Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Le Quizz éclair : testez vos connaissances en foot

Dernier message de la page précédente, posté par Antarcticdonkey
le 12/01/2018 à 23:24
Si on se concentre sur le club avec lequel il a failli gagner le championnat, je pense à Metz 1998, mais les Messins sont quand même plus habitués à l'ascenseur qu'au ventre mou, sinon il y aurait la Real Sociedad de Denoueix en 2003 qui collerait... Mais les noms qui me reviennent ne vont pas : Nihat, Kovacevic, Xabi Alonso, Karpine...
Réponse de Antarcticdonkey
le 12/01/2018 à 23:26
Bon du coup avec mon centre au cordeau, vous devriez trouver...
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 00:33
Javier de Pedro ?
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 00:34
J'avais aussi pensé à la Real 2003 mais si c'est bien De Pedro, je ne connaissais pas cet aspect de sa personnalité (le côté fêtard et alcoolo)...
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 00:37
Super patte gauche d'ailleurs De Pedro : c'est une idole à San Sebastian, ce qui est déjà pas mal du tout, mais avec son talent, je reste persuadé qu'il aurait pu avoir une meilleure carrière encore.

Bon, attendons la validation (ou non) de l'ami saddam.
Réponse de saddam_usain_bolt
le 13/01/2018 à 01:00
Et c'est Javier de Pedro, bravo Alain !!

Pour le côté fêtard et alcolo, je ne savais pas non plus jusqu'aujourd'hui. Je me demandais pourquoi sa carrière est autant partie en vrille après son départ de la Real Sociedad, et j'ai eu ma réponse dans des commentaires d'articles espagnols (merci espagnol LV2).

Beaucoup moins drôle, il serait actuellement en zonzon pour violences conjugales. J'ai hésité à le proposer à cause de ça, mais de l'autre côté, je savais que vous alliez galérer un peu ;D
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 03:20
Merci surtout à Antar qui m'a fait une belle passe décisive : j'avais pensé à la Real de Denoueix un moment mais j'avais évacué l'idée ensuite, ne pensant pas qu'un joueur correspondait...
Un peu débordé de taf ce soir (article à rendre pour demain matin donc parti pour une quasi nuit blanche) mais j'essaye de relancer rapidement. Je pourrai passer de temps en temps répondre aux questions mais de toute façon, vu l'heure, je doute qu'il y ait foule sur le quizz ce soir.
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 04:04
Considéré comme l'un des meilleurs défenseurs centraux sud-américains de mon époque, je débute dans un grand club du pays, que je quitte au bout de deux saisons, le temps de remporter le championnat. Je mets ensuite le cap sur un grand pays frontalier où j'effectuerai quasiment toute ma carrière. Je joue ainsi onze ans dans un club dont je deviens une idole, participant à la conquête des deux premiers titres de champion national de son histoire. Formant une redoutable charnière avec un défenseur titulaire de l'inoubliable sélection locale, je m'impose comme l'un des meilleurs joueurs étrangers de ce championnat. Je décline même une offre du Real et ne jouerai donc jamais en Europe. Je connais en revanche moins de succès en sélection : lors de mon unique Coupe du monde, je débute curieusement sur le banc alors que j'étais au top de ma forme - un choix incompris au pays. Je suis ?
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 08:33
J'espère que mon énigme n'est pas trop pointue... J'ai un peu de mal à me rendre compte mais je pense qu'il faut être un minimum connaisseur de foot sud-américain car, même si notre homme est considéré comme l'un des meilleurs DC de l'histoire de son pays, il n'est pas hyper connu en Europe du fait de son refus d'y faire carrière (il s'est permis le luxe de décliner l'offre du Real à la fin de sa première saison dans son championnat étranger d'adoption).
Bref, on verra bien mais n'hésitez pas à faire des propositions pour qu'on affine un peu le profil. ;)
Réponse de Italia90
le 13/01/2018 à 08:39
Tu sais qu'un samedi matin, entre 04h04 et 08h33, les gens dorment peut-être ? ^^

Bon, on est quelques-uns à avoir un petit décalage horaire, mais quand même ;-)
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 09:10
Hahaha pour ma part, j'ai toujours pas dormi, ça fait des heures que je suis sur ce putain d'article que je dois rendre aujourd'hui ! Mais là je vais faire une petite sieste pour reprendre mon papier en fin de matinée, j'arrive même plus à garder les yeux ouverts...
A tout' les potos ;)
Réponse de sainté
le 13/01/2018 à 09:40
donc on cherche un argentin qui a passé une grande partie de sa carrière au bresil qui a joué avec un des défenseur du mythique bresil 70 qui a participer à la CDM 74 (pas terrible pour l'argentine d'ailleurs)
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 15:01
Tu as bon pour le championnat brésilien mais pas pour sa nationalité, ce n'est pas un Argentin.
Et son partenaire en charnière centrale était titulaire avec la Seleçao mais pas celle de 70, une autre inoubliable (une chance sur deux ou sur trois). ;)
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 16:40
D'ailleurs sainté, qu'est-ce qui t'a fait penser que ça pouvait être un Argentin ?

