1. //
  2. //
  3. // Real Madrid-Rayo Vallecano (10-2)

Le Real, du néant à l’exhibition

D’abord très mal parti dans sa rencontre face au Rayo, le Real s’en est remis à une décision arbitrale pour prendre les devants. À 11 contre 9, les coéquipiers de Gareth Bale, auteur d’un quadruplé, ont ensuite fait imploser les hommes de Paco Jémez pour un festival historique (10-2).

Modififié
3k 86

Real Madrid CF 10-2 Rayo Vallecano

Buts : Danilo (3e), Bale (25e, 41e, 61e, 70e), Cristiano Ronaldo (30e et 53e), Benzema (48e, 79e, 90e) pour le Real Madrid / Antonio Amaya (10e), Jozabed (12e) pour le Rayo

Le paradoxe met mal à l’aise. Largement devant au tableau d’affichage, le onze merengue rentre aux vestiaires la tête basse. Les oreilles, elles, sifflent. Le Santiago Bernabéu, plus énervé que déçu, conspue ses poulains, auteurs d’un premier acte en dessous de tout. Sans intensité et sans âme, ils profitent tout de même des largesses arbitrales pour dominer un Rayo Vallecano réduit à neuf et un temps aux commandes de la partie. Car entre l’ouverture du score de Danilo et l’égalisation de Bale, les hommes de Paco Jémez ont eu le temps de marquer par deux fois face à une défense apathique et statique. Seul un penalty imaginaire sifflé en faveur de Sergio Ramos, suivi d’un carton rouge inexpliqué de Baena - la première expulsion de Tito étant totalement légitime - permettent aux Madridistas de revenir dans une rencontre qu’ils remportent finalement dans les grandes largeurs. Avec un 10-2 historique dans la besace, un quadruplé de Bale, un triplé de Benzema et un doublé de CR7 en poche, les hommes de Rafa Benítez reviennent provisoirement à deux points des leaders. Pour autant, ils sont loin, très loin, d’avoir rassurés un Madridismo toujours au bord de la crise de nerfs.

Le Rayo à 9, le Real à 12


Journée électorale oblige, l’antre blanche n’est pas pleine pour ce petit derbi madrileño. Qu’importe, pour un Rafa Benítez encore une fois conspué à l’énonciation de son nom par le speaker du Bernabéu. Une ambiance quelque peu glauque qui se répercute illico sur l’entrain des coéquipiers de Sergio Ramos. D’abord aux commandes grâce à un contre d’école ponctué par Danilo, Madrilène le plus remuant, ils délaissent ensuite le cuir à un Rayo qui ne demande que ça. Sans pressing face à eux, les Rayistas se régalent et enchaînent les combinaisons.

Ces enchaînements donnent le tournis à des Blancs apathiques, punis par deux coups de casque d’Amaya (10e) et Jozabed (12e). Une joie de courte durée, puisque, deux minutes plus tard, Tito confond envie et boucherie, et se retrouve expulsé pour son tampon sur Kroos. Malgré sa supériorité numérique, le Real peine à faire le jeu et ne doit son salut qu’à la connexion Bale-Danilo. Leurs coéquipiers sont eux aux abonnés absents, à l’instar de l’homme en noir, victime d’hallucinations salvatrices pour les locaux. Dans les faits, le señor Iglesias Villanueva siffle un penalty inexistant, puis sort, pour un second jaune, Baena.

Une mi-temps pour du beurre


Buteur sur l’offrande arbitrale, Cristiano Ronaldo reçoit là encore des quolibets d’une partie de l’aficion blanche, qui récidive au terme des 45 premières minutes. S’ensuit alors un second acte forcément déséquilibré. Toujours avec sa volonté de jouer court et de remonter le cuir, le Rayo se fait inévitablement contrer. La force de frappe merengue sévit alors de toute sa puissance. Face à une défense décimée et des trous béants, Cristiano Ronaldo, Gareth Bale - déjà double buteur à la 41e - et Benzema s’en donnent à cœur joie. Tous buteurs, tous passeurs décisifs, ils donnent au tableau d’affichage des airs de démonstration et des faux airs de maîtrise.

Une performance qui fait du bien aux statistiques de la BBC, mais qui ne cache le manque d’ambition de Rafa Benítez qui, avec une avance abyssale, décide de faire entrer deux joueurs à vocation défensive, en l’occurrence Nacho et Arbeloa. Les gradins du Bernabéu, eux, n’oublient pas le triste visage de la première mi-temps et égraine les noms d’illustres Madridistas durant le dernier quart d’heure. Pour sûr, Florentino Pérez peut encore s’attendre à des sifflets lors de la prochaine réception de la Real Sociedad.


Par Robin Delorme, au Santiago Bernabéu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Joliment honteux ce match ......m'enfin ça gonfle les stat du trio magique, toujours ça de pris pour les sponsors ......
J'ai quitté après le 3e but. Ridicule, j'ai rarement vu un arbitrage aussi mauvais et partial.
Perdre 1-0 contre Villarreal pour que le week-end suivant tu gagnes 10-2 contre le Rayo Vallecano qui a joué à 9 3/4 du match, c'est la marque du Real depuis 2010.

