1. //
  2. // 8es
  3. // Barcelone-PSG

Le psy de Luis Enrique

Entre paranoïa, hystérie et règlements de comptes, tout dans les réponses, le ton et l'énervement de l'interview post-raclée reçue au Parc des Princes lors du match aller (4-0) traduisait un sentiment d'épuisement chez le coach catalan il y a trois semaines. Il y a quelques jours après la victoire contre Gijón (6-1), Luis Enrique a, une fois encore, surpris tout son monde en annonçant dès le premier jour du mois de mars qu'il ne serait plus l'entraîneur des Blaugrana à la fin de la saison. Pourtant en matière de communication et de psychologie, Lucho dispose sur le banc du Barça, selon ses propres termes, du « meilleur psychologue du sport » . Son nom : Joaquín Valdés.

Modififié

« Ne vous inquiétez pas, le psychologue est là uniquement pour moi ! Soyez tranquilles ! » Dès la conférence de presse de présentation du nouveau staff barcelonais à son arrivée à l'été 2014, Luis Enrique se montrait ironique et proposait même aux journalistes présents d'offrir la carte de visite de son « psy » à ceux qui en auraient éventuellement besoin. En même temps, au vu de ses prestations en conférences de presse, souvent lunaires, parfois théâtrales, un brin comiques, mais rarement neutres, on a aussi le droit de le prendre au pied de la lettre.

La présence de cet ancien judoka aux larges épaules dans le staff a d'abord fait sourciller pas mal de monde dans le microcosme culé. En général, les clubs font appel à un psychologue, ou à un coach mental, en cas de difficultés, pour conjurer le sort d'une mauvaise série de résultats ou pour éviter une descente. Le club catalan, habitué aux honneurs des titres, semble assez éloigné de ces zones de crise. Pourtant, Joaquín Valdés est un membre à part entière dans le staff des assistants du technicien du FC Barcelona. Au même titre que Juan Carlos Unzué, Robert Moreno et Joan Barbara, les trois adjoints de Luis Enrique, ou que Rafael Pol, le préparateur physique, ou encore José Ramon de la Fuente, l'entraîneur des gardiens. Un psychologue du sport, donc, qui se sent totalement légitime pour exercer son métier au Barça. À savoir : être là au quotidien, aux mises au vert, dans le vestiaire, assister aux entraînements, aux matchs, aux conférences de presse... C'est simple, Joaquín Valdés est partout où Luis Enrique se trouve. Pour observer, être là sans intervenir, comprendre les contextes, s'en imprégner pour ensuite aider le technicien dans son quotidien et dans ses choix de communication, par rapport aux joueurs comme par rapport aux médias. Le psychologue observe comment se structure le groupe des joueurs à la disposition du coach, les sous-groupes, les relations entre les joueurs, sur le terrain et en dehors. L'objectif est d'optimiser la gestion de l'effectif, en mettant en avant le collectif au-dessus de tout. C'est d'ailleurs ce qu'expliquait l'ancien capitaine du Barça lors de sa première conférence de presse en tant qu’entraîneur : « Mon objectif est d'aider les joueurs individuellement pour que nous soyons plus forts sur le terrain, ensemble. Les joueurs ont toujours une perception individuelle du football, mon travail consiste à transformer cette perception en quelque chose de plus global. » Et Joaquín Valdés est donc là pour aider Luis Enrique à mettre en place cette « perception globale » à Barcelone.

Makeateam à Barcelone


Ce psychologue du sport n’a pas découvert le milieu du ballon rond avec le Barça et avait déjà mis un pied dans le monde du football avec une première expérience avec Gijón (2000-2005), le club qui a formé et vu débuter en Liga un certain Luis Enrique. Par la suite, il a collaboré à partir de 2005 avec Andoni Zubizarreta pour Makeateam, un cabinet de conseil, créé par l’ancien gardien du Barça, qui propose aux entreprises une meilleure gestion des ressources humaines à travers le sport. Lorsque Luis Enrique succède à Pep Guardiola sur le banc du Barça B en 2008, la présence du psychologue du sport est actée. Le binôme ne se quittera plus. Après trois saisons avec l'équipe réserve blaugrana, les deux Asturiens ont continué leur collaboration à la Roma (2011-2012), puis au Celta (2013-2014), avant de prendre les rênes du grand Barça avec, coïncidence ou pas, Zubizarreta devenu entre-temps directeur général du club catalan. À Barcelone, comme à Vigo ou à Rome, le travail de Joaquín Valdés par rapport à la communication de Luis Enrique depuis son banc de touche semble assez simple : dans sa communication verbale et non verbale, il faut chercher la meilleure transmission possible des consignes, transmettre une forme de sérénité, quelle que soit la situation. Ne pas subir les événements, mais en être acteur, avec des certitudes que doivent ressentir les joueurs sur le terrain. Lucho se doit d'être un guide et il s’acquitte plutôt bien de sa mission au bord du terrain.

