1. //
  2. // Groupe B
  3. //
  4. // Real Madrid/Ludogorets (4-0)

Le Real dans l'espace

Après dix-neuf victoires consécutives, le Real Madrid d'Ancelotti évolue désormais dans une galaxie très éloignée de celle de tous les autres. Là où il vit, il ne se contente pas de se promener dans l'espace. Il fait mieux, il le crée.

Modififié
52 31
La meilleure façon de voyager dans l'espace, c'est de s'asseoir dans un gros fauteuil en cuir noir légèrement usé aux accoudoirs, de détendre les membres inférieurs et de s'installer devant un Real Madrid-Celta, un Real Madrid-Ludogorets ou un Real Madrid-n'importe qui. Peu importe, ce sera toujours le même film qu'on regardera. Comme les autres avant lui, ce Real-Ludogorets réserva, mardi soir, son lot d'émotions esthétiques à tous ceux qui avaient pris le temps d'admirer les étoiles et d'écouter le silence éternel de l'infiniment grand. Les explorateurs du jeu ont dégusté ce Real comme les autres les premières minutes de valse de 2001, Odyssée de l'espace. Il ne fallait pas nous déranger quand Isco ou Kross contrôlaient le ballon à 35 mètres de leur but. Parce qu'on savait que c'était à ce moment précis, juste avant d'envoyer le projectile loin devant eux dans les espaces libres de l'autre côté du terrain, que la musique de Strauss allait retentir. Nos casques (audio) sur la tête, on était prêt à entamer le grand voyage. Comment donc avoir peur de l'infiniment grand quand nos vaisseaux spatiaux sont pilotés par Toni Kross et Isco ? Comment ne pas être émerveillé par ces constellations quand notre astre solaire s'appelle Cristiano Ronaldo ?

Administrer le néant


Comme Kubrick en 1968, Ancelotti nous fit à son tour aimer l'espace vide quand il choisit un jour d'organiser son équipe en fonction de la dimension du terrain à couvrir plutôt que la distance qui la séparait du ballon. Quand certains, comme le Barça, l'Ajax, le Rayo ou le Bayern, s'organisent en fonction de la position du ballon, c'est-à-dire que c'est chez eux la possession qui donne l'ordre à suivre et organise le positionnement des joueurs, le Real d'Ancelotti, lui, ressuscite le Milan de Sacchi devant nos yeux d'adolescents émerveillés. Comme son maître vingt ans plus tôt, Ancelotti a décidé, plutôt que de courir dans le vide à force de poursuivre un ballon devenu insaisissable, de regarder le vide en face et d'y sauter la tête la première. Contrôler l'espace plutôt que de s'épuiser à l'occuper. Administrer le néant plutôt que de s'y perdre tout entier. Changer les distances plutôt qu'arriver toujours en retard. « La clé de tout, enseigne Sacchi, c'est "l'équipe courte" » , c'est-à-dire, une distance très courte entre la ligne d'attaque et la ligne de défense, « c'est ce qui nous permet de ne pas dépenser trop d'énergie, d'arriver en premier sur le ballon, de ne pas nous fatiguer. C'est ce que je disais à mes joueurs, si nous jouons avec 25 mètres entre le dernier défenseur et l'attaquant de pointe, compte tenu de nos qualités, personne ne pourra nous battre. Ainsi, l'équipe bougeait comme une unité de haut en bas et de droite à gauche » .

