En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32es
  3. // Wasquehal-PSG (0-1)

Le PSG vient difficilement à bout de Wasquehal

Face à une valeureuse équipe de Wasquehal, l’ogre parisien aura mis du temps avant de débloquer la situation. Bousculé en début de rencontre, le PSG s’en sort finalement d’un petit but, grâce à son attaquant suédois. Serein et solide, Paris passe en 16es.

Modififié

Entente sportive de Wasquehal 0-1 Paris Saint-Germain

But : Ibrahimović (61e) pour le PSG

Selon les propres dires de leur entraîneur avant le coup d’envoi, les joueurs de Wasquehal voulaient avant tout « rencontrer leurs idoles » lors de ce 32e de finale de Coupe de France. Au sortir du match, force est de constater que les Nordistes auront fait bien plus que prendre des selfies avec les stars du PSG. Après 45 minutes intéressantes, où Sirigu a été titillé plus d’une fois, le club amateur a décemment lâché l’affaire en seconde à la suite du pion inscrit par Ibra. Trop faibles physiquement et pauvres techniquement, les Nordistes sortent néanmoins de la compète la tête haute et l’honneur sauf. À l’usure et sans véritablement forcer son talent, l’armada parisienne verra le prochain tour en ayant évité le pire : un blessé grave.

Sept à la surface, saison 1

Pour cette première rencontre de l’année, Laurent Blanc laisse logiquement reposer la moitié de son 11. Kimpembe, Augustin ou encore Sirigu en profitent pour rechausser les crampons. Si les premières minutes sont globalement parisiennes, les Nordistes parviennent à se créer des opportunités. Une première fois par Akli, mais l’attaquant n’est pas amateur pour rien et rate complètement son face-à-face avec Sirigu. Sadsaoud chauffe ensuite les gants du portier italien, sans succès. Le PSG domine très clairement et essaie de poser le jeu, mais à l’image d’un Verratti ratant un simple contrôle, quelques imprécisions techniques ne permettent pas aux champions de France de faire une différence nette. Les minutes filent, et l’emprise parisienne s’intensifie, toujours sans concrétiser. Quand ce n’est pas Jean-Kevin Augustin qui croque, c’est un torse wasquehalien ou une sortie miraculeuse du gardien, Samson, qui empêchent l’ouverture du score. Ça bétonne sec chez les locaux qui n’hésitent pas à défendre à sept dans leur surface, en jouant chaque contre-attaque à fond. En-dessous physiquement, Wasquehal gagne néanmoins bon nombre de duels par l’envie et l’impact imposé. Peu avant la mi-temps, Ibrahimović envoie une chiche qui fuit la lucarne opposée à un coup de vent près. Après 45 minutes à courir après la balle (plus de 80% de possession pour le PSG) et essayer de créer l’exploit, l’arbitre accorde un quart d’heure de répit aux Wasquehaliens. Ils l’ont bien mérité.

Le Z en sauveur

Dès l’entame de la seconde mi-temps, Paris dicte le tempo et reprend sa domination territoriale. La motivation semble être davantage présente chez les hommes de Laurent Blanc. Lucas remplace rapidement Rabiot afin d’apporter du mouvement dans une attaque qui manque cruellement de déplacement. À force de pousser et de multiplier les occasions (et les gâchis), le PSG concrétise enfin à l’heure de jeu. Sur un habile service de Verratti, Ibra détend son mètre 95 et lobe d’une tête Romain Samson, parti cueillir des choux. Bon, 0-1. On serait quand même tentés d’y croire toujours pour le club nordiste, mais la nonchalance de la première période a disparu chez les Parisiens, qui ne concèdent plus une seule occase. La doublette Verratti/Motta - ce dernier d’ailleurs aligné en défense centrale - calme le jeu et rend impossible la construction offensive de Wasquehal. Le monarque français maîtrise son sujet, sans pour autant se mettre officiellement à l’abri. À vrai dire, c’est presque inutile, tant les Nordistes se complaisent dans cette courte et glorifiante défaite. Leurs jambes du dimanche sont légitimement à bout de force, alors que les poumons parisiens puisent à peine dans leur seconde souffle. Malgré un dernier sursaut d’orgueil, Wasquehal ne parviendra pas à se détacher de l’étreinte de son adversaire du jour. En toute fin de partie, Augustin manquera une nouvelle fois le cadre et l’opportunité de faire le break. Tant pis.


Vidéo


Par Eddy Serres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 4 heures Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 1
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17