Sinon j'avoue, le fait que le Brésil soit un pays frontalier du sien n'aide pas beaucoup...^^ Je crois qu'à part le Chili et l'Equateur, tous les pays sud-américains ont une frontière commune avec le Brésil !

Mais vous savez déjà que c'est pas l'Argentine donc on avance : restent Uruguay, Paraguay, Bolivie, Pérou, Colombie et Venezuela.
Et comme on sait qu'il a disputé une CDM, on peut déjà éliminer un pays dans cette liste.
Petit indice supplémentaire : son premier club (avant son départ pour le Brésil) est un grand club sud-américain ayant déjà gagné la Libertadores. En tenant compte de ça, il ne devrait plus vous rester que trois nationalités potentielles...
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 16:52
Dernier indice sur son club brésilien fétiche (il a connu deux autres clubs brésiliens ensuite mais n'y est resté qu'une saison à chaque fois) : lors de son deuxième championnat gagné, il avait pour coéquipier un grand attaquant de la Seleçao ayant fait ensuite les beaux jours d'un club italien.
Réponse de Alain Proviste
le 13/01/2018 à 23:13
Bon ça n'a pas l'air d'inspirer grand monde malheureusement. Dites moi si vous voulez que je donne sa nationalité, son club, son époque... ou carrément la réponse !
Sinon pour ceux qui s'en souviendraient, il a pas mal de points communs avec un joueur que j'ai proposé à peu près au moment de Noël et qu'Alegria avait trouvé du premier coup : même nationalité (ils ont été partenaires en sélection), même poste, même période, même club formateur (ce dernier y a débuté juste au moment où notre joueur mystère quittait le club), même championnat d'adoption (le Brasileirão) où ils devinrent tous deux des idoles... Finalement, il y a peu de différences notables entre eux hormis le club brésilien qu'ils ont rejoint et leur profil footballistique : l'inconnu de Noël était autant rugueux et combatif que celui d'aujourd'hui était classieux et technique.
Réponse de valeri klapine
le 14/01/2018 à 00:49
@Alain : s'il a joué avec ce joueur uruguayen, c'est donc lors de la coupe du monde 86 (ils n'étaient pas qualifiés en 82 de mémoire...), ce qui correspond à la selecao inoubliable de Tele Santana...

en 86 je n'avais que 6 ans et l'uruguay surtout avec la coupe du monde de 90 était à mes yeux une équipe de bouchers ultra défensive avec francescoli comme seul atout (d'ailleurs je n'étais pas un grand fan...souvenir de l'échec du Matra ? ;-))...(ils détiennent toujours le record de l'exclusion la plus rapide en coupe du monde - en 86 - non ?)...et à 10 balais, je me souviens de leur match de poule horrible contre l'Espagne et leur huitième tous derrière contre l'Italie...(l'agentine, sur un coup de génie, pouvait au moins se procurer une occasion létale, cf le huitième contre le Brésil)

et donc il aurait peut-être joué dans le club de Careca ou ceux où Romario ou Bebeto auraient débuté ?

je ne peux aller plus loin dans les déductions...;-)
Réponse de Alain Proviste
le 14/01/2018 à 01:33
C'est ça, t'as tout bon ! C'est bien un défenseur uruguayen ayant participé à la CDM 86. La Celeste 86 (comme celle de 90) était assez dégueulasse alors qu'elle disposait pourtant d'individualités de talent à cette époque. Mais curieusement, seul Francescoli était titulaire. Ruben Sosa et Pablo Bengoechea étaient, eux, encore un peu trop jeunes (et donc non convoqués), en revanche il y avait au moins trois autres excellents joueurs, fins et techniques, avec Ruben Paz (le meneur de l'Internacional), Alzamendi (l'ailier de River) et donc notre mystérieux inconnu mais tous trois étaient remplaçants durant ce Mondial. Des choix incompréhensibles du très contesté sélectionneur Omar Borras, qui avait préféré aligner l'équipe la plus rugueuse possible autour du seul maestro Francescoli.

