En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 28e journée
  3. // FC Barcelone/Real Madrid

Le Real Madrid, cimetière des idoles ?

Lorsque le départ de José Mourinho avait été mis sur le compte du décalage entre « les façons » du Portugais et les attentes de son club, tout Madrid avait rappelé que le Real Madrid est au-dessus des individualités. Mais lorsque Carlo Ancelotti a été sifflé par le Bernabéu trois mois après lui avoir donné le titre de champion du monde des clubs, personne n'a compris le petit jeu du public de la Castellana. À force de se revendiquer « exigeant » , le Bernabéu est en train d'incarner une certaine idée – troublante – du football du futur : un sport qui transforme les clubs en marques, et les idoles en vulgaires stars.

Modififié
Mardi 10 mars 2015, huitième de finale retour de la Ligue des champions entre le Real Madrid et Schalke 04. Les Madrilènes viennent de faire match nul contre Villarreal et de perdre à Bilbao. Lors de l'annonce des joueurs, le public du Bernabéu se fait entendre une première fois : des sifflets tombent pour Iker Casillas, Cristiano Ronaldo et Carlo Ancelotti. Lors de la rencontre, les oreilles de Bale et Casillas auront droit à de nouvelles infâmes mélodies. Dimanche 15 mars 2015, vingt-septième journée de Liga. Alors que le Real Madrid s'impose deux à zéro contre Levante, les sifflets tombent à nouveau sur Cristiano. Non, les trente buts et onze passes décisives (en vingt-sept journées) n'ont pas suffi. Ni même le doublé salvateur contre Schalke 04. Le Bernabéu a tous les droits, et il siffle, gronde et boude quand il en a envie. Et surtout sur qui il veut : joueurs, entraîneurs, dirigeants, présidents, ultras… Et tant pis si le Portugais aura bientôt marqué 300 buts pour le maillot blanc. Il paraît que ce droit lui vient directement de tout là-haut, c'est-à-dire de l'indiscutable « prestige de l'institution » . Il y a trois mois, pourtant, tout semblait aller pour le mieux du côté de la capitale espagnole, remise au centre du monde du football par ces mêmes individualités. Mais en 2015, le Bernabéu semble avoir fait du refus de se dévouer une véritable culture. Sauf que ça n'en est pas une.

« Zidane a été sifflé ici, tout comme Ronaldo et Cristiano. Pourquoi, moi, je ne pourrais pas être sifflé ? »


Sur la Castellana, le rapport entre le mérite du club en tant qu'entité et les exploits individuels est devenu plutôt complexe. Dans le contexte spécial de l'arrivée de José Mourinho en 2010 – le Portugais champion, le Real éliminé par Lyon – la capitale espagnole s'était inquiétée du rapport de force entre l'égo de l'entraîneur et le prestige délaissé du club. Après trois années fortes en émotions, la bataille s'était finalement terminée sur un triste match nul perdant-perdant. Pourtant, le Real de Mourinho a gagné des titres, battu des records, affaibli le Barça, retrouvé sa grandeur et un projet de jeu. Mais aujourd'hui, le Real n'a jamais exprimé une quelconque gratitude envers un entraîneur dont la responsabilité dans la quête de la Décima est pourtant très importante, et José Mourinho n'est certainement pas satisfait de sa fin à Madrid. Il y a un malaise. Ainsi, quand la docilité de Carlo Ancelotti est arrivée, Madrid a lâché les armes. Le Bernabéu semblait enfin heureux, souriant, reposé. Madrid continuait à gagner. Ancelotti n'avait pas vraiment modifié les principes de jeu de Mourinho, mais peu importe, car l'entraîneur italien parvenait à faire sentir à son public qu'il gagnait grâce au club, et non l'inverse. Et le Bernabéu s'en contentait. Et applaudissait.

