1. //
  2. // CFA
  3. // Quevilly Rouen Métropole

Le Quevilly Rouen Métropole, fissure dans la faïence

La rumeur courait déjà depuis un moment, la nouvelle est désormais officielle : le Quevilly Rouen Métropole est né. Un rapprochement historique, à mi-chemin entre ambitions sportives et besoin croissant de subventions. Historique, mais inacceptable pour les supporters.

1k 9
La petite dizaine de kilomètres séparant la grande ville de Rouen de la petite bourgade de Quevilly n'a pu empêcher le rapprochement inévitable des deux clubs : l'un, chargé d'histoire, et l'autre, dont les épopées récentes en Coupe de France ont fait vibrer toute une région. L'Union sportive quevillaise devra donc désormais avancer main dans la main avec le Football Club de Rouen. Une décision historique, tant les tentatives de rapprochement entre Diables rouges et Canaris ont été aussi nombreuses qu'infructueuses. Indispensable selon les dirigeants des deux clubs, elle n'est pas vraiment du goût des supporters, qui déplorent une perte d'identité irréversible. Fusion ? Rapprochement ? S.A.S ? Difficile de s'y retrouver dans cette bataille des mots qui brouille un peu les pistes. Pourtant, le constat est simple. Si les deux clubs continuent d'exister individuellement, une seule équipe bataillera au plus haut niveau.

Un mariage plus qu'une fusion


Côté dirigeants, cette entente est d'abord justifiée par la crise sportive qui touche le FC Rouen. Depuis la liquidation financière de juillet 2013, le club évolue en division d'honneur. Elle paraît loin, donc, la belle époque des Diables rouges, qui disputaient la Coupe des villes de foires en 1969. Sportivement bénéfique, cette entente semble financièrement indispensable, explique Pierre Goode, secrétaire général du FC Rouen. « Cela faisait environ six mois que les deux présidents se voyaient pour essayer de trouver une solution à la crise économique qui touchait les deux clubs, majoritairement due aux baisses des subventions des mairies et des collectivités. » Un pari d'ores et déjà gagnant, puisque la métropole de Rouen fournira une subvention de 200 000 euros à la nouvelle structure, qui débutera avec un budget de 1,5 million d'euros la saison prochaine.

Si cette entente marque un rapprochement historique, il ne faut surtout pas la considérer comme une fusion, rappelle monsieur Goode. « Ce n'est pas une fusion ! C'est... comment dire... le mot m'échappe. C'est une entente. Il n'y a que l'équipe de CFA de Quevilly qui change, qui aura un numéro d'affiliation à part et qui sera gérée par une S.A.S, tandis que les deux associations sportives restent en l'état et sont gérées par leurs présidents respectifs. » Dans la pratique, cela signifie que l'équipe de Quevilly qui évolue actuellement en CFA change de nom et devient le Quevilly Rouen Métropole. L'entraîneur, Emmanuel Da Costa, reste en place, tout comme les joueurs. Michel Mallet, président de l'USQ, devient également président du QRM, aidé dans sa tâche par le président du FC Rouen, Fabrice Tardy. Au-delà de cette équipe, rien ne change. « Chaque entité garde son numéro d'affiliation. Le FC Rouen garde le sien, les jeunes de l'US Quevilly, en CFA 2, gardent le leur également. » Au final, cette entente peut être considérée comme un mariage. L'équipe première de Quevilly appose au sien le nom de Rouen, mais les deux individus composant le nouveau couple restent deux individus distincts.

« Jamais on ne pourra acheter notre passion »


Des deux côtés, les avis sont partagés. Pourtant, tout a été fait pour ne pas froisser la sensibilité des groupes de supporters attachés aux valeurs des clubs. À domicile, l'équipe jouera avec le rouge de Rouen, mais à l'extérieur, elle arborera le jaune de Quevilly. Pourtant, la grogne subsiste. « Les dirigeants de cette nouvelle entité essayent de rameuter les supporters des deux camps en disant qu'on pourra toujours crier "Allez les Rouges" à Diochon, mais le QRM ne remplacera jamais la passion que l'on a tous au fond du cœur pour le FC Rouen » explique Clément Foucard, trésorier de la Fédération des Culs rouges et supporters des Diables rouges depuis 1987. La confusion entre fusion et rapprochement n'a, selon Clément, qu'un seul but : dissiper les doutes quant à l'absorption inévitable des deux clubs dans cette entité nouvelle. « Le rapprochement est selon moi une première étape avec l'absorption pure et simple du FC Rouen par la nouvelle entité. Celle-ci sera subventionnée en grande partie par les collectivités qui délaisseront petit à petit les deux associations pour au final les englober dans le QRM » explique-t-il. « Le FC Rouen reste un club à part entière pour la saison prochaine, que ce soit en DH ou en CFA 2 en cas de montée en fin de saison. Malgré tout, la situation du club sera l'an prochain très précaire vu que la nouvelle entité prend possession du Stade Robert Diochon (stade historique du FC Rouen), s'approprie les couleurs ainsi que le logo du club. »

La décision s'est donc prise sans l'aval des Culs rouges, qui refusent catégoriquement d'être associés au QRM. « J'ai connu tous les états avec mon club : des joies, des moments qui resteront gravés à jamais dans ma mémoire, des buts, des instants de tribune, des déplacements en car ou en voiture avec les copains et aussi des galères avec des descentes, des dépôts de bilan, jusqu'à ce terrible jour d'avril où les Jaunes ont pris possession de l'antre rouge avec la complicité des politiques et de certains dirigeants » explique Clément. « Jamais, je dis bien jamais, on ne pourra acheter notre passion. Alors qu'ils fassent le QRM s'ils veulent, mais qu'ils laissent vivre le FC Rouen hors de cette mascarade. Les Diables rouges à jamais dans mon cœur. »

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Quevilly Rouen Métropole

"QRM est un code qui signifie « Êtes-vous brouillé ? » selon le code Q.
En usage radioamateur, il prend le sens général de brouillage."