Sinon pour revenir à notre homme, son club brésilien était le São Paulo FC où il a côtoyé Oscar (défenseur central du Brésil 82) ainsi que Careca - que je mentionnais dans mon post plus haut - et Müller.

Bon j'attends peut-être encore un peu et je donnerai la réponse si personne ne trouve.
Tu auras gagné le droit de relancer dans ce cas, c'est toi qui t'es rapproché le plus près. ;)
Réponse de Alain Proviste
le 14/01/2018 à 01:34
En prime, vous aurez droit à mon petit portrait maison du bonhomme. ;)
Réponse de Alain Proviste
le 14/01/2018 à 02:25
Bon après réflexion, hormis en cas d'arrivée soudaine d'Alegria, Dip, ZizouGabor ou Peñarol mi amor (qui se font tous plutôt rares par ici en plus), je suis pas sûr que quelqu'un trouve ce soir. Du coup, je donne la réponse, avec mon mini-portrait en bonus. ;)
Il s'agit donc de...

-DARIO PEREYRA
L'expression « Nul n'est prophète en son pays » siérait à merveille à Dario Pereyra. Car au-delà d'avoir été l'un des meilleurs défenseurs sud-américains des 80's et une figure majeure du football uruguayen, celui-ci fut avant tout une icône paulista, l'un des plus grands défenseurs centraux – et même l'un des meilleurs joueurs étrangers - de l'histoire du championnat brésilien. Formé au Nacional, Dario Pereyra s'y impose comme titulaire dès ses débuts chez les pros, et bat des records de précocité : international dès l'âge de 18 ans, il est même nommé capitaine de la Celeste à 19 ans ! Tout lui sourit, collectivement avec un titre de champion d'Uruguay, comme individuellement avec ses 14 buts inscrits en 34 matchs, total remarquable pour un défenseur central. Des performances fracassantes qui suscitent très tôt la convoitise d'un autre Tricolor. Ainsi, en octobre 1977, après seulement deux saisons au Nacional, il rejoint le São Paulo FC, devenant à l'époque le deuxième transfert le plus cher du championnat brésilien. Visiblement, sa bonne étoile a aussi franchi la frontière puisque Dario Pereyra remporte dès sa première saison le premier titre de champion du Brésil de l'histoire du club paulista, aux côtés du plus grand joueur uruguayen des années 60 et 70 (avec Luis Cubilla), le génial meneur de jeu Pedro Rocha. Ce dernier, qui effectue alors sa dernière saison à São Paulo, peut partir le coeur léger et transmettre le témoin à son compatriote. Le symbole est parfait et la continuité de la filière uruguayenne assurée. Preuve de la cote dont bénéficie Dario Pereyra à l'époque, le grand Real Madrid vient aux nouvelles en décembre 1977. Mais le jeune défenseur se permet le luxe de décliner l'offre du géant merengue, préférant jurer fidélité au Tricolor, où il entame un bail mémorable de onze ans. Il y devient "Don Dario", l'idole éternelle du Morumbi. Technique, élégant, solide dans les duels et animé de la légendaire "garra charrua" uruguayenne, Dario Pereyra était également doté de réelles qualités offensives, en témoignent ses 37 buts marqués sous le maillot du SPFC. Après avoir parfois évolué comme milieu défensif ou relayeur lors de ses premières saisons au club, il s'installe définitivement dans l'axe de la défense durant la décennie 80, formant avec Oscar (défenseur du Brésil 82) l'une des plus redoutables charnières centrales du Brasileirão. Avec cette défense de fer et son superbe trident offensif Silas-Careca-Müller, São Paulo réalise une superbe moisson de titres : quatre championnats paulistas et surtout un deuxième titre de champion du Brésil en 1986. Cette année-là, "Don Dario" est au sommet de son art et aborde le Mondial mexicain avec la même ambition qu'une Celeste au potentiel prometteur. Malheureusement, au même titre que Ruben Paz, autre vedette de la sélection, Pereyra démarre inexplicablement sur le banc des remplaçants, au profit d'Acevedo. Ces deux choix du très contesté sélectionneur Omar Borras subissent aujourd'hui encore les foudres des Uruguayens, qui lui imputent en grande partie l'échec de la Celeste (sortie en 8e de finale par le voisin argentin mais surtout humiliée 6-1 par le Danemark en poule). Un immense gâchis, le staff uruguayen ayant sciemment laissé au placard ses plus talentueux joueurs de ballon - à l'exception de Francescoli - pour privilégier un jeu restrictif, truqueur et parfois même violent. L'épisode illustre en outre l'histoire contrariée de Dario Pereyra sous le maillot national. Pourtant titulaire très jeune en sélection, celui-ci aura ainsi paradoxalement manqué les deux Copa America victorieuses de l'Uruguay durant les années 80 : non convoqué en 1983, il prend sa retraite internationale après la Coupe du monde 1986, un an avant le sacre continental de 1987. Il finira sa carrière au Japon, après deux piges d'une saison chacune à Flamengo et Palmeiras, avant d'entamer une nouvelle carrière d'entraîneur dans le championnat... brésilien.
Réponse de Alain Proviste
le 14/01/2018 à 02:41
Personne n'ayant trouvé, je décide de passer la main à valeri (si tu le souhaites of course) : t'as bien gagné le droit de relancer, c'est toi qui as le mieux déblayé le terrain (Uruguayen, CDM 86, Brésil 82, Careca...) ! ;)
Réponse de Alain Proviste
le 14/01/2018 à 02:44
Ceci était mon dernier post avant la relance de Valeri (ou d'un autre), je commence à me sentir un peu seul sur la dernière page du quizz...^^ Bon c'est un peu normal aussi, étant en bouclage d'article, je passe mes nuits à écrire en ce moment donc je viens un peu à n'importe quelle heure faire mes pauses sur So Foot.
Bref, je vais arrêter de parler tout seul, ça va finir par paraître bizarre. :D
Réponse de Fred Astaire
le 14/01/2018 à 09:49
Message posté par Alain Proviste
Ceci était mon dernier post avant la relance de Valeri (ou d'un autre), je commence à me sentir un peu seul sur la dernière page du quizz...^^ Bon c'est un peu normal aussi, étant en bouclage d'article, je passe mes nuits à écrire en ce moment donc je viens un peu à n'importe quelle heure faire mes pauses sur So Foot.
Bref, je vais arrêter de parler tout seul, ça va finir par paraître bizarre. :D