Les étendues silencieuses


Il fallait les voir, Isco mardi soir ou James Rodríguez samedi dernier contre le Celta, s'installer au milieu du milieu et attirer vers eux tous les ballons. Pas besoin d'être agressif, d'aller au contact, de s'imposer dans les duels, comme disent les pragmatiques, pour récupérer des ballons. Pas besoin d'être grand, d'être fort pour ratisser large. Juste être bien installé dans les interstices, être là où il faut, quand il faut. Depuis que ce Real a reporté au collectif le soin d'asphyxier ses adversaires, les ballons gagnés tombent comme des feuilles mortes sans qu'on ait besoin d'aucun ouvrier spécialisé pour les ramasser. Khedira maintenant au chômage, Isco est devenu le meilleur jardinier du monde. On reconnaîtrait le Real de Mourinho si, dans le même temps, Ronaldo n'était pas aussi mobile sur toute la largeur du terrain, si Isco, James ou Bale ne se repliaient pas aussi efficacement et ne réduisaient pas autant le vide dans leur dos. Là où les phases de transition mourinhiennes frôlaient le stéréotype (Khedira pour Özil, Özil pour Ronaldo dans l'espace, fixation de Benzema, but de Ronaldo), la grandeur du Real d'Ancelotti réside dans la gestion virtuose des étendues silencieuses : dans le dos de la défense (amoindrissement systématique des superficies en jouant assez bas et resserré) et dans la moitié de terrain adverse (attirer l'adversaire pour créer les espaces nécessaires aux futures incursions). L'étendue vide qu'il fallait remplir d'automatismes chez Mourinho est devenu le champ d'exploration idéal et infini d'une quantité innombrable de variations. Ancelotti nous fait aimer le vide.

Vivre en l'air


C'est ce qui distingue le Real d'Ancelotti de tous les autres, cette façon virtuose mais désinvolte de mener la conquête des espaces. Quand le Milan des années 90 s'installait sérieusement autour de la ligne médiane et asphyxiait ses adversaires très tôt dans leur phase de construction, le Real d'Ancelotti, lui, choisit aujourd'hui de reculer pour créer, organiser artistiquement le terrain devant lui. Ainsi, plutôt que de tendre bien académiquement le piège du hors-jeu en plaçant sa ligne de défense très haut - au risque de se priver de mètres utiles pour les courses folles de Bale ou Ronaldo vers l'avant après récupération - le Real d'Ancelotti descend d'une bonne dizaine de mètres sa ligne défensive. Et alors, bien installé à 35 mètres de ses buts et à 5 mètres les uns des autres sans quasiment aucun milieu défensif pur (c'est la différence essentielle avec Mourinho), il fait mine de laisser jouer son adversaire, de lui redonner un peu d'espoir, exactement comme ces chats qui laissent les souris remuer encore quelques instants devant eux, pour mieux les attirer dans leur piège et les achever d'une morsure fatale. Les ballons tombés alors dans les pieds d'Isco, de Kross ou d'Illarramendi sont immédiatement propulsés vers les comètes Ronaldo, Bale et Benzema qui se chargent à eux trois (plus un autre, au choix) de dessiner des constellations provisoires dans les vides de la défense adverse. Les chiffres parlent et ils sont cruels pour les sceptiques : à peine trois petits hors-jeu très bas sifflés contre Ludgorets hier soir, mais 21 interceptions signalées et une vingtaine de passes d'Isco devant lui à Ronaldo (soit autant qu'à Kross, son partenaire dans le cœur du jeu). C'est dire comme le Real aime l'espace. C'est dire comme on vit heureux en apesanteur.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 7
Très belle plume Thibault
Heiseinberg Niveau : CFA
Quel incroyable galaxie dans laquelle ils sont, faire 18 points sur 18 dans la poule de la mort et battre le favori de cette ligue des champions Ludogorets 4-0 !

Et quel incroyable avance en liga 2 points sur le Barça 4 sur l'Atletico ! On peut d'ors et déjà leur donner le titre.
Note : -1
Message posté par Timmy
Très belle plume Thibault


Merde Tibaud. Ca peut pas s'écrire comme tout le monde ?
PhoenixLite Niveau : Loisir
Article sympa.

