1. //
  2. // Tournée américaine

Le Real du Mou : CR7, premier rôle

Mourinho au Real Madrid, première. La scène se tourne à San Francisco, Californie, et les Merengues affrontent l'America Mexico. Résultat ? Une victoire (3-2), et C.Ronaldo en vedette américaine.

Modififié
0 0
Mourinho est-il la solution pour le Real Madrid ? Impossible, à défaut de se hâter, de déduire quoique ce soit d'un premier match de préparation. L'équation tactique du Real, ses lignes trop étirées, son surplus de joueurs axiaux, demandera du temps, des ajustements, avant d'être résolue, que l'on soit Special One ou non. Le mercato offre toutefois quelques débuts de solutions, avec l'arrivée de Di Maria, entré en seconde période, qui étire le jeu merengue sur les flancs, et un brillant Sergio Canales, collé sur la droite par Mourinho. Reste qu'au-delà des considérations techniques, la simple personne du Portugais apparaît comme un remède aux errements merengues. Car à l'inverse de Manuel Pellegrini ou Bernd Schuster, Mourinho est la star de l'équipe, son plus gros ego. Au vrai, il y a quand même match avec son compatriote C.Ronaldo, bien décidé à ne pas se laisser voler la vedette.

Fidèle à lui-même, l'éphèbe lusitanien confisque d'ailleurs son premier ballon praticable (8e) et place une frappe de 30 mètres que balbutie Guillermo Ochoa, le portier de l'America. Fidèle à lui-même, le Portugais enverra une autre tentative bien moins ajustée, pour le plus grand agacement de ses partenaires démarqués... Fidèle à lui-même donc, C.Ronaldo finira aussi par se montrer décisif. Tout d'abord en relais d'un superbe une-deux avec Benzema, que le Français, infiltré dans la surface, mettra à profit en adressant une passe en retrait imparable pour le talentueux Sergio Canales (34e). Suivra un service cinq étoiles pour Gonzalo Higuain (63e), et pour que la soirée soit parfaite, un coup-franc flingué des 18 mètres, trois minutes avant de recevoir l'ovation de Frisco (84e). Il y a les stars, et les célébrités...

Il y a donc des choses qui ne changent pas dans ce Real, des constantes. Comme l'affinité entre Gonzalo Higuain et Ronaldo, quand Benzema peine toujours à échanger avec le Portugais. Comme l'efficacité de l'Argentin aussi (deux buts en trois occasions, si sa seconde réalisation n'avait pas été invalidée injustement), quand Benzema, encore lui, se crée des opportunités mais oublie de les convertir, sur cette tête plongeante profanée par exemple (32e). Et Mourinho ? Bien plus calme qu'avec l'Inter. On l'a simplement aperçu courir vers le vestiaire quand l'arbitre siffla la fin de la première période. Il portait le jogging.

Pour les curieux, voici l'équipe alignée par le Portugais au coup d'envoi : Dudek, Juan Fran, Pepe, Garay, Marcelo, Gago, Pedro Leon, Diarra, Canales, Cristiano Ronaldo et Benzema. En début de seconde période entreront Drenthe, Granero, Nalmo, Higuain et Di Maria. Démembré par ces changements, le Real encaissera deux buts (53e et 60e). Madrid à la peine, le jeune papa le sortit presque tout seul d'un premier revers et de polémiques inutiles. Lors des prochaines dates de la tournée américaine des Merengues, les champions du monde espagnols devraient faire leur retour dans le onze de Mourinho. Il faudra au moins ça pour éviter que le portugais devienne LV1 au sein de la Maison Blanche.

Les buts



Par Thomas Goubin, à Guadalajara

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les Chivas en ambassadeurs
0 0