"Quelqu'un pourrait venir, on pourrait se méprendre, et on jaserait !"

(Audiard)
Réponse de valeri klapine
le 14/01/2018 à 22:21
personne n'ayant pris la main...

meneur de jeu physique et râblé, je suis associé tout jeune en équipe nationale à un autre meneur de joueur et un avant centre qui rejoindront quelques années avant moi un championnat étranger où ils deviendront des quasi légendes...


entre deux coupes du monde, avec cette équipe nationale et cette association de talents, il écrase en amical le tenant du titre et le futur vainqueur...

quittant mon pays, je serai l'une des premières recrues d'un jeune patron très ambitieux...

la suite de ma carrière en dépit d'une première année à l'étranger plutôt satisfaisante me verra changer régulièrement de club où j'aurai notamment la particularité d'enchainer quatre relégations à la suite...

pas certain de repasser dans la soirée, au pire, je vérifie les propositions de réponses demain matin...;-)
Réponse de saddam_usain_bolt
le 15/01/2018 à 12:31
Je sèche... jeune patron ambitieux, ça me fait penser à Abramovitch, donc ce serait une de ses premières recrues de Ranieri/Mourinho en 2003. Mais de tête, il n'y a rien (Duff, Joe Cole, Tiago) qui ne semble correspondre aux autres critères...
Réponse de valeri klapine
le 15/01/2018 à 14:45
plus ancien...
Réponse de micha7
le 15/01/2018 à 15:16
nanard??
Réponse de valeri klapine
le 15/01/2018 à 15:18
t'es déjà sur la bonne piste...
Réponse de Antarcticdonkey
le 15/01/2018 à 17:57
Le jeune patron, ce ne serait pas Lagardère et son Matra Racing par hasard?
Réponse de Antarcticdonkey
le 15/01/2018 à 17:59
Bon en fait il n'était pas si jeune...^^
Réponse de sainté
le 15/01/2018 à 18:13
donc on est en france jeune patron c'est plus tendance nanard afflelou le meneur du matra c'était ce bon vieux francescoli il me semble.
donc l'om et bordeaux ou alors le bordeaux de claude bez qui prend les rênes du bordeaux à moins de 40 ans il me semble
Réponse de sainté
le 15/01/2018 à 19:18
si c'est le matra je pense à un marocain aziz bouderbela ou qq chose comme ça mais je dois me planter
Réponse de valeri klapine
le 15/01/2018 à 22:08
je n'ai pas été assez clair tout à l'heure

c'est nanard !

