En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Le PSG victime de son succès

100 millions d'euros dépensés, des noms, des stars, des salaires mirobolants, de la communication. Et pourtant, une chiée de critiques. Le PSG version QSI n'écrase pas son championnat. C'est un fait. Pis, le club est toujours aussi contesté sur et en dehors du terrain

Modififié
"Le PSG n’a aucune dette envers personne. On a envie de gagner et de bien faire. Parfois, on a l’impression que Paris doit s’excuser d’avoir mis un projet en place". Leonardo n'est pas du genre à se planquer. Dimanche soir, le directeur sportif parisien, s'est présenté face à la presse après la piètre prestation de son équipe face à Bordeaux au Parc des Princes (1-1). Il n'a rien éludé. Rien minimisé. Que ce soit sur le contenu du match dominical – "ce n’était pas bon" – ou sur l'absence de cohésion globale au sein du club – "C’est normal. On a changé le président, le directeur général, le directeur sportif, l’entraîneur et douze joueurs" –. Signe d'un club en crise ? Rien à voir. Le PSG est actuellement deuxième du championnat de France (à la différence de buts) avec 60 points en 29 journées. Si vous n'êtes pas trop mauvais en mathématiques, ça fait plus de deux points par match. Oui, c'est costaud. Très costaud, même. Pourtant, on chie dans le cou de ce PSG-là. On critique son absence de jeu, cette cohésion qui n'existerait pas ou une expression collective proche du néant. Pire, on commence à taper sur la méthode Ancelotti. A demi-mot, on avance que le PSG version Antoine Kombouaré tournait mieux que celui de l'Italien. Carrément...

Alors, c'est quoi le problème ? C'est simple, il s'appelle "Montpellier", tout simplement. On l'oublie, mais l'équipe de René Girard réalise un championnat extraordinaire (les Héraultais comptent déjà 13 points de plus que leur total de l'an dernier). Sans la météorite montpelliéraine, le PSG serait un leader facile. Mine de rien, Lille est relégué à sept points, Lyon à onze et l'OM à vingt. En mai dernier, les ouailles d'Antoine Kombouaré avait bouclé l'exercice à la quatrième place avec... 60 points en 38 journées. CQFD. Finalement, ce que l'on reproche au PSG, c'est cette absence d'ultra-domination. Un leadership qu'on lui aurait – sûrement – balancé au visage en plus. Allez comprendre. C'est très français, en même temps. Lyon a subi énormément de critiques durant son règne. Les riches gênent. C'est comme ça.

Le Parc des Princes, une coquille vide

En huit mois, QSI a tout changé au PSG. Les caisses sont pleines, le marché des transferts est hyperactif, les droits télés sont pharaoniques et le stade est plein à craquer. En nombre, en tout cas. Car si on se penche sur l'ambiance, le constat est criant. Le Parc des Princes n'a plus d'ambiance depuis la validation du Plan Leproux. Le PSG s'est acheté un nouveau public. Plus consommateur, moins supporter. Dans le même match, la plèbe peut acclamer les siens avant de les siffler. Ou inversement. Dimanche, la délégation parisienne est sortie du stade de la Porte d'Auteuil sous la bronca du public alors que le club réalise son exercice comptable le plus abouti depuis 1994. Un comble. Forcément, sans cette ambiance, le Parc ne fait plus peur. Hasard ou pas, le PSG a perdu plus de matches à la maison qu'en déplacement. L'autre souci concerne l'expression collective. Normal, elle n'existe pas. Comment pourrait-elle exister alors que seuls Sakho et Nenê sont rescapés du onze qui avait bouclé l'exercice précédent ?


Globalement, ce PSG ne ferait donc pas vibrer. L'ensemble peine à se sublimer. De temps en temps, on assiste à des fulgurances individuelles, des exploits, des réactions - notamment grâce au trident Nenê/Pastore/Menez -. Mais dans l'action initiale, il n'y a rien. Les premières mi-temps font souvent office de mises en bouche ultra-laborieuses. On s'interroge même sur l'état physique des troupes. Par moment, on a le sentiment d'assister à une vraie baisse de régime collective. Dans tout ce marasme, on ne sait pas trop où mettre le curseur ancelottien. Ce qui est certain, c'est la rigueur disciplinaire mise en place par l'italien aux entraînements. Paris se façonne. Ça prend du temps. Sauf qu'en France, et à Paris plus qu'ailleurs sans doute, on ne laisse pas le temps de construire. Les médias, les romantiques et les suiveurs parisiens ne veulent plus attendre. Il faut que ça marche. Et tout de suite. On s'attendait à ce que ce nouveau PSG écrase tout sur son passage en pratiquant un jeu chatoyant. Ce n'est pas le cas. Leonardo a beau rappeler que le club "a encore des années devant" lui pour atteindre les objectifs fixés, on réclame déjà des têtes. La sienne, notamment. On en oublie l'essentiel, l'argent peut tout se payer, sauf une chose : l'aléa. Et en football, il faut apprendre à faire avec.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 25
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17