En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Real Madrid-Gijón (5-1)

Le Real fume son Gijón

Très vite mis à l’abri par son trident offensif, le Real Madrid n’a fait qu’une bouchée du pauvre Sporting Gijón (5-1).

Modififié

Real Madrid CF 5-1 Real Sporting de Gijón

Buts : Bale (7e), Cristiano Ronaldo (9e, 18e), Benzema (12e, 41e) pour le Real // Ismael López (62e) pour Gijón

On joue la 12e minute de jeu au Santiago Bernabéu. Dans le temple du football de la capitale espagnole, les sourires sont déjà de mise. Sans forcer leur talent, les Madrilènes mènent déjà la vie dure à leur adversaire de l’après-midi, le Sporting Gijón. Après avoir fait le break en moins de dix minutes, le Real souhaite pourtant aller plus loin, histoire de clore tout débat par leurs prouesses collectives et techniques. Sur le côté droit, Gareth Bale combine avec Dani Carvajal pour centrer au second poteau. Trop haut pour la tête de Cristiano Ronaldo, mais à point pour une pirouette de Karim Benzema. À l’instinct, l’ancien buteur des Bleus réalise un ciseau retourné magique. Impuissant, Ivan Cuellar s’incline. Le Real mène de trois buts, il se sent pousser des ailes. Grâce à la patte de Zidane, l’herbe est redevenue verte au Real Madrid. Et vu la came locale, pas besoin d’aller se fournir ailleurs.


Qui déroule bamboule


Bras dessus bras dessous le temps de rendre hommage à Manuel Velázquez, ancien joueur de la Maison Blanche de 1965 à 1977, les locaux gardent la tête haute au moment de démarrer la rencontre. Malgré leurs six défaites consécutives, les Asturiens se découvrent sans complexe. Hélas, ce Real de Zizou est toujours touché par ce puissant électrochoc émotionnel, comme si les Blancos volaient sur un nuage. Et avec un tel avantage aérien, rien ne semble arrêter la dynamique merengue. Sur corner, Bale dévie le cuir de la tête au premier poteau. Sorti à l’abordage, Cuellar se retrouve devancé par la crinière galloise pour l’ouverture du score (7e). Toujours pied au plancher, le Real double la mise grâce à un pressing efficace, un Benzema altruiste et un CR7 enfin finisseur (9e). Cristiano vient de débloquer son compteur sous l’ère Zidane, et sa célébration Super Saiyan témoigne d’une joie retrouvée. Dès lors, comme ses deux compères d’attaque prennent du plaisir à faire vibrer les filets, la Benz s’autorise un geste digne des buteurs pur-sang. Avec trois pions dans la besace, l’addition est déjà corsée pour Abelardo et sa troupe. Mais CR7 compte bien se refaire la cerise, et reprend un nouveau centre de l’excellent Dani Carvajal (18e). Dans les travées madrilènes, les « Asi, asi, asi gana el Madrid ! » résonnent déjà en cœur. Plutôt deux fois qu’une, le Real s’offre même une nouvelle manita grâce à la douce combinaison entre Isco et Benzema (41e).



Qui fournit suit

Tout fonctionne comme sur des roulettes dans ce Real zidanesque, en plein voyage au paradis. Mais l’excès de plaisir va finalement générer un premier bad trip au sein du club royal. Gêné sur une énième accélération côté droit, Bale ressent une pointe au mollet droit et doit céder sa place. Un premier accroc prêt à en appeler d’autres : dès le retour des vestiaires, l’envie a changé de camp. Gijón souhaite récupérer son honneur et cela prend forme. À l’aide d’une course effrénée, Jony s’engouffre dans la surface madrilène et sert en retrait Ismaël Lopez, pour la réduction du score (62e). Jamais deux sans trois : touché à la cheville droite et remplacé par Kovačić, KB9 apporte une autre mauvaise nouvelle à Zizou. Certes, la victoire est déjà acquise, mais ces blessures pourraient coûter cher à l’avenir… Sans sa BB pour l'aider donc, le C se retrouve esseulé et peine à apporter du danger. Vainqueurs du deuxième acte, les Rojiblancos auront pu faire front à Madrid pendant une période. Comme quoi, mieux vaut rester sur ses gardes : Gijón se consomme toujours avec modération.


Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 10
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 3 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Et de dix pour la Juve !