C'est pas pour faire chier mon monde, mais il me semble bien qu'il s'agit de Toni Kroos, et non Toni Kross :)
Ce Real des "jugones" jouait mieux il y a quelques temps, les blessures de James et Modric et la fatigue de Kroos et Isco se font sentir. J'espère le revoir au printemps.
L'article est sympa mais bon, je suis pas fan de la masturbation tant que les titres ne sont pas gagnés. Enfin, c'est toujours mieux qu'une diatribe.

Mais je pense qu'il faut revenir sur autre chose de frappant hier, le Real jouait totalement pour faire marquer CR7. Certes, le record de buts en C1 qui appartenait à un joueur merengue depuis des lustres est très important et le club va vouloir que CR7 repasse devant, mais ce genre d'enjeux secondaires ne devraient pas prendre le dessus sur des objectifs plus importants. Quand c'est en fin de saison pour des questions de pichichi c'est déjà pas fameux.
Hier ça passe, mais par la suite, seul le trophée comptera. Et d'autant plus que lorsque l'équipe perd en spontanéité et en jeu varié qu'évoque l'article, que CR7 force, c'est généralement là où ça marche le moins bien.
Et hier, c'était gênant, d'autant que Benzema qui est de très loin le meilleur pour combiner avec Cristiano n'était pas là. Beaucoup d'actions qui auraient pu mieux finir n'ont pas été à leur terme parce qu'elles n'ont pas été jouées naturellement.
Message posté par Timmy


Merde Tibaud. Ca peut pas s'écrire comme tout le monde ?


Encore raté.
Note : 5


Oh putain c'est bon je me retire honteux
JunMisugi86 Niveau : DHR
"Et alors, bien installé à 35 mètres de ses buts et à 5 mètres les uns des autres sans quasiment aucun milieu défensif pur (c'est la différence essentielle avec Mourinho)"

Khedira est un milieu defensif pur ? xabi alonso pareil ? Non la difference entre celui d ancelotti et mourinho du moins sur l'an 1 d'ancelotti c'est à mon sens :
- la pacification du vestiaire
-l'apport de gareth bale pour mieux jouer en contre, de isco egalement, l'arivée d'un carvajal, l'adaptation de modric.
-le replacement de di maria.
- le passé avec mourinho (3 demi finales, affrontement du grand barça etc)

En revanche le real d ancelotti an 2 pour moi il le doit quasiment qu'a lui même. On lui enlève xabi alonso, di maria. Et la il met un jeu plus de possession c'est plus conforme on va dire. Autant l'an dernier c'était 70% lui 30 % mourinho autant cette année franchement c'est un real cameleon. Capable de jouer court lent, temporiser, contrer construire. Après j'aimerai voir face a chelsea, ou face au bayern si guardiola va refaire "sa plus grande merde tactique" selon ses dires.
Jemincruste1 Niveau : CFA
Plus je suis la LDC, plus j'aime l'Europa League, bastion d'un football où on compte beaucoup moins, les records, les buts d'un tel, les millions d'un autre.

Sérieusement, cette phase de groupes de LDC ? Ridicule.
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par MerenGone
....
Mais je pense qu'il faut revenir sur autre chose de frappant hier, le Real jouait totalement pour faire marquer CR7,.
Et hier, c'était gênant, d'autant que Benzema qui est de très loin le meilleur pour combiner avec Cristiano n'était pas là. Beaucoup d'actions qui auraient pu mieux finir n'ont pas été à leur terme parce qu'elles n'ont pas été jouées naturellement.


ah bon ??

moi hier il m'a semblé que CR7 s'énervait pas mal (quand il est filmé en gros plan alors qu'il a pas touché le ballon de l'action) justement parce que Bale et la Chicha semblaient l'oublier un peu trop ... (et se foirer non stop en plus ce qui à le don d'agacer sa majesté).

en deuxième c'était carrément l'apéro y avait plus aucun jeu d'équipe, chacun y allait de sa frappe moisie de loin !