Je suis un peu triste de voir disparaître notre seul vrai rival, c'est pas drôle de voir la Normandie en Ciel & Marine sans l'avoir mérité.
J'imagine que le "métropole" c'est pour des questions de subventions, comme le "38" du GF38 ou le "29" de Brest?
Toujoursfan Niveau : Loisir
Bonjour.

Non, le FC Rouen n'est pas intégré au projet.

En fait, c'est l'US Quevilly qui devient club d'agglo sur desiderata de nos politiques.

Rouen Métropole ne désigne que la Métropole.

C'est simplement de la com'. Ils savent que sans le public Rouennais, leur projet ets voué à l'échec alors ils essaient de faire croire que le FC Rouen est associé.

Mais dans les faits, ce ne sont que 3 dirigeants Rouennais qui ont été intégré à la structure en leur nom propre; Pas en celui du club.

D'ailleurs ça pose la question du conflit d'intérêt puisque le président du FC Rouen sera aussi président délégué de Quevilly Rouen Métropole.

Il se passe quoi si les deux clubs sont dans le même championnat ou en coupe ?

de manière générale, les supporters du FC Rouen rejettent cette équipe artificielle et la boycotteront.
Je ne vois pas trop l'intérêt de cette entente, vu que Rouen avec leur dépôt de Bilan ne peuvent rien apporter d'autres que leurs couleurs et leur stade.
Parce qu'il me semble que leur centre de formation est devenu indépendant suite au dépôt de Bilan.
Donc en gros le seul intérêt c'est de toucher des subventions de la part de la métropole.

Mais c'est triste de voir deux clubs emblématiques comme ceux la devoir fusionner pour exister, de même Le Havre est bien loin du niveau qui devrait être le sien au vu de son centre de formation, son histoire et son stade.
D'ici qu'on est une Mega Fusion en Haute Normandie, Evian Thonon Gaillard, il n'y a pas loin, car la Haute Normandie mérite d'avoir un club en Ligue 1, mais elle souffre de la concurrence de ces 3 clubs.

Au moins en Basse Normandie on est pas emmerdé à part à la rigueur Avranches y a aucun club pouvant faire de la concurrence à Malherbe.
Toujoursfan Niveau : Loisir
Le FC Rouen peut être en ligue 1 sans personne. Mais ça, les politiques ne l'ont pas compris ou n'ont pas voulu le comprendre.

C'est oublié un peu vite parce que ça remonte, mais Rouen, c'est 25 saisons de L1 et 36 de L2.

Rouen en L1, c'est facilement 18 000 spectateurs de moyenne.

C'est l'USQ qui a besoin de Rouen pour aller plus haut. Pas l'inverse.

Et juste pour info, le président de la Métropole et investigateur du projet est aussi maire de Petit Quevilly, ville de l'USQ...

Mais bon, la presse Rouennaise étant très à gauche comme nos politiques, toutes les questions qui dérangent sont ignorées..

Par exemple, ce n'est pas dedans qu'on verra un article comme celui ci.
Je pense franchement qu'une mise en commun des ressources des 2 clubs est la seule solution pour qu'on ait enfin un club pro digne de ce nom sur Rouen. Alors oui c'est un manque de respect pour l'histoire des clubs mais y a pas vraiment d'autres solutions. J'espère vraiment que cette alliance marchera en tout cas, marre de devoir se déplacer au Havre ou à Caen pour voir du foot pro
Donc Fabius mange Fourneyron...pardon, Quevilly (le grand ou le petit?) reprend Rouen...
C'est pas hyper cool, ceci dit, c'est moins pire que si le HAC absorbait le FCR (et s'il venait foutre le dawa 1 week end sur 2 à Diochon).
C'est quand même un peu navrant pour Rouen, mais bon, la manière dont le club a été géré depuis 15 ans (avec certains présidents dignes du sketch des inconnus https://www.youtube.com/watch?v=6aAIkhcvQ0w ), pas étonnant qu'on en soit arrivé là.
La version papier de So foot pourrait nous pondre un bel article sur le FCR, en faisant parler toutes les anciennes gloires (on a déjà eu les itw de Hollande, période PS, de Fourneyron un peu + récemment, il serait intéressant de retrouver le papa de Trézeguet pour lui demander son avis sur ce bazar qui ferait passer la gestion de River plate pour une promenade de santé)
Sinon, je propose un club banlieue Est (de Sotteville à Elbeuf en gros), une vraie équipe d'esthètes et de poètes, avec des renforts des forains de la Saint Romain en Novembre, ça aurait de la gueule et ça pourrait faire de beaux parcours en coupe...
Article intéressant sur la situation de nos clubs seino-marin, c'est assez rare d'avoir des articles sur nos clubs Normand.
Et dire qu'il y a 11-12 ans Le Havre était en Ligue 1 et Rouen en Ligue 2 le temps passe...
Toujoursfan Niveau : Loisir
Je pense franchement qu'une mise en commun des ressources des 2 clubs est la seule solution pour qu'on ait enfin un club pro digne de ce nom sur Rouen. Alors oui c'est un manque de respect pour l'histoire des clubs mais y a pas vraiment d'autres solutions.
______________________

Si il y en avait une. Même deux.. Ne pas laisser tomber le FC Rouen en 2013. Aider le FC Rouen à remonter.

Rien ne dit que cette équipe artificielle réussira.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 9