pour les deux autres joueurs que j'évoque, ils ont donc également poursuivi leur carrière en France, quelques années avant le joueur que vous cherchez...et qui y auront fait une bien plus belle carrière que lui...

leur association en équipe nationale pour ces deux fameux matchs contre vainqueur et futur vainqueur de la coupe du monde étaient entre 78 et 82
Réponse de Alain Proviste
le 15/01/2018 à 22:22
Sliskovic ?
Réponse de Alain Proviste
le 15/01/2018 à 22:27
Honnêtement les deux fameux matchs amicaux contre l'Argentine et l'Italie (d'après ton dernier post) ne me disent pas grand chose. Mais le meneur de jeu et l'avant-centre ayant rejoint le championnat de France avant lui pourraient être Susic et Vahid... Et un meneur de jeu étranger brièvement passé par l'OM juste après l'arrivée de Tapie, ça pourrait être Blaz Sliskovic.
Pas trop sûr de moi quand même, j'attends ta réponse...
Réponse de micha7
le 15/01/2018 à 22:31
Alain tu m’as devancé je pensais à sliskovic aussi
Réponse de valeri klapine
le 15/01/2018 à 23:50
c'est ça ! une vraie trogne des carpates...

la yougoslavie avait gagné 4-1 et 4-2 en amical
Réponse de Alain Proviste
le 16/01/2018 à 01:04
yes je relance dans quelques minutes
Réponse de Alain Proviste
le 16/01/2018 à 02:11
Latéral formé dans un modeste club, je rejoins à 19 ans un grand club du pays et d'Europe dont je deviendrai un joueur emblématique, y restant jusqu'à la fin de ma carrière. Je m'impose très vite comme l'un des meilleurs spécialistes nationaux du poste et reçois ma première sélection à 20 ans.
En 15 saisons dans mon club, je remporte neuf championnats, deux coupes nationales et deux Coupes d'Europe (+ une finale perdue d'une autre Coupe d'Europe).
Je compte 81 sélections en équipe nationale, avec laquelle je suis finaliste de l'Euro. Je participe aussi à un second Euro et à deux Coupes du monde.
Je suis ?
Réponse de Alain Proviste
le 16/01/2018 à 02:32
ERRATUM :
En fait, il a gagné quatre coupes nationales, pas deux (ce qui ne change pas grand chose mais autant être précis) ! ;)
Réponse de Alain Proviste
le 16/01/2018 à 02:35
Vu que personne n'a répondu entre-temps, je la reposte avec la correction, ce sera plus clair.

Latéral formé dans un modeste club, je rejoins à 19 ans un grand club du pays et d'Europe dont je deviendrai un joueur emblématique, y restant jusqu'à la fin de ma carrière. Je m'impose très vite comme l'un des meilleurs spécialistes nationaux du poste et reçois ma première sélection à 20 ans.
En 15 saisons dans mon club, je remporte neuf championnats, quatre coupes nationales et deux Coupes d'Europe (+ une finale perdue d'une autre Coupe d'Europe).
Je compte 81 sélections en équipe nationale, avec laquelle je suis finaliste de l'Euro. Je participe aussi à un second Euro et à deux Coupes du monde.
Je suis ?
Réponse de Jefeltef
le 16/01/2018 à 04:09
Message posté par Alain Proviste
Vu que personne n'a répondu entre-temps, je la reposte avec la correction, ce sera plus clair.

Latéral formé dans un modeste club, je rejoins à 19 ans un grand club du pays et d'Europe dont je deviendrai un joueur emblématique, y restant jusqu'à la fin de ma carrière. Je m'impose très vite comme l'un des meilleurs spécialistes nationaux du poste et reçois ma première sélection à 20 ans.
En 15 saisons dans mon club, je remporte neuf championnats, quatre coupes nationales et deux Coupes d'Europe (+ une finale perdue d'une autre Coupe d'Europe).
Je compte 81 sélections en équipe nationale, avec laquelle je suis finaliste de l'Euro. Je participe aussi à un second Euro et à deux Coupes du monde.
Je suis ?


Salut Alain,

J'ai aussitôt pense a un club comme Milan AC, Inter ou Real Madrid dans les 80's.
La question est tournée de manière a ce que l'on cherche un défenseur resté dans le meme pays.

Ainsi, je propose J.A. Camacho finaliste de l'Euro contre la France d'Hidalgo. Il me semble qu'il a joué longtemps au Real, le temps d'accumuler les titres et la finale de l'Euro colle.

