Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Cpe du Roi
  2. // FC Séville/Real Madrid (0-1)

Le Real évite un nid de guêpes

Le Real s'est imposé sereinement face à des Sévillans qui ne sont jamais parvenus à entrer dans leur demi-finale de Coupe du Roi. Les clasheurs se sont fait clasher logiquement. Sauf surprise au Bernabeu, la finale de la Coupe du Roi se disputera donc entre le Real Madrid et le Barça.

Modififié
Le FC Séville a tout tenté pour mettre la pression au Real Madrid. Des vidéos provocatrices, des propos polémiques. Les Andalous ont laissé toutes leurs forces à vouloir instaurer une guerre psychologique et en ont finalement oublié la vérité du terrain. Le Real, pour une fois, n'est pas rentré dans la provocation et a réalisé un match sérieux de bout en bout. Les Merengues avaient besoin de se rassurer après une semaine plus qu'agitée en coulisses. Victime de ses rapports houleux avec Mourinho, Valdano a perdu toute crédibilité au sein de l'organigramme du club avec la venue d'Adebayor, pétition expresse du Portugais. L'Argentin, fidèle défenseur de Benzema, s'est même vu interdire l'accès aux camps d'entrainement de Valdebebas et au vestiaire par son bourreau de Special One. Il n'était même pas du voyage en Andalousie. Un détail qui en dit long sur la révolution de palais qui a eu lieu dans la maison blanche. Désormais le “Mou” est seul maitre à bord. Dans une interview accordée au quotidien O Jogo, le gourou du Bernabeu a même déclaré que le Real « était mal structuré » . Qui a dit ambiance de merde ?

Histoire de ne pas attiser le feu allumé par les Andalous, Mourinho ne s'était même pas rendu en conférence de presse d'avant-match. Fatigué et sapé en jogging, Mourinho n'avait aujourd'hui pas vraiment envie de séduire. Ni de s'amuser d'ailleurs. En choisissant de titulariser trois milieux défensifs comme Diarra, Khedira et Xabi Alonso, le Lusitanien voulait réprimer d'entrée les ardeurs sévillanes. Sans Kaka, mais avec Benzema, le Real a mis dix minutes à faire chauffer les moteurs.

Dans un match tendu et haché par de nombreuses fautes, c'est finalement Benzema qui a tiré son épingle du jeu en venant mystifier deux défenseurs adverses avant d'enrouler tranquillement le ballon dans les filets de Palop. Un golazo inespéré tout en finesse et en orgueil pour celui qui devrait être le futur remplaçant d'Adebayor. Blessés, les Sévillans ont tenté de réagir à plusieurs reprises par l'intermédiaire de Navas et de Luis Fabiano, mais rien n'y a fait. Vaillants mais prévisibles, ils n'ont jamais donné l'impression de pouvoir inquiéter la défense madrilène. Seul un sauvetage douteux sur la ligne d'Albiol suite à l'unique tentative de Luis Fabiano du match aura mis un peu de piment.

De retour des vestiaires, le Real Madrid s'est contenté de gérer son avantage en attendant tranquillement dans sa moitié de terrain pour mieux contre-attaquer. Ozil, seul devant le but, aurait très bien pu valider le ticket de la finale, mais l'Allemand s'est inexplicablement fait contrer par un bout d'ongle d'Alexis, pourtant couché sur sa ligne de but. Xabi Alonso aurait également pu breaker d'une malicieuse frappe des 50 mètres, mais visiblement, l'envie n'y était pas vraiment. Conscients de leur supériorité, les Madrilènes ont finalement laissé les Sévillans vivants. Vu ce que ces derniers ont montré sur le terrain, on doute vraiment qu'ils puissent réaliser l'exploit d'éliminer le Real au Bernabeu. C'est toujours pareil avec les grandes gueules : elles font toujours beaucoup de bruit pour rien.


But : Benzema (17')

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 79
Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 14:14 La statue de Falcao 33 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 49
À lire ensuite
Top 10 : Wikipédia