En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // La Corogne-Real Madrid (0-3)

Le Real cogne trois fois La Corogne

Sereins de la première à la dernière minute, les Madrilènes s'imposent 3-0 face à La Corogne et regretteront simplement un penalty et un carton rouge concédés dans le temps additionnel. Il faut dire qu'à ce niveau de facilité, le relâchement est tentant...

Modififié

Deportivo La Corogne 0-3 Real Madrid

Buts : Bale (20e), Casemiro (27e) et Kroos (62e) pour le Real

Quand on est un requin, on ne laisse pas s’échapper la petite poiscaille. Plus qu’une métaphore des origines de la victoire de ce soir du Real face à La Corogne, la formule pose une question : qui voyait vraiment Madrid flancher ? La question n’était pas le comment, mais le combien. Par combien de buts d’écart allaient bien pouvoir s’imposer les Madrilènes ? Réponse finale, trois. Tranquilles comme une baleine en plein océan, les hommes de Zinédine Zidane repartent repus d’une bonne tonne de krill facilement avalée en Galice, et certains que décidément, il sera dur de venir les chercher. Parce que décimer aussi facilement un banc de onze petits poissons, sans Ronaldo ni Asensio, c’est signe que les fanons de la bête sont bien affûtés.

Le krill contestataire

Dès l’entame, le spectateur fronce les sourcils : où sont les bonbons ? Varane et Asensio, brillants dernièrement et notamment face au Barça, laissent leurs places sur le terrain à Nacho et Isco. À croire que le Real n’a que des poissons dorés dans son effectif, des carpes koï qui se disputent le rôle de celui qui a la plus grosse nageoire dorsale. Autre revenant, Gareth Bale, qui n’a plus joué depuis quatre mois en Liga. Le destin aimant les animaux en voie de disparition, c’est lui qui, après une belle frappe de Modrić repoussée par Rubén Martinez, se retrouve seul devant les cages pour mettre au fond cette passe involontaire de Benzema (0-1, 20e). C’est pourtant La Corogne qui avait montré les écailles en premier, notamment via Florin Andone et son double face-à-face perdu face à Navas (6e, 8e).


À vrai dire, même après l’ouverture du score, on aurait presque pu dire que le Deportivo se dépatouillait plutôt bien dans le rôle du petit Pinocchio condamné à se faire gober par Monstro la baleine : une occasion par ci, une contre-attaque par-là... juste de quoi entretenir l'intérêt du scénario. Manque de pot, voilà le moment choisi par Marcelo pour enfiler ses bottes de pêcheur et offrir dans une épuisette le but du 2-0 à Casemiro (0-2, 27e). Le milieu conclut seul à 20 centimètres des cages et offre le break au Real, qui n’aura pas grand-chose de plus à se mettre sous la dent jusqu’à la mi-temps malgré une domination sans partage.

La friture, la sauce tartare et le citron


À la reprise, pas question de laisser le krill tranquille. Isco, lancé en profondeur, tente de toucher Bale, mais ce dernier est trop court (49e), alors que Modrić s’amuse au milieu de terrain. Le Real est facile, que rajouter de plus ? Sans forcer pour un sou, la Maison-Blanche met tranquillement son jeu en place, pique un instant, puis calme le jeu... une facilité qui agace visiblement Fabian Schär, qui accomplit le rêve de tout adolescent espagnol : frotter son crâne contre celui de Sergio Ramos. Plus sensuel encore, ce dernier le repousse d’une main en travers de la figure avant que les deux loustics ne récoltent chacun un carton jaune. Terriblement excitant. Ramos justement, qui adore déguster les éperlans en sauce tartare, prend soin de sauver un but sur la ligne de Navas après une énième tête dangereuse d’Andone.


Et puisqu'il ne manque qu’un ingrédient pour combler ses papilles de bonheur, Kroos se charge de presser le citron dans les yeux des joueurs bleu et blanc, d’une belle frappe à l’entrée de la surface (0-3, 62e). Oh, comme d’habitude, même une fois dans les filets, le poisson remuait encore, en témoigne cette barre de Guilherme (62e), cette occasion de Borges (78e) ou ce penalty loupé par Andone (90e). Seule ombre au tableau, gouttelette de tristesse dans une mer de satisfaction, c'est cette expulsion de Sergio Ramos en toute fin de rencontre pour un coup de coude plus ou moins volontaire lors d'un duel aérien. Le Real s'impose 3-0 face au 17e du dernier exercice de Liga, et fera donc sans Ronaldo ni Ramos à la prochaine journée contre Valence. Parce que pour encore trouver un peu d'excitation dans des rencontres gagnées d'avance, il faut bien s'infliger quelques handicaps.

  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Théo Denmat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 7
    Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 23 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7