1. //
  2. // 26e journée
  3. // Real Madrid / Barcelone (2-1)

Le Real envoie Barcelone dans les cordes

Après 90 minutes musclées, le Real Madrid pousse une nouvelle fois le Barça vers ses démons. Dominateurs avec une compo remaniée, les Merengues savourent. Et sont plus que prêts avant de jouer leur saison ce mercredi à Manchester.

Modififié
108 64
Real Madrid – FC Barcelone : 2-1
Buts : Benzema (6e) et Sergio Ramos (82e) pour le Real. Messi (18e) pour le Barça.

La bête n'est pas morte. Mais elle est bien à terre. Quatre jours après avoir châtié le Barça sur ses terres, le Real Madrid a remis le couvert. Sans idée pendant 90 minutes, les Barcelonais subissent un nouveau revers, le troisième consécutif. Pis, la fin de match mouvementée a vu Víctor Valdés finir avec un rouge et une bonne crise de nerf. Cela, les Madrilènes s'en carrent. Avec une équipe remodelée à tous les étages, les hommes de José Mourinho sont allés chercher une victoire qui les met dans les meilleures conditions avant d'aller défier Manchester United à Old Trafford. Avec le vent en poupe, des cadres reposés, et un José Mourinho aux choix tactiques gagnants, ce Real fait peur. Pour les Barcelonais, le retour sur terre est plus que douloureux.

Messi, l'anti-douleur

À l'heure de la sieste et des telenovelas, le peuple merengue a rendez-vous au Santiago Bernabéu. Quatre jours après la démonstration du Camp Nou, la gueule de bois et l'optimisme sont toujours présents. Et ce ne sont pas les nombreux changements opérés par José Mourinho qui entachent cette bonne humeur. Sitôt le cuir en mouvement, le Real Madrid applique la recette anti-toque. Une récupération haute, un quadrillage millimétré et une application technique qui portent leurs fruits au bout de cinq tours de cadran. Sur un harcèlement de Sergio Ramos, le ballon atterrit dans les pieds de Morata. Un crochet et un centre au cordeau plus tard, Karim Benzema n'a plus qu'à ouvrir le pied pour enflammer ce début d'après-midi déjà ensoleillé. La tête dans le gazon, le Barça n'est pas bien. Alors il utilise son remède préféré : de la possession, à outrance, et sans partage. Une fois le pressing madrilène adopté, les mouvements prennent forme. Sur une phase quasi anodine, un Dani Alves à l'arrêt envoie de l'extérieur Messi en profondeur. Ramos mis à l'amende, la Pulga n'a plus qu'à crucifier Diego López. Parti plein pot, ce Clásico perd alors de son intensité. Le Real, sans ses rampes de lancement, ne peut se lancer rapidement vers l'avant, et le Barça, la confiance dans les chaussettes, récite sa partition à l'envers. À part une erreur de relance d'Essien, et un coup de casque hors-cadre de Morata, rien n'est à retenir de la seconde moitié du premier acte.

Cristiano, chauffeur de salle

Réveillé par les décibels du Gangnam Style, le Santiago Bernabéu reprend de la voix au retour des vestiaires. L'échauffement du héros hebdomadaire, aka Cristiano Ronaldo, est porté en triomphe. Dans la foulée, ces applaudissements se muent en huées lorsque l'arbitre fait son chef de gare (la tige Pedro ricochant sur le tronc d'arbre Varane). Toujours au rayon sonore, c'est l'entrée du phénomène de Madère qui fait chavirer les cœurs de la capitale. Sur sa première accélération, il humilie pour la seconde fois de la semaine Piqué. Ce coup-ci, pas de pénalty, mais ce coup franc a pour mérite de redonner de la consistance à un Clásico bien terne. Pour sentir un nouveau frisson parcourir l'échine des quelque 80 000 spectateurs, il faut attendre un nouveau missile sol-sol du sieur Ronaldo. À la parade, Víctor Valdés va remettre ça dix minutes plus tard, histoire de fêter dignement son ultime classique. Sur une action un peu surréaliste, où Pepe délivre un caviar que Morata cajole par un contrôle porte-manteau, le double V fait valoir sa main ferme. Le capitaine blaugrana ne pourra pourtant rien faire sur le coup de casque de Sergio Ramos. Plus haut que tout le monde, l'étalon andalou lévite puis explose. En ébullition, Bernabéu est à deux doigts d'imploser lorsque le coup franc de Ronaldo fracasse l'équerre. Pas grave, les « Asi, asi, asi gana Madrid » résonnent jusqu'au penalty non sifflé sur Adriano. La gagne, les Catalans la cherchent toujours.

Par Robin Delorme, au Santiago Bernabéu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Jacques Ouzi Niveau : District
Mérité et avec l'équipe B !!
tristiano Niveau : CFA2
Les joueurs du barça seraient donc mauvais perdant, non je ne peux y croire!
Et Alba qui fait un doigt d'honneur au public, alors qu'on croyait seul l'infame Pepe capable de ca...NON JE NE PEUX Y CROIRE!
dwight.k.shrute Niveau : District
Dire que certains ont mis 5 ans avant de le comprendre..
Arsène Holmes Niveau : DHR
C'est juste moi ou ça ne vous fait pas bizarre aussi un classico à 16h le samedi? Le manque d’effervescence est assez flagrant comparé à d'habitude.
dwight.k.shrute Niveau : District
Dire que certains ont mis 5 ans avant de le comprendre..
Le doigt d'honneur d'alba.. Petite p*te
Ramos se rattrape bien avec ce but. Varanne très solide encore une fois sinon.
Ce n'est au final qu'une demie surprise, malgré l’équipe quasi B alignée par le Real. Ils ont montré pas mal d'envie, vivement le match contre United !
Méconnaissable et groggy ce barça, c'est incroyable de les voir en chute libre de la sorte...
Si seulement y avait penalty..... Et Valdes qui vient râler alors qu'il est de l'autre côté du terrain..... Ils sont beaucoup moins seigneurs quand ils perdent ces catalans !
Roura bien qui Roura le dernier.