Face aux caméras en revanche, c'est une autre paire de manches. Être coach du Barça est un poste à part, sous le feu de très nombreux projecteurs, et donc forcément des critiques. Le natif de Gijón est un homme qui ne sait pas faire semblant. Quand les questions ne lui conviennent pas, il préfère ne pas y répondre ou simplement demander au journaliste son nom et passer à la question suivante. Ce jeu avec les médias semble l'amuser. Joaquín Valdés assiste à ce cirque médiatique en conférence de presse et observe son ami s'adonner à cet exercice imposé plus de 120 fois par an. Face aux critiques et aux questions acerbes, souvent nombreuses, Lucho paraît serein, parfois distant, souvent ironique, à l'occasion cassant et régulièrement drôle. Il donne parfois l'impression de jouer un rôle, écrit peut-être à l'avance, qui traduit sans doute sa façon de gérer la pression, mais aussi sa personnalité et sa sympathie communicative. En tout cas, les interventions de Lucho au micro sont rarement sans saveur, et Joaquín Valdés n'est sans doute pas étranger à cette forme de communication.

« Besoin de se reposer »


Si les critiques extérieures au club ont été récurrentes cette saison et vont sans doute se multiplier d'ici au mois de juin, sur le timing de son annonce de départ comme sur le bilan de Luis Enrique à la tête du Barça, le travail du psychologue et la gestion du groupe n'ont pas toujours été bien vécus en interne. La première secousse s'était fait sentir lors de la première saison, en janvier 2015, lorsque le taiseux Lionel Messi avait pris à partie Joaquín Valdés dans le couloir du stade d'Anoeta après une défaite face à la Real Sociedad (1-0). Ce soir-là, l'astre argentin débute sur le banc avec Neymar à la suite de leur retour de vacances tardif, mais autorisé par le staff. Leo ne comprend pas la décision de son entraîneur et ne cache pas son mécontentement lors de son entrée en jeu en deuxième période. Le plus important au cours de cette soirée n'est sans doute pas la défaite barcelonaise, mais le vif échange qui a suivi le match. Sur le chemin du vestiaire, l'Argentin interroge directement, et de façon plutôt véhémente, le psychologue sur son rôle auprès de Luis Enrique. Ce dernier intervient, et même si l'échange a lieu loin des caméras, l'affaire s'ébruite... Luis Enrique a froissé l'idole absolue du Barça. La crise couve. Mais le psychologue désamorce rapidement le malaise et évite que cet épisode n'ait plus de conséquences que ce qu'il pourrait traduire. Six mois après son arrivée, le coach se doit de revoir, déjà, sa gestion et sa communication avec le groupe, notamment avec ses cadres, afin d’éviter un tremblement de terre qui aurait pu lui coûter cher. Andoni Zubizarreta sert alors de fusible à la suite de cet épisode de crise inhabituel dans la maison culé.

Il y a trois semaines, Sergio Busquets, aussi économe de ses mots que des kilomètres sur le terrain, analysait la cinglante défaite face au PSG en ces termes : « Ils ont été meilleurs que nous. Ils ont proposé un chemin tactique meilleur que le nôtre. On ne s'y attendait pas... » Les médias espagnols ont repris cette étonnante sortie avec délice, alors que Luis Enrique n'avait jamais été autant remis en cause en Catalogne depuis son arrivée. Son bilan sur le banc blaugrana est pourtant très proche de celui de Pep Guardiola, en matière de résultats comme de titres obtenus. Sauf que la pluie des critiques médiatiques a redoublé depuis l'étape parisienne et ne semble pas près de s'affaiblir après son dernier contre-pied qu'est l'annonce de son départ. Le contrat du coach asturien s’achevait en juin et Lucho a préféré prendre les devants en annonçant son « besoin de se reposer » à la fin de cette saison. Finalement, la boutade inaugurale de Luis Enrique lors de sa première conférence de presse barcelonaise n'a peut-être jamais été autant d'actualité.


  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Barça-PSG

    Par Benjamin Laguerre
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    C1 - Huitièmes retour
    Barcelone - Paris SG




    Dans cet article

    Bolek03
    Hmm... <iframe frameborder="0" width="2" height="0,5" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x5aahzj_tymczasem-w-lodzi_auto?autoPlay=1&mute=1" allowfullscreen></iframe>
    Ceci dit, le gars doit être solide pour que Luis Enrique puisse assumer en public de porter des lunettes de soleil pareilles... Le dernier mec qui avait osé c'était Barthez en 1999.
    on dirait un cycliste putain...
    1 réponse à ce commentaire.
    il y a 5 heures NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! il y a 2 heures Un match arrêté par des jets d'oeufs 4
    il y a 7 heures Des lions sur les murs d'un vestiaire 28 Hier à 21:30 La belle ouverture du score de Liverpool 16
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    Hier à 17:57 Macron s'est invité à la Commanderie 28 Hier à 11:20 Un mercato raccourci en Premier League ? 26
    Hier à 11:16 Gignac donne son nom à un tigre 22 Hier à 08:48 Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 41 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 lundi 24 juillet Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 28
    À lire ensuite
    Le Real n'a peur de rien