1. //
  2. // 33e journée

Le Real Madrid en chasse

Petite surprise en Liga : le FC Barcelone est freiné par son rival local de l'Espanyol. Du coup, le Real Madrid, puissant vainqueur du FC Valence deux à zéro, revient à un point. La course poursuite reprend de plus belle...

0 3
Espanyol 0-0 Barcelone

Ce match est toujours redouté par les cuCés. Et pour cause...
Dans le derby de Barcelone, l'Espanyol a une fois encore emmerdé comme personne les Blaugranas. Comment? En cassant le rythme, et les jambes barcelonaises si nécessaire. Pressing, agressivité, fautes, le tout étant d'empêcher le Barça de garder la balle sur la durée. Interdire les possessions de plusieurs minutes. Les réduire au plus bref. Et ça marche. Les visiteurs ne parviennent jamais à conserver la gonfle ni à installer leur jeu. Alignés par Pep au milieu de terrain, Xavi, Busquets et Touré n'ont tout simplement pas pu jouer comme ils l'entendaient. Et du coup, Barcelone n'a pas pu marquer. Du tout. Nada. Pas même un petit but de racroc, ou un coup de pied arrété. Zéro. Xavi asphyxié, Messi complètement esseulé, Touré épongé, les barcelonais n'ont pas réussi à pratiquer leur football. Pire, l'Espanyol a bien failli l'emporter. Des alertes, un poteau, l'expulsion d'Alvès... Les autres barcelonais ont eu leur chance. Mais Valdès, décidément excellent cette saison, a conservé ses cages inviolées. Le Barça, bis certes, marque le coup chez son rival. L'Espanyol a ainsi montré à l'Inter comment faire pour contrer les barcelonais. En plus, ça tombe bien, la manoeuvre est pile poil dans le registre des hommes de Mourinho. Superbe confrontation en perspective. L'un des matchs les plus attendus de la saison. Attention, le Barca n'a encore rien gagné, ni en Champion's, ni même en Liga. Mais le Barça est plus que jamais en lice pour un bon gros double doublé Espagne-Europe. Ce qui pourrait transformer cette histoire en un cycle de légende. Qui ferait date, école, et longuement parlé...

Une longue vidéo, José c'est pour toi :






Real 1-0 Valence

Le Real est en chasse, avec une équipe plus "espagnole" que galactique. Casillas - Arbeloa, Albiol, Ramos, Marcelo - Gago, Xabi Alonso, Guti, Van der Vaart - Ronaldo, Higuain. Tant mieux, ça tourne. Le Real part le portugais au plancher avec un Ronaldo électrique. Puis c'est Guti qui embraye avec une rapide passe pour Higuain, qui claque un but typiquement argentin, superbe contrôle orienté suivi d'un splendide enroulé du plat du pied droit à l'entré des seize mètres. Le Real n'en finit plus d'accélérer, avec une avalanche d'occasions toutes plus franches les unes que les autres. Higgy, Christiano, Van der Vaart mettent la gomme.
Puis c'est Marcelo qui tourne, dribble, part à fond la caisse avant de centrer en retrait pour Ronaldo. Qui fait but. Les cheveux du Real mènent 2-0. Ils peuvent maintenant la jouer individuelle comme ils savent si bien le faire, ils s'en tapent, ils ont gagné. Les valencians auront bien eu quelques coups à jouer, mais globalement, le Real les a déhanchés. De leur coté, nos chers français, Lass et Benz, sont rentrés en jeu en seconde mi-temps. Leurs concurrents, Gago et Guti pour l'un, Higuian pour l'autre ont fait un bon match. Pas comme ça que Diarra et Benzema reviendront dans le onze de Pellegrini. Le Real, en tout cas, colle aux basques du FC Barcelone, et eux n'ont plus que le championnat à jouer...

Sinon, en Espagne, c'est toujours la crise. Donc la vidéo commence par les scores, le classement général, celui des buteurs, avant de montrer les actions du match, sans son. Putain de Florentino Perez...





Les autres résultats

Séville 3-0 Sporting Gijon


Villareal 2-1 Atletico


Tenerife 3-2 Getafe


La Corogne 0-0 Almeria


Xerez 2-2 Santander


Malaga 0-0 Valladolid


Bilbao 0-0 Saragosse


Reste à jouer, lundi, Majorque - Osasuna.

Le classement complet

1. Barcelone 84 pts


2. Real 83


3. Valence 59 (putain d'écart...)


4. FC Séville 54


5. Majorque 52


6. Villarreal 49


7. `Bilbao 49


8. Getafe 47


9. Deportivo 44


10. Atletico 40


11. Osasuna 38


12. Almeria 38


13. Espanyol 38


14. Sporting Gijon 37


15. Santander 36


16. Saragosse 34


17. Malaga 33


18. Tenerife 32


19. Valladolid 29


20. Xerex 27

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
"Petite surprise en Liga : le FC Barcelone est freiné par son rival local de l'Espanyol."

Ben non, c'est tout sauf une surprise. Ces petites putes de l'Espanyol ne savent bien jouer au foot que deux fois par an : contre le FC Barcelone au match aller, et contre le FC Barcelone au match retour. Sinon, c'est un niveau de jeu (enfin, si on peut appeler cela jouer au football) tellement affligeant qu'ils luttent pour le maintien tous les ans. D'ailleurs, ce serait bien qu'ils descendent en Adelante et y restent, histoire qu'ils se rendent compte où est leur vraie place. En tout cas, j'ai bien pitié pour leurs traîtres de supporteurs : fêter un match nul 0-0 avec tant de ferveur, à onze contre dix et dans leur stade de merde, c'est quand même assez révélateur.

Quant à Valence, no comment. Et "ça" va jouer la Champions League l'année prochaine...
Tu es sévère quand même concernant València. Le problème chronique du club (en dehors de ses dettes bien sûr), c'est le backfour complètement dégueulasse. Sans compter Papy César dans les bois.
Ce soir, on alignait de gauche à droit: Jordi Alba (petit jeune pas mal, buteur face à Mallorca la semaine dernière), Alexis (auteur d'une faute sur Cristiano qui aurait dû lui valoir un rouge), Maduro (comment ce type a-t-il pu devenir pro, il est nullissime et encore je me retiens) et Bruno toujours aussi limité pour un tel club.
Normalement, c'est Mathieu (auteur d'une bonne saison mais trop souvent blessé malheureusement car il savait centrer et défendre), Marchena (variable car Unaï le met parfois milieu), De Albert (bon en début de saison, à la dérive complète en 2010) et Bruno.
Pour le gardien, Moya devait être titulaire mais c'est une banane. Du coup, Cesar reprend du service. Si c'était pour en arriver là, autant faire sortir Santi Canizares de sa retraite.
A l'arrivée, le quatuor+Banega se sont retrouvés sans ballons. L'exaspération du Guaje Villa laisse peu de doutes sur son départ de Mestalla. Garder le bloc offensif intact serait un miracle.
Attention à Unaï Emery, ancien Mister d'Almeria, qui a beaucoup de talent et est en constante progression.
AMUNT VALENCIA!!!
Hey Culés ! On vous laisse le beau jeu , nous on prend la Liga...
La Liga es blanca !!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ce qu'il faut retenir
0 3