Non c'est contre les bons et avec tous les titulaires que l'équipe joue un peu trop pour lui (Benzema en tête à ses dépends parfois).

après je te rejoins sur les titres ... à l'instar du barca en 2010 2012 et 2013 qui était vraiment énorme à la mi decembre et pourtant :x

comme dit plus haut, l'avance en liga permet quand même pas de trop se la raconter non plus ... 2 points d'avance sur le barca avec un clasico au nou camp à jouer par exemple -_-
Message posté par Heiseinberg
Quel incroyable galaxie dans laquelle ils sont, faire 18 points sur 18 dans la poule de la mort et battre le favori de cette ligue des champions Ludogorets 4-0 !

Et quel incroyable avance en liga 2 points sur le Barça 4 sur l'Atletico ! On peut d'ors et déjà leur donner le titre.


Une équipe qui reste sur dix-neuf victoires consécutives et a déjà marqué 79 buts depuis le début de saison méritait sans doute un hommage. Après l'article fait volontairement dans l'hyperbole, mais ça c'est un choix de l'auteur. C'est simplement qu'au lieu de dire: "Le Real a battu le record de victoires consécutives toutes compétitions confondues d'un club espagnol et semble aujourd'hui être clairement la meilleure équipe d'Europe, faisant preuve d'une très grande capacité d'adaptation", l'auteur a choisi de rajouter des figures de style pour se démarquer, mais le fond reste le même.
On frise l'overdose. J'espère pour tous les journalistes que le Real va gagner des titres cette saison sinon quelle désillusion ce sera après la branlette interstellaire qu'on se tape depuis l'été.
Doit on rappeler que le bon Carlo a terminé troisième l'an passé ? Sans battre aucun adversaire direct pour le titre ?

J'ai l'impression qu'on se retape la barçamania de l'époque Guardiola, et encore à l'époque c'était un peu plus justifié..
Message posté par Frenchies


ah bon ??

moi hier il m'a semblé que CR7 s'énervait pas mal (quand il est filmé en gros plan alors qu'il a pas touché le ballon de l'action) justement parce que Bale et la Chicha semblaient l'oublier un peu trop ... (et se foirer non stop en plus ce qui à le don d'agacer sa majesté).

en deuxième c'était carrément l'apéro y avait plus aucun jeu d'équipe, chacun y allait de sa frappe moisie de loin !

Non c'est contre les bons et avec tous les titulaires que l'équipe joue un peu trop pour lui (Benzema en tête à ses dépends parfois).


Et bien on ne sera pas d'accord.
Hier CR7 s'est bien agacé, justement parce qu'il y avait une consigne pour le faire marquer et ça sautait aux yeux. Tout le monde le cherchait non stop devant dès que possible, mais les ballons n'arrivaient quasiment jamais. Bien sûr, certains y sont allés de leur propre frappe, mais très très peu. La grande majorité des actions, quand CR7 n'était pas libre, le Real faisait tourner le ballon autour de la surface jusqu'à essayer de centrer pour lui, et parfois ça passait pas loin pour qu'il la reprenne, mais au final ça n'a pas voulu sourire et les défenseurs de Ludogorets le marquait de près également (l'entraîneur avait déjà compris avant le match en conf de presse que le Real allait jouer de la sorte pour que ce soit lui qui marque).

Contre les gros, l'équipe fait passer la victoire avant les stats de CR7, qui force beaucoup moins d'ailleurs ce qui explique son nombre de passes décisives et des actions qui finissent souvent mieux. Quant à Benzema, c'est tout simplement qu'il est meilleur à faire jouer les autres qu'en finisseur depuis un bon moment. Le jeu est moins stéréotypé dans ces matches (et encore heureux).
Heiseinberg Niveau : CFA
Message posté par MerenGone

Mais je pense qu'il faut revenir sur autre chose de frappant hier, le Real jouait totalement pour faire marquer CR7. Certes, le record de buts en C1 qui appartenait à un joueur merengue depuis des lustres est très important et le club va vouloir que CR7 repasse devant


Si c'est vraiment ça l'objectif des dirigeants que CR7 se doit de marquer pour être le détenteur du record en LDC c'est vraiment triste ... Autant renommer le club le Real Cristiano de Madrid dans ce cas la.
Message posté par Heiseinberg


Si c'est vraiment ça l'objectif des dirigeants que CR7 se doit de marquer pour être le détenteur du record en LDC c'est vraiment triste ... Autant renommer le club le Real Cristiano de Madrid dans ce cas la.