Dommage, à 11 le match paressait équilibré.
Le Real de cette saison réussit l'exploit de rendre une victoire 10-2 insipide et presque triste... j'ai hâte qu'on reparte sur de meilleures bases, car je continue de penser que cet effectif a d'énormes qualités et qu'une meilleure utilisation en ferait une équipe vraiment belle.
Cette effectif a d'énormes qualités mais il est bancal. Je ne pense pas qu'il soit mal utilisé, Benitez fait ce qu'il peut et doit composer avec des déséquilibres et critères marketings dont un coach ne devrait pas avoir à se soucier.
Quel arbitrage scandaleux...
Et l'autre CR7 qui râlait à mort de ne pas marquer plus, triste mentalité.
Belle victoire de Florentino.
ManodesMontagnes Niveau : CFA2
Équilibré ? Si le premier quart d'heure du Real est franchement dégueulasse, une fois à 1-2 les intentions de Vallecas se sont surtout faites ressentir...

Du découpage de malléole (sur Kroos par deux fois, Marcelo, Danilo, Benzema dans la surface) en veux-tu en voilà par des gars impuissants et déterminés à tenter de tenir le score...

Quelque part déçu, mais j'irais pas jusqu'à pousser le bouchon en affirmant que les blancs étaient à 12. Il y a grosse confusion derrière l'erreur de l'arbitre et le second jaune de Baena qui suit, mais de la 15ème à la 30ème minute c'était d'une boucherie sans nom. Si l'arbitre ne fait pas ce boulot là, l'infirmerie du Real doit aller jusqu'à mettre 6 joueurs sur liste d'attente une fois le match terminé.
En tous cas ce n'est pas sur ce simulacre de match qu'on pourra les juger. Déjà qu'en temps normal la défense du Rayo est un garage à bites, que pouvaient ils faire à 9 contre 11 pendant 1h ??
A part nous confirmer que quand il y a des gros espaces la BBC est ce qui se fait de mieux au monde on ne peut strictement rien tirer de ce match si ce n'est que les premiéres minutes du Real demontre une grande febrilité collective.
je suis désolé mais le premier rouge est mérité : tacle a la cheville de façon spectaculaire , les deux pieds en avant c'est ROUGE .

le 1er jaune de la deuxième expulsion est également mérité , le deuxième était sévère mais il y'avait bien accrochage .

voila marre d'entendre de la merde dite par des personnes qui ne suivent même pas les matchs ...
A 11c11 le Real perdait 2-1, l'arbitre pouvait pas permettre ça. Deux expulsions et là y'avait un match gagnable pour le Real.

Le problème c'est pas Benitez, c'est l'effectif inadapté. Ancelotti faisait vraiment un taf monstre pour que cet équipe s'en sorte à peu près bien.
Kroos et Modric ont exactement le même rôle, Bale est hors de position, CR7 ne participe plus du tout au jeu, James est paumé, et la défense n'est même plus un point fort (Sergio Ramos quelle chute de niveau cette année putain)
@FC K: faudrait pas verser dans la caricature non plus hein... Le Real qui gagne la liga 2011-12 et la C1 2013-14 ne l'a pas fait en ne battant que des petites équipes. Même en 2012-13, qui est une saison blanche, le problème était l'inverse, puisque le Real finit largué en championnat malgré 10 points sur 12 pris face au Barça et à l'atletico (respectivement 1er et 3e), sans oublier le 5-0 passé en une mi temps à Valence. Cette saison - là le problème c'était au contraire la régularité contre des équipes plus modestes. Chaque saison a sa propre histoire, et il ne faut pas prendre les cinq derniers mois du Real pour extrapoler et en faire la règle absolue des dernières années.
et puis benitez n'a pas fait rentré Nacho , vérifié vos infos ou fermez la !
@themiz: Le Real de la saison dernière avait un effectif encore moins équilibré, mais Ancelotti avait au moins le mérite de faire en sorte que l'équipe au complet montrait un visage cohérent voire très séduisant comme à l'automne 2014. Seulement, au lieu d'essayer de progresser et mieux jouer, même sans Modric ou James, cette saison même la présence de l'armada au complet n'est plus une garantie de jeu de qualité.
le premier qui me dit que ça ne vaux pas un rouge qu'il aille se faire enculé !

https://www.youtube.com/watch?v=UtH0cv1cfzY
La question à se poser aurait-il sorti les cartons dans l'autre sens
, j'en suis pas sur pour ma part.
Mais sur les 20 premières minutes ils étaient à la rue, juste
voir les deux buts qu'ils prennent et le Rayo qui leur à fait la leçon,
mais bon dans la médiocrité ambiante qui règne à Madrid, c'est un triomphe
sur.
Même le premier rouge n'est pas mérité, putain c'est quand même le rayo qui joue contre le real, tu vas pas pénaliser une équipe du genre sur les 15 premières minutes. On voit bien pire chaque semaine. Sans cette arbitre le real aurait été dans une sacrée merde. Bref je souhaite juste au rayo de se venger au retour chez eux
@thanos : le banc est meilleur cette année mais je trouve que le Real n'a pas corrigé ses déséquilibres...il manque un 6 à mettre en concurrence avec Casemiro, il y a un joueur de trop entre Modric Kroos et James, et aussi entre Bale et CR7
Clemuntinho Niveau : CFA
Tu vires Ancelotti pour prendre Benitez, tu t'attends à quoi de plus ? Faut arrêter, Benitez c'était la purge assurée. C'est criminel ce choix.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 86