Mais aujourd'hui, dès que l'ombre d'un échec apparaît, le Bernabéu ne peut s'empêcher de laisser ses sifflets tomber. Cristiano, en plein milieu d'un moment personnel difficile, pensait obtenir le soutien de son public. Mais le Bernabéu ne « soutient » pas. En mars dernier, déjà, Cristiano avait été sifflé à la suite de deux défaites contre le Barça et Séville, alors que le Real battait le Rayo 5 à 0. En janvier 2012, le Real Madrid de Mourinho est leader de Liga avec cinq points d'avance. À cette époque-là, Mourinho n'a pas encore mis Casillas et Ramos sur le banc. Le moment pourrait être idyllique. Mais le Real vient de perdre l'aller d'un quart de Coupe du Roi contre le Barça (1-2). Alors que Mourinho s'apprête à recevoir l'Athletic Bilbao de Bielsa au Bernabéu, il se fait intensément siffler. Mourinho l'emportera 4-1, mais les sifflets ne s'arrêteront pas. « Zidane a été sifflé ici, tout comme Ronaldo et Cristiano. Pourquoi, moi, je ne pourrais pas être sifflé ? » , lâchera le Portugais.

De San Iker à ça


D'après le dictionnaire, une idole est une « personne qui est l'objet d'une tendresse ou d'une admiration passionnée de la part de quelqu'un » . C'est « l'objet d'un culte d'adoration » . L'idole se déplace ainsi à la frontière du religieux et du mythologique. Mythique, elle vole au-dessus des critiques, sifflets et autres jugements temporaires. L'idole est intouchable, divine, vénérée. Or, ce n'est le cas de personne aujourd'hui au Real Madrid. Car Mourinho a raison : ils ont tous été sifflés. À Madrid, on a remplacé le soutien par l'utilité et le tri. On choisit, on utilise, on use et on jette. Dans les années 2000 et 2010, les projets galactiques et le désordre institutionnel de Calderón ont provoqué une concentration soudaine d'arrivées grandiloquentes. Les meilleurs joueurs du monde sont passés par le Real sans laisser une marque indélébile. Depuis Zidane, qui a donc lui aussi été sifflé, personne n'a su s'inscrire dans les codes inviolables de l'affection du Bernabéu. Ronaldo, Van Nistelrooy, Higuaín, Robinho, Robben, Cannavaro, Sneijder, Özil, Di María… Tous sont aujourd'hui ou ont été des légendes ailleurs. Et personne ne se souvient du chant que le Bernabéu avait inventé en leur honneur. Même Sergio Ramos et Pepe ont été lourdement critiqués.

Parce que la culture de l'idole est inexistante. Un phénomène étrange a d'ailleurs été observé : ces joueurs ont souvent réalisé des performances extraordinaires, semblant « libérés » lors de leurs premiers pas au sein de leur nouveau club. Sneijder avait fait des débuts géniaux en plein derby à l'Inter, Robben s'était éclaté avec Ribéry, Robinho nous avait fait croire qu'il allait dominer la Premier League, tout comme Özil et Di María. Évidemment, le cas le plus intéressant est celui d'Iker Casillas. Avant, Casillas était San Iker. Contre Schalke, le numéro 1 a été le joueur le plus sifflé de la rencontre. Car personne ne réussit plus à percer le cœur du Bernabéu. Guti, longtemps sifflé, est parti par la petite porte avant l'arrivée de Mourinho. Xabi Alonso avait gagné les travées madrilènes par sa hiérarchie, sa classe, son intelligence et son madridisme, mais avait refusé de terminer sa carrière au club. Finalement, la dernière idole restera donc Raúl. Le club collectionne les stars, mais ne sait plus produire d'idoles.