J'ai éliminé des joueurs comme Costacurta, Pesotto, Zanetti, Salgado, ...
Réponse de Italia90
le 16/01/2018 à 04:40
Eric Gerets ?
Réponse de Italia90
le 16/01/2018 à 04:47
J'ai proposé le Belge un peu au pif.
J'ai essayé de faire toutes les nations finalistes de Championnat d'Europe des Nations (c) depuis 1980 (sauf les Espagnols de 84), vu les tournois évoqués c'est peut-être un Allemand, mais je ne vois pas de joueur qui rassemble toutes les données...
Réponse de Italia90
le 16/01/2018 à 04:51
Message posté par Jefeltef
Salut Alain,

J'ai aussitôt pense a un club comme Milan AC, Inter ou Real Madrid dans les 80's.
La question est tournée de manière a ce que l'on cherche un défenseur resté dans le meme pays.

Ainsi, je propose J.A. Camacho finaliste de l'Euro contre la France d'Hidalgo. Il me semble qu'il a joué longtemps au Real, le temps d'accumuler les titres et la finale de l'Euro colle.

J'ai éliminé des joueurs comme Costacurta, Pesotto, Zanetti, Salgado, ...


Mince j'avais pas vu ta réponse.
Ben tiens, j'ai pas cherché parmi les Espagnols de 84, tu vas voir que c'est ça la réponse ^^

Bravo si Alain confirme
Réponse de Jefeltef
le 16/01/2018 à 07:20
Message posté par Italia90
Mince j'avais pas vu ta réponse.
Ben tiens, j'ai pas cherché parmi les Espagnols de 84, tu vas voir que c'est ça la réponse ^^

Bravo si Alain confirme


Salut Italia,

J'ai oublie E. Gerets.
J'ai pas tous les noms allemands en tete, il va falloir voir.

On attend le verdict du maitre.
Réponse de Jefeltef
le 16/01/2018 à 12:24
Je propose une relance si jamais j'ai bon. Vous pouvez aller sur le topic 6 degres de separation: Trouver le joueur et ensuite quels sont les 5 personnes de celui-ci.

La bise et une excellente journee tout le monde!
Réponse de Alain Proviste
le 16/01/2018 à 13:44
Message posté par Jefeltef
Salut Alain,

J'ai aussitôt pense a un club comme Milan AC, Inter ou Real Madrid dans les 80's.
La question est tournée de manière a ce que l'on cherche un défenseur resté dans le meme pays.

Ainsi, je propose J.A. Camacho finaliste de l'Euro contre la France d'Hidalgo. Il me semble qu'il a joué longtemps au Real, le temps d'accumuler les titres et la finale de l'Euro colle.

J'ai éliminé des joueurs comme Costacurta, Pesotto, Zanetti, Salgado, ...


Bien joué, c'est effectivement Camacho, le latéral gauche emblématique du Real des 80's et bien sûr finaliste de l'Euro 84 avec la Roja.
Réponse de valeri klapine
le 16/01/2018 à 15:32
Message posté par Jefeltef
Je propose une relance si jamais j'ai bon. Vous pouvez aller sur le topic 6 degres de separation: Trouver le joueur et ensuite quels sont les 5 personnes de celui-ci.

La bise et une excellente journee tout le monde!


on parle de la C2 comme ancienne coupe d'europe ? et même en partant de là, je ne vois pas du tout...
Réponse de Alain Proviste
le 16/01/2018 à 17:03
Jefeltef, je me permets de te reposer ici la même question que j'ai posée sur le topic Six degrés de séparation :

J'ai pas bien compris qui étaient les deux personnes à relier par six degrés de séparation (puisque c'est le principe de cette rubrique) : il y a un joueur A + un joueur B dans ta description ? Ou alors un seul joueur ?
Mais dans ce cas, il faut le relier à qui ? Les six degrés de séparation, ce serait avec toi alors ?
Réponse de Alain Proviste
le 16/01/2018 à 17:11
Si j'ai bien compris, tu parles d'un seul joueur : je dirais un gardien qui aurait remporté la C2 (voire la Coupe des villes de foire)...

Ca ressemble à une question pour le quizz (je n'ai pas encore de piste pour l'instant mais je réfléchis), par contre je ne saisis pas bien le lien avec les 6 degrés de séparation, désolé. ;) Si on trouve le joueur en question, ensuite à quelle personne doit-on le relier ?

Connectez vous pour participer à cette discussion

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17