Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Dortmund-Real (1-3)

Le Real enfonce Dortmund

Les séries sont faites pour êtres brisées. Le Real s'est imposé avec la manière à Dortmund, pour la première fois. Les hommes du match s'appellent Gareth Bale et Cristiano Ronaldo, tandis que côté allemand, Aubameyang a donné un petit espoir à un BvB qui est désormais proche de l'élimination.

Modififié

Borussia Dortmund 1-3 Real Madrid

Buts : Aubameyang (54e) pour le BvB // Bale (18e), Ronaldo (49e, 79e) pour le Real

La statistique paraissait presque inconcevable : en six rencontres au Westfalenstadion, le Real n’est jamais parvenu à s’imposer face au redoutable Mur jaune. Trois défaites et trois nuls plus tard, les Madrilènes débarquent en Allemagne en qualité de leader du groupe H après leur victoire nette et sans bavure, 3-0 face à l’APOEL Nicosie. De son côté, le BvB a trébuché en perdant 3-1 à Tottenham. Une entame de Ligue des champions inversement proportionnelle à leur début de saison de feu en Bundesliga, tandis que la Maison-Blanche, elle, galère encore à sept points du leader barcelonais. Comme si l’objectif de chacun était déjà défini pour le reste de la saison.


Chauve qui peut !

Alors qu’en conférence de presse, Peter Bosz n’avait pas caché sa joie d’affronter le Real, le technicien néerlandais profitait de l’euphorie qui suivait le carton face à Mönchengladbach pour faire tourner une partie de son effectif en ré-alignant Şahin, Castro et Yarmolenko, trois pièces maîtresses de l’effectif actuel des Schwarzgelben. De son côté, Zinédine Zidane doit composer avec les absences de Marcelo et Benzema. Mais chaque coach a des forces en réserve, et l’entame de la partie s’avère très équilibrée.


Les plus belles actions sont à mettre au crédit des latéraux. Côté droit, Carvajal séduit par ses accélérations sorties de l’espace. C’est d’ailleurs à lui que l’on doit un superbe service que Gareth Bale reprend à la limite de la nonchalance pour ouvrir la marque. À l’opposé, c’est Łukasz Piszczek qui s’illustre pour écœurer les tentatives madrilènes, Cristiano Ronaldo en premier lieu. En attaque, le trio Yarmolenko-Aubameyang-Philipp se croit capable de revenir au score tant les centres de l’Ukrainien ont le même goût de caviar qu’en championnat, mais hélas, les dieux du football ont choisi de donner la précision au camp adverse.

Tout n’est pas si facile, tout ne tient qu’à un fil

Au retour des vestiaires, il est difficile de déterminer l’équipe qui domine le plus la partie, tant le jeu se concentre au milieu du terrain. Dortmund semble vouloir ouvrir son compteur de points, mais est tout simplement trop court pour un Real de ce calibre-là. La défense des Merengues éteint toutes les tentatives allemandes et le BvB affiche un bien triste visage, qui dénote de ses performances en Bundesliga. Malgré la réduction du score logique d’Aubameyang, l’efficacité allemande était espagnole ce soir-là et c’est un Cristiano Ronaldo en mode moteur diesel qui, au bout d’une heure de jeu, fait parler toute la puissance qui caractérise les joueurs de classe mondiale. Son doublé est on ne peut plus logique et seuls les coups d’éclat de Roman Bürki au meilleur de sa forme ont empêché que davantage de sel ne soit versé sur l’addition.

Finalement, Dortmund a pêché par manque d’expérience. Ce deuxième revers d’affilée n’est que la copie conforme du premier, et l’élimination directe menace désormais sérieusement les joueurs de Peter Bosz. Un reversement en Ligue Europa serait une porte de sortie salutaire pour une équipe en pleine reconstruction et qui se prend désormais à rêver au titre de champion d’Allemagne, deux ans après le départ de Jürgen Klopp. Un Meisterschale vaut bien l’Europe entière.

Borussia Dortmund (4-3-3) : Bürki - Piszczek, Sokratis, Toprak, Toljan (Daoud, 60e) - Şahin (Weigl, 60e), Götze (Pulisic, 76e), Castro - Yarmolenko, Aubameyang, Philipp

Real Madrid (4-4-2) : Navas - Carvajal, Varane, Ramos, Nacho - Casemiro - Modrić (Dani Ceballos, 90e +1), Kroos, Isco (Asensio, 75e) - Bale (Vazquez, 86e), Cristiano Ronaldo


  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Julien Duez
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
    Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
    À lire ensuite
    Les notes de Monaco