C'est pas comme s'il y avait eu beaucoup plus d'enjeux hier soir...
Message posté par Heiseinberg


Si c'est vraiment ça l'objectif des dirigeants que CR7 se doit de marquer pour être le détenteur du record en LDC c'est vraiment triste ... Autant renommer le club le Real Cristiano de Madrid dans ce cas la.


Y'en a qui ne l'avaient pas encore compris? L'objectif du Real (joueurs et dirigeants)c'est de mettre CR7 dans les meilleures conditions pour lui permettre de gonfler ses states. C'est clair. Suffit de voir comment le club fait tout un tapage pour le Ballon d'Or, qui même s'il le mérite peut être autant que Neuer, n'a pas besoin d'autant de boucan!

Le but c'est de voir CR7 faire aussi bien que Messi époque Pep. Chose impossible car pour aller chercher les 91 buts de la Pulga en 2012, il faut s'appeler MESSI justement!
Message posté par JunMisugi86
"Et alors, bien installé à 35 mètres de ses buts et à 5 mètres les uns des autres sans quasiment aucun milieu défensif pur (c'est la différence essentielle avec Mourinho)"

Khedira est un milieu defensif pur ? xabi alonso pareil ? Non la difference entre celui d ancelotti et mourinho du moins sur l'an 1 d'ancelotti c'est à mon sens :
- la pacification du vestiaire
-l'apport de gareth bale pour mieux jouer en contre, de isco egalement, l'arivée d'un carvajal, l'adaptation de modric.
-le replacement de di maria.
- le passé avec mourinho (3 demi finales, affrontement du grand barça etc)

En revanche le real d ancelotti an 2 pour moi il le doit quasiment qu'a lui même. On lui enlève xabi alonso, di maria. Et la il met un jeu plus de possession c'est plus conforme on va dire. Autant l'an dernier c'était 70% lui 30 % mourinho autant cette année franchement c'est un real cameleon. Capable de jouer court lent, temporiser, contrer construire. Après j'aimerai voir face a chelsea, ou face au bayern si guardiola va refaire "sa plus grande merde tactique" selon ses dires.


Sans doute la meilleure analyse. Ce que mourinho a fait sans être fan du personnage c'est 10 fois plus couillu que ce qui ancelotti a fait.

Arriver dans un club qui n'a plus passer les 8eme de finale depuis 5 ans, venir affronter le meilleur club de l époque, leur donner une mentalité de vainqueurs même face aux petits (c'est pas moi qui le dit c'est benzema) c'est plus courageux que ce que pep ou ancelotti ont fait.

Ancelotti arrive le Barça est en deliquecance il a un effectif renforcé et il réalise l exploit de pas être champion. OK il gagne la ligue des champions mais oublions pas les 3 demi finale qui a forgé ce passé. Aucune équipe ou presque (porto 2004)ne gagne une ldc sans avoir souffert auparavant (Chelsea, Bayern, Milan), ou en ayant été habitué à disputer des demis ou des quarts.

Par contre cette année je m incline. A défaut de mettre une vrai identité de jeu ce réal sait quasiment tout faire c'est ça qui impressionne. Et puis ils sont sacrément efficaces.
Message posté par lebronjames


Sans doute la meilleure analyse. Ce que mourinho a fait sans être fan du personnage c'est 10 fois plus couillu que ce qui ancelotti a fait.

