel sur le côté droit, même s’il ne peut compter sur l’apport du jeune Nacho, proche du néant. Arbeloa n’a pas à s’inquiéter. Les Italiens n’ont pas encore trop vu le ballon, mais ils n’ont pas besoin de le tâter longtemps pour se montrer dangereux. En une belle action à une touche de balle, Nocerino sert Robinho qui salue bien son ancien employeur. Ronaldo place une accélération supersonique mais bute sur Abbiati, qui sort aussi le missile de Di Maria. Les deux ailiers sont de loin les bonshommes plus dangereux de la rencontre.

La machine madrilène déroule

Les internationaux espagnols font leur entrée, comme Higuain qui remplace Benzema. Allegri, un mec sympa, lui colle Yepes au marquage. De quoi trouver des espaces dans le dos. C’est en fait Ronaldo, bien servi par un Lassana Diarra hyperactif, qui en profite. Les Madrilènes accélèrent et les Milanais tirent la langue. Di Maria touche le poteau et Higuain la barre. Côté rouge et noir, Kevin Constant et Djamel Mesbah, c’est sympa, mais un peu juste. Un Kaka au milieu de tout ça ne ferait pas de mal. Le Brésilien, ovationné, entre à son tour et le Real ressort sa grande spécialité. Le contre à 200 à l’heure. Higuain trouve le Brésilien dans l’axe, qui décale Ronaldo, qui plante son doublé. Deux passes, 60 mètres parcourus, un but.

Mourinho est satisfait et fait entrer du monde pour finir : Granero, Callejon, quelques gamins de la réserve et même l’énigme Sahin, dont on ne sait toujours pas ce qu’il adviendra de lui. Il ne se passe plus grand-chose d’organisé sur le terrain, que même Casillas et Ronaldo finissent par quitter. Kaka s’offre quand même une deuxième puis une troisième passe décisive en déposant d’abord un corner sur les cheveux de plus en plus courts de Sergio Ramos puis en servant parfaitement Callejon, qui conclut la marque. 5-1, le Real est déjà prêt pour cette nouvelle saison chargée, qui risque d’être longue pour les Rossoneri.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) il y a 4 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 41
il y a 6 heures Dupraz quitte le TFC 121 il y a 6 heures Robinho en route vers Sivasspor 49 il y a 9 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7