Villanove ne faisant son retour qu'en Avril, le Barça va devoir un petit temps tout de même avant de retrouver le sourire.
Concernant le geste d'Alba, il semble que ce soit l'index genre pour dire c'est le numéro 1, en tout cas d'après As
http://futbol.as.com/futbol/2013/03/02/ … 04990.html

Difficile de se prononcer
C'est *con à dire mais... je jubile.
C est toujours plus facil de faire les grands seigneurs quand on gagne...
Mais des qu ils perdent les grands gentils donneurs de leçons du barca sont comme les autres...
Note : 4
Bon comme d'hab, il y a les supporteurs madrilènes qui vont faire pleuvoir des -1 à tout va ^^

Le score et le résultat sont logiques et mérités.
Le Barca n'a pratiquement eu aucune occasion. si ce n'est le but et euh.. je sais plus. Ah si S Ramos qui sauve un ballon pour le donner à Pedro (qui est devenu super lent) et p-è un péno à la dernière minute (Adriano est effleuré par S Ramos)
Si Messi marque, c'est pcq Varane a laissé S Ramos s'en occupé^^
Bon on se doute que contre le Milan, ca va être la mm chose : je me demande mtn si c'est une histoire de "capacité" ou d'un manque réel d'envie de se surpasser! (Putain mais on ne les voit pas aussi "rugueux" sur le terrain, on les sens trop "calmes", mm qd ils sont menés ! révoltez vous bordel !)

Le Real marque son 1er but sur une contre attaque et en début de match
Le 2eme sur corner : donc le Barca ne corrige(ra) jamais ses erreurs, ce sont tjrs les mm buts !
Sinon magnifique cf de CR7... et le 2eme : c'est moi où il aurait pu marquer ET défoncer la tête de Iniesta ou de Messi? mdrr !

En ce qui concerne l'arbitrage, le Barca sont des pleureuses etc.. Valdès n'a jms droit d'aller hurler sur l'arbitre, et le roquet Alba de faire des doigts !
Sauf que l'arbitre a été extrèment généreux en faveur des madrilènes pas de carton jaune pour Modric x fautes sur Busquets) Coentrao (coup de coude sur Pedro) Essien (multi fautes), CR7 (sur Marsherano), Morata (par derrière sur Pedro), n'a pas vu la simulation de Cricri (devant Piqué) , de Pepe (sur Alves) etc etc.
Alros qu'il a très bien vu la (non) faute de Piqué, celle de Marsherano, de Alves (sur Cricri)
Denoueix-touch Niveau : DHR
Ce n'est pas le Real qui à battu le Barca c'est le FCB qui joue à contresens depuis 2013 et fin 2012, on peut m'objecter ce que l'on veut mais point de manita ici pas de supériorité technique et footballistique juste une équipe intelligente et talentueuse face à une caricature de football qu'est devenu ce FCB.

Pas une once de solidarité pas de pressing ni au milieu de terrain (ce qui peut se comprendre) mais aussi devant la défense (ce qui est bien plus problématique), comment une équipe qui asphyxiait tout le monde et j'insiste sur le tout le monde peut être devenu l'une des pires défenses européennes .
Que l'on m'explique ce qui s'est passé la saison dernière, pourquoi le barca ne comprend plus que son style de jeu oblige un pressing haut et en bloc pour ne pas mettre en danger les défenseurs, pourquoi la défense ne comprend plus qu'il est impossible de laisser centrer à tout va sans se prendre un but, pourquoi le FCB ne joue pas plus rapidement les contre attaques surtout depuis qu'il ne presse plus au milieu et donc qu'il récupère la balle plus bas mais aussi avec plus d'espaces.

Quant au real pour moi il n'a pas changé de galaxie avec ces deux clasicos, une équipe qui se fait mettre a l'amende en championnat par toutes les "petites" équipes et reste à bonne distance du leader malgré les 3 point de ce samedi ne peut pas être considérée comme plus rayonnante, seule la C1 pourra donner une vrai indication sur le Real face à des équipes qui ne voudrons pas jouer et joueront en mode PL, et il est quand même plus facile de mettre des buts au Barca (en ce moment) qu'a la plupart des grandes équipes européennes.

La preuve tout le monde embête le FCB depuis bientôt 3 mois ce n'est donc pas à mettre seulement à l'actif du Real.
C'est très facile d'être fair play en gagnant, plus difficile en perdant. Entre les renvois de balle pour la touche pour mieux presser après , le doigt d'honneur d'alba, busquets qui bloque pepe pour laisser piqué marquer, ou encore protestations infinies contre l'arbitre. On aura tout vu cet après-midi!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Reims tape Paris à 10 !
108 64