Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Betis-Real Madrid (1-6)

Le Real Madrid dit non à la crise !

En donnant la leçon au Betis (1-6) le Real Madrid renoue avec la victoire après trois nuls consécutifs en Liga. Avec cette victoire, les hommes de Zinédine Zidane retrouvent leur fauteuil de leader de Liga, qu'ils partagent avec les Madrilènes de l'Atlético.

Modififié

Real Betis Balompié 1-6 Real Madrid CF

Buts : Cejudo (55e) pour le Betis // Varane (4e), Benzema (31e), Marcelo (38e), Isco (45e et 63e) et Ronaldo (78e) pour le Real

Tout était réuni pour que le Real Madrid vive une soirée compliquée. Un adversaire invaincu à domicile cette saison contre lequel ils ont fait nul l’an dernier à Benito Villamarín, les absences du capitaine Ramos, du génial Modrić et du talisman Casemiro, ainsi qu’un moral en berne après les trois nuls de suite en Liga. Oui mais voilà, les Merengues en ont vu d’autres et ont tout simplement atomisé les Verdiblancos six à un afin de prouver que leur entraîneur, Zinédine Zidane, avait raison de dire après le nul face à Eibar : «  Non, nous ne sommes pas en crise ! »

French Connection et tiki-taka


Leader ex-aequo avec l’Atlético avant la rencontre, le Real Madrid avait dégringolé à la quatrième place au coup d’envoi de la rencontre après les victoires du FC Séville, du Barça et des Colchoneros. Une place hors du podium qui n’a pas duré longtemps, Toni Kroos trouvant sur coup franc Raphaël Varane qui ouvre le score de la tête (4e) pour la première fois en Liga depuis plus de cinq ans. Le début d’un long calvaire pour l’ancien gardien madrilène, Antonio Adán. Le Real Madrid domine cette première mi-temps en multipliant les centres, mais Cristiano au-dessus (6e) et Bale sur le poteau (12e) n’arrivent pas à doubler la marque. Si les deux hommes manquent de réussite, ce n’est pas le cas de leurs coéquipiers. Benzema d'abord (31e), bien servi pas Kroos, puis Marcelo (38e), qui reprend de volée avec un peu de réussite une frappe contrée de l’attaquant français, trompent un Adán impuissant. Avant le chef-d’œuvre collectif. Corner mal tiré par le Bétis, une-deux Pepe-Kovačić qui avance avant de trouver Benzema. Le buteur français décale Ronaldo à gauche, centre au second poteau pour Pepe qui remet à Isco dans l’axe (45e). Magnifique.

L’orgueil sévillan et la délivrance de CR7


Si, en première période, les hommes de Gustavo Poyet n’ont que très peu approché les cages de Keylor Navas, préférant tirer de loin et au-dessus, ils ont attaqué le second acte d’une tout autre manière. L’éternel Joaquín d’abord fait lever le public du Benito Villamarín, mais sa tête est repoussée sur sa ligne par Pepe. Toujours aussi offensifs, les Verdiblancos s’offrent un peu d’espoir avec le but de l’entrant Cejudo sur une jolie passe de Joaquín (55e). En attaquant de la sorte, les coéquipiers des anciens de Ligue 1, Jonas Martin et Aissa Mandi, s’exposent aux contres foudroyants des Merengues. Et c’est sur ce type d’action qu'ISCO met (déjà) fin aux espoirs sévillans. Le milieu espagnol récupère un centre de CR7 au second poteau et envoie un amour de frappe enroulée dans la lucarne droite d'Adán. La suite se résume à des Merengues qui laissent volontairement le ballon aux joueurs du Bétis pour mieux les contrer et faire marquer CR7. Conspué par le public dès les premières minutes, Cristiano Ronaldo a provoqué des fautes, offert de bons ballons, mais a souvent tiré au-dessus des cages d’Adán (6e, 70e, 85e) ou dans les gants du portier sévillan (25e). Muet depuis le 8 septembre en Liga, l’attaquant portugais a fini par trouver le chemin des filets d’une frappe du droit, suite à une belle déviation de Morata. Un Real qui renoue avec la victoire et un CR7 qui retrouve le sourire, Zinédine Zidane peut souffler, ses jours sur le banc merengue ne sont pas en danger. Jusqu’à la prochaine « crise » .


  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Steven Oliveira
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
    Hier à 16:36 Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 8