Arriver dans un club qui n'a plus passer les 8eme de finale depuis 5 ans, venir affronter le meilleur club de l époque, leur donner une mentalité de vainqueurs même face aux petits (c'est pas moi qui le dit c'est benzema) c'est plus courageux que ce que pep ou ancelotti ont fait.

Ancelotti arrive le Barça est en deliquecance il a un effectif renforcé et il réalise l exploit de pas être champion. OK il gagne la ligue des champions mais oublions pas les 3 demi finale qui a forgé ce passé. Aucune équipe ou presque (porto 2004)ne gagne une ldc sans avoir souffert auparavant (Chelsea, Bayern, Milan), ou en ayant été habitué à disputer des demis ou des quarts.

Par contre cette année je m incline. A défaut de mettre une vrai identité de jeu ce réal sait quasiment tout faire c'est ça qui impressionne. Et puis ils sont sacrément efficaces.


C'est sûr que tout nouvel entraîneur profite du travail de son prédécesseur. A part Blanc qui a tout inventé l'année dernière en passant derrière ce médiocre Ancelotti.

Ancelotti qui lui a réussi à faire fructifier le travail d'un Mourinho dont le principal reproche était de pratiquer une politique de "terres brûlées" en lessivant ses joueurs avant de partir.

Pourquoi vouloir retirer du mérite à un entraîneur qui a déjà montré par le passé que ses succès n'étaient pas le fruit du hasard?
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par lebronjames


Sans doute la meilleure analyse. Ce que mourinho a fait sans être fan du personnage c'est 10 fois plus couillu que ce qui ancelotti a fait.

Arriver dans un club qui n'a plus passer les 8eme de finale depuis 5 ans, venir affronter le meilleur club de l époque, leur donner une mentalité de vainqueurs même face aux petits (c'est pas moi qui le dit c'est benzema) c'est plus courageux que ce que pep ou ancelotti ont fait.

Ancelotti arrive le Barça est en deliquecance il a un effectif renforcé et il réalise l exploit de pas être champion. OK il gagne la ligue des champions mais oublions pas les 3 demi finale qui a forgé ce passé. Aucune équipe ou presque (porto 2004)ne gagne une ldc sans avoir souffert auparavant (Chelsea, Bayern, Milan), ou en ayant été habitué à disputer des demis ou des quarts.

Par contre cette année je m incline. A défaut de mettre une vrai identité de jeu ce réal sait quasiment tout faire c'est ça qui impressionne. Et puis ils sont sacrément efficaces.



Sauf qu'entre le Real du mou: système qui refuse de jouer (suite à la honte ultime 2-6 puis à la manita donc à l'aisance rarement atteinte du barca de pep) mais qui refuse de perdre également c'est vrai (d'où le nombre de matchs nuls qui s'en est suivi en clasico) ...

et le Real d'Ancelotti qui en faisant exactement les bons choix (di maria relayeur, benzema titulaire axial contre vents et marrées + l'arrivé de la fusée bale côté droit) a fait au moins du real decima la plus violente machine de contre attaque !!!

en terme de spectacle pur, ce fût le jour et la nuit.

je partage ton point de vue, avec ce renforcement au milieu cette saison, le faconnement du jeu d'équipe et la pleine utilisation de l'effectif aussi (il fait constamment tourner) désormais le Real est bien un caméleon comme tu as dit !
avec des vraies alternatives poste pour poste et capable d'aller vite comme d'être patients !!

et pour l'efficacité, en même temps tu prends rien que la BBC:
c'est 1 type à 1 but par match et 2 types à 1 but tous les 2 matchs en moyenne.

ca te fait au moins 4 buts en 2 matchs + la qualité des milieux capables de scorer ...
donc effectivement, t'as un real qui déroule presque des manita un match sur 2.
TrollingMachine Niveau : Loisir
Le 2-6 n'est pas sous Mourinho.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Signé Jardim !
52 31