Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe d'Europe
  2. // Real-Séville (3-2 ap)

Le Real au bout de Séville

Au bout de la prolongation, le Real a chopé la Supercoupe d'Europe à Séville (3-2). Grace à Ramos, mais aussi au sous-estimé Carvajal.

Modififié

Real Madrid 3-2 FC Séville


Buts : Asensio (21e), Ramos (92e) et Carvajal (119e) pour Madrid ; zquez (41e) et Konoplyanka (72e sp) pour Séville

On parle souvent de Serge Aurier. On a souvent évoqué Dani Alves. Longtemps, on a ciblé Lahm. Quand il s'agit de discuter du meilleur latéral du monde, on oublie régulièrement Carvajal. Pourtant, l'arrière droit de Madrid fait sans hésitation partie du top mondial. La Supercoupe d'Europe l'a encore montré : auteur d'une rencontre impeccable, l'Espagnol a donné la victoire à sa team au bout de la prolongation alors qu'on se dirigeait vers les tirs au but. Face à un Séville accrocheur, le Real donc pu compter sur son produit made in Real. Mais ce ne fut pas simple.

Le Real meilleur... en apparence


Malgré les absences, le Real a fière allure. Asensio, Morata, zquez, Isco et Kovačić sont alignés en attaque, Ramos, Varane et Marcelo en défense. En face, on retrouve une défense à trois, avec entre autres les titularisations de Kolodziejczak, N'Zonzi et l'autre zquez. Sans oublier la recrue Vietto. Les Palanganas sont en reconstruction ? Certes. Mais ils ne sont pas là pour jouer les figurants. Sauf que pour stopper Madrid, il faut déjà attaquer le porteur de balle. Quand Asensio contrôle, personne ne sort sur lui. L'Espagnol de vingt ans ne se gêne donc pas pour envoyer un bijou de l'intérieur du pied dans les filets adverses. Pour le coup, il devient le premier joueur du Real à marquer depuis l'extérieur de la surface en Supercoupe d'Europe. Séville n'est pas franchement moins bon - plus de 60 % de possession de balle -, mais semble bien moins talentueux. Les occasions sont là, contrairement aux actions décisives. La différence entre les deux équipes ? La verticalité, croit savoir le public du Lerkendal Stadion. Jusqu'à la 40e minute, et l'égalisation méritée de zquez - pas celui qui s'amuse à jongler inutilement au milieu du terrain.

Sans Pepe, Ramos fait son show


Les jambes de Carvajal et Marcelo ont beau faire du bien à leur équipe sur les ailes après la pause, le score ne bouge pas. Sampaoli décide même de faire entrer Rami pour tout bloquer. Ce qui n'empêche pas Isco de faire le show. Malheureusement pour lui, son équipe ne parvient pas à faire la différence. Contre toute attente, c'est même Séville qui fait le jeu. Les entrées de Benzema et Modrić ne changent rien. Bien au contraire. Sur une action plutôt anodine, Ramos déséquilibre (ou pas) Vitolo. Conséquence immédiate : penalty pour Séville. Le nouvel entrant Konoplyanka transforme en toute tranquillité. La suite ? Rien... Jusqu'à l'égalisation de Sergio Ramos à la dernière minute. Mais que faisait Sergio, si seul dans la surface, à la 93e minute ? Kolodziejczak, pas très intelligent, ne pige pas non plus et récolte un deuxième jaune un peu plus tard. Direction les tirs au but pour les 22 acteurs ? C'est sans compter sur Carvajal, qui donne le titre à son équipe. Un joueur qui jusque-là ne faisait pas de bruit... mais qui donne un trophée aux siens.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 135
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
La fiche de Montpellier