En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Valence-Real Madrid (2-1)

Le Real grille un joker à Valence

Coup de tonnerre dans cette Liga, puisque le leader madrilène vient de chuter sur la pelouse de Mestalla (2-1). Un revers inattendu pour le Real, qui ne profite pas de son match en retard pour prendre le large sur son dauphin barcelonais. Les Chés, eux, sont transfigurés.

Modififié

Valence 2-1 Real Madrid

Buts : Zaza (4e) et Orellana (9e) pour Valence // Cristiano Ronaldo (44e) pour le Real

Jamais cette saison Mestalla ne s’est tant enflammé que lors du début de rencontre face au Real Madrid. En l’espace de huit minutes homériques, les Chés mettent au supplice le leader merengue et offrent à leurs supporters un sentiment inconnu en cet exercice. Deux cachous signés des deux recrues hivernales, Simone Zaza et Fabián Orellana, qui permettent au Valence CF de décrocher son exploit annuel et, par ricochet, aux Madrilènes de ne pas profiter de leur premier match en retard (2-1) malgré une seconde mi-temps plus entraînante. C’est qu’avec ce revers inattendu, le Real reste aux commandes du championnat, mais ne peut prendre le large sur son dauphin blaugrana, toujours à l’affût avec un petit point de retard. Reste désormais à la Casa Blanca de profiter de son second match reporté, cette fois face au Celta de Vigo – la date n’est pas encore fixée –, pour faire le break en tête du classement. Mais à en croire les visages affichés par les mal classés face aux mastodontes, à l’instar de ces Chés déchaînés face au leader, cette Liga n’est pas au bout de ses surprises.

Zaza, nouvelle coqueluche de Mestalla


En alignant son onze de gala – exception faite de Gareth Bale, pas encore dans le rythme –, Zinédine Zidane ne cache pas son ambition de prendre le large en tête de la Liga. Pourtant, sitôt le coup d’envoi, l’armada madrilène bégaye comme jamais. Illustration de tous ces maux, Raphaël Varane devient la risée du public local en deux actions consécutives et décisives : d’abord trop loin de Zaza, il assiste, médusé, à la demi-volée en pivot et dos au but de l’attaquant italien qui ouvre les hostilités, puis se rate totalement dans son intervention sur Nani qui écarte le jeu jusqu’au Chilien Orellana, second buteur valencien de la soirée. KO debout, le Real Madrid peine à se sortir la tête du seau et ne résiste pas au défi physique imposé par les hommes de Voro. Si bien qu’incapable de créer des décalages en phase offensive, il souffre face aux contres supersoniques des Chés. Sur l’un d’entre eux, Parejo, formé au Real, envoie même un coup franc en pleine lucarne que seule une intervention in extremis de Keylor Navas peut écarter. Unique bémol pour les Valenciens, la blessure musculaire de Nani qui pousse à un changement de système... Et à la réduction de l’écart de Cristiano.

Mangala-Garay, tours de contrôle chés


Car juste avant la pause, le Portugais, seul danger du leader, saute plus haut que Garay et envoie l’offrande de Marcelo dans les filets d’Alves. Une réduction du score qui transfigure, au retour des vestiaires, les protégés de Zidane. Résolument plus impliqués et appliqués, les Madridistas étouffent dans leur moitié de terrain un Valence qui ne dispose plus des mêmes armes en contre. Il faut attendre le quart d’heure de jeu pour assister au sursaut local. Plus conquérant au milieu, plus ambitieux devant, le VCF peut même disposer de deux penaltys. Encore faut-il que l’homme en noir aperçoive les fautes de Carvajal, de retour au contact de Zaza à la suite d'une énième bévue de Varane, puis de Sergio Ramos, qui embrasse de trop près le pied de Munir. Après un léger mieux, les Merengues retombent donc dans leurs travers et abreuvent les deux tours de contrôles défensives de Valence, Mangala et Garay, de centres approximatifs et inoffensifs. Finalement, dans un tumulte digne des plus grandes heures de Mestalla, Cristiano Ronaldo rate sa dernière cartouche et fait chavirer le peuple ché.


  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9