Le football qui court vers le futur


La source de ce paradoxe est peut-être à chercher dans l'évolution globale du club de football moderne. Ayant justement bénéficié de l'impact médiatique de la présence de José Mourinho, le Real a économiquement rattrapé les clubs de Premier League ces dernières saisons. Aujourd'hui, « l'institution » Real Madrid est devenue une immense marque. Et en tant que marque, il se trouve qu'elle est directement en concurrence avec ses propres joueurs. En 2009, Cristiano Ronaldo a bien coûté 25% du chiffre d'affaires du club, soit l'équivalent des revenus de la billetterie. Cela peut paraître futile, mais sur Facebook, CR7 compte vingt millions de fans de plus que son propre club (100 millions contre 80 millions). Évidemment, on est loin d'affirmer que le public du Bernabéu siffle à la suite de sombres calculs, mais l'idée est là : contrairement à d'autres grands clubs européens, le Real est devenu trop grand pour se montrer dépendant d'un seul nom ou d'un seul talent. Pour le Bernabéu, il semble essentiel de démontrer dès que possible que le Real ne se limite pas à Cristiano. Or, cette logique n'existait pas il y a quelques années. Raúl, en attendant, n'a pas de page officielle sur les réseaux sociaux.

Juanito et le Parc


Mais il fut un temps où le prestige du Real Madrid et la survie de ses idoles n'étaient pas incompatibles. Dans les années 1980, Juanito porte le numéro 7 du Real. Et il n'a pas besoin d'être un as pour être l'idole absolue du Bernabéu. Milieu offensif bagarreur, l'Andalou sanguin donne corps et âme pour le maillot blanc. Après avoir essuyé ses crampons sur la joue de Lothar Matthäus et écopé d'une suspension de toute compétition européenne pour cinq ans, le 7 est même soutenu par les siens. Leo Beenhakker « comprend » le geste, le club râle sur l'arbitre. Depuis maintenant une vingtaine d'années, la septième minute d'un match au Bernabéu est consacrée à Juanito avec le chant « Illa Illa Illa Juanito Maravilla » . Pour les vingt ans de la mort tragique du numéro 7, le Fondo Sur du Bernabéu avait même tendu un immense tifo en son honneur le soir de la demi-finale retour de C1 2012 contre le Bayern Munich. Par la suite, il y a aussi eu Hierro, Sanchis, Salgado. Mais après ?

Si les idoles ont disparu, il faut peut-être pointer du doigt l'évolution du stade Santiago-Bernabéu. Dans les années 1980, Juanito avait été canonisé par le public populaire du virage sud, qui achetait sa place dans une immense tribune debout pour quelques pièces. Or, ce Bernabéu-là n'existe plus. Les places sont assises et valent une belle somme dans un pays où le salaire minimum reste de 750 euros par mois. Alors, forcément, le public du Bernabéu n'a plus rien de populaire. Il n'en a ni les angoisses des fins de mois ni le besoin de héros. Lui, il veut des victoires et du spectacle. Et si le Real Madrid est bien avant-gardiste, le Bernabéu semble essayer de nous dire ce que sera le football de demain… Le phénomène a pu être observé ces dernières saisons à Paris, où le « nouveau Parc » a choqué pour une exigence insensée basée sur un manque de culture, de manières, de « savoir-supporter » . Après tout, une star n'est rien de plus et rien de moins qu'une « vedette d'un domaine du spectacle » . Comme une étoile, elle peut monter et redescendre aussitôt. Avant, pourtant, les idoles restaient là-haut pour toujours. Comme Juanito.


Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:13 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon Hier à 22:39 L'UEFA crée "la Ligue des Nations" 55 Hier à 15:00 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1
mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 3 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 21 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 16
mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 8 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 34 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10 vendredi 1er septembre Les folies du mercato anglais 20 vendredi 1er septembre L'improbable c.s.c d'Arturo Vidal 27 jeudi 31 août La volée magique de Thomas Lemar 14 jeudi 31 août Le joli but de Naby « Maradona » Keita 2 jeudi 31 août Griezmann perce la défense des Pays-Bas ! 6 jeudi 31 août Kylian Mbappé rejoint le PSG ! 66 jeudi 31 août Débat : De quoi la Juventus est-elle le nom ? jeudi 31 août Accord Benfica-OM pour Mítroglou 92