Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 18e journée
  3. // Real Madrid/Espanyol (3-0)

Le Real Madrid balade l'Espanyol

À dix presque toute la seconde période, le Real Madrid s'est quand même imposé sans aucun souci face à un inoffensif Espanyol Barcelone (3-0). Événement, Cristiano Ronaldo n'a pas marqué.

Modififié

R. Madrid - Esp. Barcelone
(3-0)

J. Rodríguez (12'), G. Bale (28'), Nacho (77') pour Real Madrid


Gareth Bale n'a que faire de la récente perte d'invincibilité des siens. Le Gallois n'est pas du genre à douter, et surtout pas de son pied gauche. Boum, une transversale millimétrée. Bim, un coup franc aussi précis que puissant. Une petite demi-heure de jeu aura suffi à l'ancien de Tottenham pour chasser les doutes d'un Bernabéu qui s'est fait offrir au passage le titre de champion du monde des clubs décroché par ses héros au Maroc. L'expulsion de Coentrão au retour des vestiaires n'a finalement pas changé grand-chose, le Real se permettant d'arrondir le score en infériorité numérique (3-0). L'Espanyol n'était pas au niveau.

Bale, cette gâchette


Minute de silence pour Charlie, et c'est parti. Face au 4-4-2 catalan, Carlo présente ses deux trios de feu : Kroos-Isco-James au milieu et la « BBC » devant. Pourtant, les première offensives viennent des visiteurs. La défense de la Maison Blanche balbutie, mais ni Caicedo ni Sergio Garcia n'en profitent. Trop mous. Les locaux sont autrement plus efficaces. Après une volée sur le poteau de Rim-K, l'action de génie : une ouverture superbe de Bale, une remise en une touche parfaite de CR7, une conclusion lucide de James Rodríguez. Grande classe. Jeu court, jeu long, c'est techniquement quasi parfait pour la bande à Ancelotti. Benzegol saute même à 3m de haut pour taper une déviation extérieur gauche. L'autre Franchute, Varane, « Balané » en VO, vient caler sa tronche à chaque fois que le ballon survole l'une des deux surfaces. On n'a pas encore atteint la demi-heure de jeu que, déjà, Bale double la mise d'un coup franc tellement bien botté que Casilla n'a pas eu le temps de bouger. Le maillot « Power 8 » de l'Espanyol ne lui suffit pas. Les champions du monde de Marrakech ont perdu leur invincibilité, mais ils sont dans un bon jour.

À dix, la même histoire


Quoi de mieux pour reprendre qu'un bon gros choc comme on les aime ? Coentrão et Cañas se jettent comme deux lions sur un bout de viande, les griffes en avant. Pas de chance pour le Portugais, l'arbitre le juge responsable du massacre et l'expulse directement. James doit laisser sa place à Nacho, et l'espoir renaît pour le premier club européen de Bielsa. Un contre et un nouveau ballon particulièrement bien négocié par Benzema (son dernier, Illarramendi le remplaçant dans la foulée) rappellent aux Catalans que le Real sait surtout se projeter très, très vite vers l'avant. Carlo repositionne son équipe en 4-3-2. Moins offensifs, les locaux ne sont pas pour autant moins dangereux, Supervarane n'en finissant plus de planer au-dessus du reste des mortels à chaque coup de pied arrêté. Le Real joue à dix ? Peu importe, il est toujours le maître de l'après-midi. Bale passe la cinquième, fonce sur Casilla, mais manque le cadre. Isco s'offre un slalom, décale Arbeloa, qui trouve Nacho au deuxième poteau. 3-0, terminé. Le Real a repris ses 4 points d'avance sur ses deux ennemis de poursuivants.

⇒ Résultats et classement de Liga

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
À lire ensuite
CAN : la fiche du Cap-Vert